Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 21:46

 

nuages flottants le film

"Nuages flottants" est un film japonais en noir et blanc, réalisé par Mikio Naruse, sorti en 1955. Le film est une adaptation du roman éponyme de Fumiko Hayashi, publié au Japon en 1951 et traduit (source : Wikipédia) 
Réalisateur : Mikio Naruse : scénario : Yôko Mizuki
Durée du film : 123 minutes : date de sa sortie initiale : 1955
On peut trouver ce film dans toutes les bonnes médiathèques !! 

Mikio Naruse (20 août 1905 – 2 juillet 1969) est un réalisateur écrivain et producteur japonais. Il est l'auteur de 89 films datant de la fin du cinéma muet jusqu'aux année 1960. Naruse s'est spécialisé dans la genre Shomingeki (tragi-comédie sur les classes salariées) comme Yasujiro Ozu.

Le film "Nuages flottants" est un très bon complément au roman pour se rendre compte des conditions de vie des japonais en 1946. La noirceur de ce roman est magnifiquement rendu à l'écran. Les acteurs Hideko Takamine pour Yukido Koda et Masayuki Mori pour Kengo Tomioka incarnent les deux héros de ce roman avec beaucoup de justesse J'ai trouvé intéressant de regarder le film et de mettre ainsi en images les scènes du roman. En effet, ne connaissant pas le Japon et surtout l'époque où se passe le livre, j'ai pu mieux me rendre compte de l'extrême désolation du japon après la guerre. 
film.jpg   index.jpg
l'actrice Hideko Takamine joue Yukido Koda et pour Kengo Tomioka l'acteur Masayuki Mori    
film 2
film 3
nuages-flottants-2.jpg
Quelques images du film

 
Repost 0
Published by Nina - dans Films
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 22:35

Le 8 mars il est important de célébrer la journée internationale de la femme parce que dans beaucoup trop de pays encore, les femmes ne sont pas respectées comme doit l'être tout être humain. 

affiche

Un film de Atiq Rahimi adapté de son livre

"Syngué Sabour" Prix Goncourt 2008

avec l’aide de Jean-Claude Carrière

Avec Golshifteh Farahani et Massi Mrowat, Hamidreza Javdan

livre-en-poche.jpg

On se souvient  de la sortie de ce magnifique roman Syngué sabour

qui a reçu le prix Goncourt tellement mérité.

Pour tous ceux qui ne l'ont pas encore lu, ce roman est maintenant sorti en poche.

golshifteh-fahanari.jpg

Le film est une véritable réussite et Atiq Rahimi a vraiment réussi à mettre en images, on peut même dire "en lumière" son roman qui symbolise toute l'horreur de la vie quotidienne des femmes afghanes.

images-copie-1.jpg

L’actrice iranienne Golshifteh Farahani joue magnifiquement le rôle de la femme qui se confie à son mari dans le coma. index-5.jpg

Le film montre les quartiers populaires de Kaboul, les maisons détruites, la population qui souffre et toute l'hypocrisie de ces hommes, ces militaires, ces religieux qui peuvent agir à leur guise, dans la complète impunité d'un pays dans le chaos.

images-2.jpg

 

index-2.jpg

Je n'en dirais pas plus, il faut aller voir ce film et lire le roman.....

Repost 0
Published by Nina - dans Films
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 21:44

Un film à voir absolument !

65098

Film saoudien réalisé par Haïfaa al-Mansour

Il faut aller voir ce film, il est magnifique !!

Comment un simple vélo peut devenir un symbole de  liberté et un moyen de dire non aux dictats imposés par l'intégrisme religieux ? C'est ce que nous raconte avec beaucoup de finesse et d'intelligence la réalisatrice de ce film avec son héroïne Wadjda, une petite fille de 12 ans qui a follement envie d'un vélo comme celui de son copain Abdallah et rêve de faire la course avec lui.

