Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 22:43

Très intriguée par cette artiste peintre au destin à la "Camille Claudel".
J'ai  vu  le film  « Séraphine » du réalisateur Martin Provost qui nous fait découvrir l'oeuvre bien étrange du peintre « Séraphine de Senlis », avant de lire le livre "Séraphine" la vie rêvée de Séraphine de Senlis.

Magnifiquement interprétée par Yollande Moreau, ce film retrace la vie de cette artiste hors du commun et complètement inconnue du grand public.




Yollande Moreau est magistrale dans ce rôle, on oublie complètement qu’elle n’est que l’actrice : elle est  Séraphine de Senlis cette servante – artiste qui peignait non pas d’après des modèles mais d’après des  visions et sur l’ordre de la vierge Marie.



Cette artiste mystique a rencontré un mécène En 1912, le collectionneur allemand Wilhelm Uhde, le premier acheteur de Picasso et découvreur du Douanier Rousseau. Ce passionné d'art loue un appartement à Senlis pour écrire et se reposer, il prend à son service une femme de ménage, Séraphine, qui à l'époque à 48 ans. Au cours d’un repas  chez des notables locaux, il aperçoit une petite toile peinte sur bois posée dans un coin. Ses hôtes lui disent  amusés que l’auteur de cette toile n’est autre que Séraphine sa femme de ménage ! Sa stupéfaction est grande et ce marchand d’art d’avant – garde  croit au talent de Séraphine et va tenter de la faire découvrir au grand public. La tâche ne sera pas facile, d’une part à cause de la condition sociale de Séraphine, puis par l’époque  troublée par la guerre et la crise économique, tous ces paramètres  vont retarder les projets d'exposition ce qui ne va pas arranger la personnalité fantasque de Séraphine qui va sombrer peu à peu dans la folie.
Séraphine de Senlis mourra en 1942 à l'asile de Clermont-de-l'Oise. Camille Claudel mourra en 1943 à l'asile de Montdevergues.

Tableau : les grandes marguerites

Un autre avis celui de Sylire subjuguée elle aussi ! et aussi l'article très détaillé de Leiloona

Partager cet article

Repost 0
Published by Nina - dans Films
commenter cet article

commentaires

Lune de pluie 18/12/2008 18:59

Merci pour tous ces renseignements. Le film, dans ma région, n'est resté qu'une semaine!!! J'irai donc le voir ailleurs. Je déplore qu'à part ce qui est très médiatisé, le cinéma d'auteurs et autres ne durent jamais longtemps. Bonne soirée à toi. :)

Nina 18/12/2008 22:42


Nous on a eu de la chance à Limoges il est resté environ 2 mois mais  c'est exceptionnel, le public était au rendez-vous, ils ont donc décidé de lgarder le film. A bientôt.


nina de zio peppino 12/12/2008 12:11

Une vie atypique qui donne une note d'espoir aux talents discrets. Je n'ai pas vu le film. J'aurai sans doute un jour l'occasion.

Nina 16/12/2008 21:48



Et heureusement film et livre redonne vie à cette femme qui avait un talent et une personnalité hors du commun.



Aifelle 11/12/2008 07:32

J'ai été très emballée par ce film et je suis allée voir l'expo au musée Maillol à Paris. J'ai dans mal PAL le livre que Françoise Cloarec lui a consacré.

Nina 11/12/2008 23:30


J'aimerais bien voir cette expo mais elle va se terminer bientôt et j'ai peur de ne pa savoir le temps d'y aller.


Mes auteurs favoris