Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 23:30



Françoise Cloarec - Edition Phébus - 172 pages - 2008

Pour comprembre l'histoire de Séraphine de Senlis, l'idéal est de lire cette biographie et voir le film. On peut lire ou voir le film dans n’importe quel ordre car ils sont vraiment complémentaires.

Le livre nous apporte quelques  précisions sur l’enfance de Séraphine, dont on ne sait presque rien. Elle est née en 1864 dans une famille pauvre, et perd sa mère en 1865, puis son père meurt en 1671. Séraphine est  orpheline à l’âge de sept ans. Elle ira au couvent puis sera domestique car il n’y avait pas le choix à cette époque pour les femmes de sa condition. Françoise Cloarec  écrit p. 19 « La façon de vivre de Séraphine, les choix qu’elle a faits par la suite, sa structure psychologique laissent à penser qu’elle a été une enfant solitaire, sans doute déjà un peu à l’écart des autres ».

Puis c'est toute la vie de Séraphine que l'on va suivre à travers cette courte biographie avec une série de photos  du film et de la "vraie Séraphine". 

Tableau : L'arbre du paradis

Après sa sortie du couvent, Séraphine  s’installe à Senlis dans ses meubles, elle va habiter une petite chambre qui lui sert d’atelier. Séraphine dit que la journée elle fait ses travaux noirs en gagnant sa vie comme bonne à tout faire et le soir ses travaux de couleurs.




Une personnalité étonnante qui se nourrit de la nature et de ses visions mystiques pour faire des tableaux étonnants et magnifiques. Elle n’a jamais visité de musée, jamais ouvert un livre d’art, bien sur elle a vu des tableaux chez ses employeurs, mais rien de comparable à ceux qu’elle a peint.



Tableau : l'arbre de vie

La vie de Séraphine est auréolée de mystère, même sa technique est restée secrète, elle est morte en emportant ses secrets. On ne saura jamais quels sont les  matériaux qu’elle employait pour peindre, on sait qu’elle utilisait du ripolin et  la cire des bougies des églises, mais rien de plus.

Séraphine a bien eu raison de ne pas livrer ses secrets car malgré son incroyable personnalité et son immense talent, elle va malheureusement comme Camille Claudel finir ses jours dans un hopital psychiatrique. L'histoire dit qu'elles sont mortes toutes les deux de faim.


Séraphine photographiée devant         Camille Claudel à l'asile de Montdevergues
son pavillon d'hospitalisation               en 1929.
 vers 1935.


A lire aussi le très bel article de Sylvie : ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sylvie 27/04/2009 10:44

J'ai aussi beaucoup apprécié ce livre intéressant et sensible. Je n'ai pas encore vu le film, mais c'est en projet. j'aurais bien aimé aller à l'exposition aussi...

Nina 27/04/2009 16:04


Je n'ai pas vu l'expo alors que je voulais y aller, mais c'est pas évident de programmer une visite d'expo à Paris......Le film est sorti en DVD.


anne veillac 21/12/2008 11:38

J'ai raté le film qui est passé à côté de chez moi. Il y a un livre. Tant mieux.

Nina 21/12/2008 18:19


Il y a 2 ou 3  livres je crois, j'ai eu de la chance il est passé environ 2 mois dans ma ville, il y a eu du monde à chaque séance c'est pour cela qu'ils l'ont gardé à l'affiche.


Djemaa Pascal 19/12/2008 15:54

Je te souhaite de passer une belle fin d'année! Pascal.

Nina 19/12/2008 23:18


Merci et je te souhaite un beau Noël à toi aussi


Georges F. 18/12/2008 10:23

C'est très intéressant. Il faudrait écrire comme elle peignait, presque en cachette. En espérant que ça finisse un peu mieux.

Nina 18/12/2008 22:26



Elle peignait en cachette mais elle a était contente d'être reconnue, et que l'on aime ses tableaux, mais franchement sa fin est vraiment horrible.



Djemaa Pascal 16/12/2008 09:02

Bonne et belle journée hivernale! Continue! Pascal.

Nina 16/12/2008 22:02


Merci et à bientôt


Mes auteurs favoris