Le film nous entraîne dans les quartiers populaires de la banlieue de Riyad. Là, vit la petite Wadjda auprès de sa mère délaissée par son mari qui décide de prendre une co-épouse. L'intégrisme religieux condamne les femmes à la soumission aux hommes, à la réclusion dans leur maison et leur impose de sortir complètement voilées. Wadjda a 12 ans, elle bénéficie encore d'un peu de liberté mais certaines de ses copines à l'école coranique sont déjà mariées.

Comment trouver l'argent pour s'acheter un vélo ? C'est la principale préoccupation de la petite Wadjda qui sait pourtant qu'il est formellement  interdit de monter sur un vélo quand on est une fille. 

Wadjda s'oppose à sa mère et même aux professeurs de l'école coranique. Ces enseignantes sont, sans le vouloir, des femmes complices des intégristes religieux, parce qu'elles instaurent le même climat de violence et de terreur envers ces jeunes filles, tout comme  les hommes le font avec les femmes.

le personnage de Wadjda est formidablement interprété par la jeune actrice Waad Mohammed, qui a su jouer à la fois toute la pétillance de la jeunesse et la retenue imposée par l'intégrisme religieux. J'ai aimé aussi le rôle de son ami Abdallah interprété avec beaucoup de finesse et de gaieté par le jeune Abdullrahman Al Gohani

wadjda_14_large.jpg

Haïfaa al-Mansour est la première réalisatrice saoudienne dans un pays où les femmes n'ont pas le droit de rentrer dans une salle de cinéma, ni de conduire et de faire du vélo........

Ce film est une véritable prouesse parce que le tournage fut long est difficile, comme nous l'explique la réalisatrice dans différents articles que l'on peut lire dans les journaux et sur internet.

Ce film a reçu de nombreuses récompenses et d'excellentes critiques mais la  véritable récompense du travail de Haïfaa al-Mansour c'est d'être nombreux à aller voir son film. 

 

Un article intéressant sur les Clés de l'actualité qui explique le film à des enfants ICI

Velo.jpg

Repost 0
Published by Nina - dans Films
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 21:58

coeur-20_9_.gifHugo Cabret

Réalisation : Martin Scorsese
Avec : Asa Butterfield, Chloë Moretz, Ben Kinglsey, Sacha Baron Cohen, Jude Law et Christopher Lee.

  Un film tiré d'un livre est toujours une aventure un peu difficile. Je suis toujours très curieuse de voir comment un réalisateur va extraire des pages d'un roman,  les lieux et les personnages, et rendre l' histoire vivante devant nos  yeux.  

Martin Scorsese a réussi ce dangereux pari, parce que le livre "l'invention de Hugo Cabret" est un roman graphique qui  a son propre décor mais en noir et blanc et ses personnages déjà représentés. Voilà bien là, la prouesse du réalisateur qui a vraiment créé un univers semblable au livre tout en lui donnant des couleurs. Les acteurs ont aussi bien su adopter la personnalité des héros du roman.

Hugo-cabret-2.jpg

  Ben Kingsley dans le rôle de Georges Méliès

On sait aussi que cette histoire a beaucoup touché Martin Scorsese parce qu'on le sait très sensible à la conservation de notre patrimoine cinématographique.

C'est pour cela que ce roman dans les mains de Martin Scorsese ne pouvait que devenir un film. Il fallait son talent pour raconter la fascinante histoire du début du cinéma. Une période un peu oubliée, où le cinéma relevait vraiment de la passion un peu folle d'une poignée d' hommes qui avaient envie de  faire vivre des émotions cinématographiques plus intenses à l'aide d'effets spéciaux patiemment élaborés.

Il me semble que Martin Scorsese a aussi voulu démontrer l'intérêt pédagogique de cette histoire. Ce livre et ce film permettent de raconter les débuts du cinéma et de faire le lien entre la création artisanale des premiers effets spéciaux et ceux réalisés en version numérique et maintenant en 3D.

Hugo-cabret-1.jpg

"Hugo Cabret" est tourné un peu à la manière des premiers longs-métrages. C'est un film qui prend son temps, la caméra déroule l'histoire, montre cette magnifique gare Montparnasse dans les années 1930. Les personnages qui y vivent, les boutiques, les voyageurs au rythme du va et vient incessants des trains, et surtout les pendules, et les énormes rouages que Hugo Cabret à la fonction d'entretenir, ce qui nous montre ainsi l'envers d'un décor fascinant : une gare au début du XXème siècle. 

Hugo-cabret-3.jpg

Les personnages jouent à la perfection leur rôle. On peut noter bien sur que le jeune Asa Butterfield est remarquable dans le rôle de Hugo Cabret, il ressemble étonnement au personnage du livre et son amie Isabelle Méliès aussi. Ben Kingsley dans le rôle de Georges Méliès est bluffant de vérité, il rend ainsi un hommage magnifique à cet incroyable réalisateur.

Hugo-cabret-4.jpg

A la manière d'Alfred Hitchock,  Martin Scorsese s'est glissé dans son film, il y joue un petit rôle celui d'un photographe. Mais on peut y voir aussi  l'auteur du livre dans un plan-séquence à la fin du film.

Brian Selznick dit : "Martin Scorsese a été très généreux avec moi et je suis très heureux d'avoir ce caméo dans son film" , (Télérama.fr du 16/12/2011)

Melies.jpg

Georges Méliès est l’une des figures les plus étonnantes du cinéma. Entre 1896 et 1913 il a réalisé 520 films dont il est le producteur, le distributeur et dans lesquels il joue. Premier à utiliser la caméra pour raconter une histoire avec mise en scène et décors, Méliès a inventé toutes sortes de trucages qui sont encore la base des effets spéciaux modernes.

Melies-2.jpg

 

 

Si vous ne l'avez pas encore vu,  dépéchez vous ! Il ne va pas rester encore longtemps à l'affiche.....

 

Et pour ceux qui veulent en savoir plus Georges Méliès et l'histoire du cinéma : ICI


Repost 0
Published by Nina - dans Films
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 23:24

 

la-solitude-des-nombres-premiers

Réalisé par Saverio Costanzo

 Sorti le 4 mai 2011

Titre original : La Solitudine Dei Numeri Primi

Avec : Alba Rohrwacher, Luca marinelli, Martina Albano,

 

Adapté du livre "la solitude des nombres premiers" de Paolo Giordano

Livre

 

J'ai lu le roman en avril 2009 qui  a été un véritable coup de coeur

que je raconte dans mon article : 

La solitude des nombres premiers

 

Je me suis donc précipitée pour voir le film. cet aprés-midi.  Quelle déception, il y avait  4 personnes dans la salle !! Dommage car ce film mérite d'être vu et d'être soutenu.

Le film reprend l'histoire du livre sous une forme originale,  qui ressemble par moment à un thriller. J'ai été un peu déroutée au début par la façon de filmer, de présenter l'histoire.  La lecture du livre m'a aidée à me repérer très vite dans les différentes périodes de la vie des personnages.  Cela m'a permis de me concentrer sur le style  bien particulier de ce jeune cinéaste "Saverio Costanzo". Si son  scénario est fidèle au roman,  le réalisateur fait évoluer  Mattia et Alice dans un univers  violent et angoissant que je n'avais pas autant ressenti dans le roman. Saverio Costanzo crée une dissonance presque permanente entre le monde extérieur et le monde intérieur de Mattia et Alice ce qui  renforce  leur différence et  la nécessité  de s'isoler.  Le jeu des acteurs  est excellent, ils sont vraiment convaincants, attachants. Je les ai trouvés très  crédibles. On ressent vraiment leur souffrance,  leur mal-être, leur isolement.

J'ai beaucoup aimé ce film et ce jeune réalisateur est prometteur, à suivre........

 

La bande annonce est très représentative du film, beaucoup plus que l'affiche qui est  à mon goût un peu ratée.

Repost 0
Published by Nina - dans Films
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 22:59

 

Après avoir lu le roman de Delphine de Vigan No et moi

que j'ai vraiment adoré, je suis allée voir le film. 

 

No-et-moi-l-affiche.jpg

 

Réalisé par : Zabou Breitman / durée : 1h45

Avec : Nina Rodriguez, Zabou Breitman, Bernard Campan, Antonin Chalon

 

Ce film est fidèle au roman dont il reprend le titre, les personnages et l'histoire. Mais Zabou Breitman a réussi la prouesse de donner vie aux personnages du roman avec son regard de  réalisatrice, elle nous raconte cette histoire sous d'autres angles, d'autres perspectives tout en  respectant le roman. Le film est une belle complémentarité au roman.

Le choix des acteurs collent exactement aux personnages du livre surtout Lou et No qui  sont les incarnations parfaites des héroines de Delphine de Vigan.

No-et-moi-3.jpgNo-et-moi-2.jpg

 

Si le roman est basé essentiellement sur les problèmes des deux adolescentes, la caméra permet un regard différent en filmant leur environnement. A travers les yeux de Lou qui s'attardent sur les tentes des SDF en rentrant chez elle, c'est un parallèle à la situation de No.  Quand Lou accompagne No voir sa mère dans la banlieue parisienne, on se rend compte de toute la violence sociale et familiale dont la jeune  fille est victime.  J'ai aimé la justesse et la précision dont a fait preunve Zabou Breitman pour filmer le quotidien des personnages. Comme dans le roman, l'émotion monte peu à peu. Il y a les quelques instants où l'on pourrait croire que No va s'en sortir, et puis ceux qui montrent que les blessures de l'enfance sont graves et affaiblissent et marginalisent leurs victimes. 

Les adolescents du film sont impertinents, intelligents, joyeux, vifs et fantasques !  Zabou Breitman a réussi ces portraits d'ados, ils sont vraiment comme ça ! Par contre,  comme dans le roman, les adultes sont enfermés dans leur quotidien, leurs problèmes, et ne voient pas la souffrance des jeunes qui sont proches d'eux...

J'ai beaucoup aimé un autre adolescent, Antonin Chalon, qui joue le rôle de Lucas. Il joue lui aussi merveilleusement bien le rôle de l'adolescent de famille bourgeoise, livré à lui-même.

Un film à voir, un roman à lire !

No-et-moi-1.jpg

Repost 0
Published by Nina - dans Films
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 00:00

la-princesse-de-montpensier-1.jpg

 

Réalisateur : Bertand Tavernier. Scénario : Jean Cosmos, Jacques-Olivier Rousseau, Bertand tavernier.

 

Distribution :

  • Mélanie Thierry : Marie d'Anjou, marquise de Mézières, princesse de Montpensier
  • Gérard Ulliel : Henri de Lorraine, duc de Guise
  • Grégoire Leprince-Ringuet : Philippe de Bourbon, prince de Montpensier
  • Raphaël Personnaz : le prince Henri de France, duc d'Anjou
  • Lambert Wilson : Le comte François de Chabannes
  • Michel Vuillermoz : le duc de Montpensier
  • Judith Chemla : Catherine de Guise, duchesse de Montpensier

la-princesse-de-montpensier-de-bertrand-tavernier-4512687qj

 

Aprés avoir lui la nouvelle, j'ai vu le film :

Fidèle au roman, le film en reprend l'histoire mais ce qui est vraiment intéressant, c'est la façon dont Bertrand Tavernier a interprété ce récit. Madame de Lafayette nous raconte une histoire d'amour qui tourne mal avec en toile de fond la guerre, Bertrand Tavernier va beaucoup plus loin. Son travail de réalisateur a été de chercher, d'imaginer ce qui n'a pas été dit dans le roman mais qui aurait pu être écrit. Il y a d'abord toute la violence de l'époque, le pays et à feu et à sang et les images nous épargnent rien de ce peuple qui se déchirent dans les rues au milieu des cadavres ensanglantés. C'est le règne de la rivalité, de la haine de l'autre, le choix de Bertrand Tavernier de nous montrer l'état du pays est judicieux, il nous permet de mieux comprendre la vie des français à cette période critique de l'histoire.

montpensier

La vie sociale n'est pas décrite dans le roman, Bertrand Tavernier a cherché à la retranscrire  et c'est par petites touches qu'il nous montre comment les familles aristocratiques éduquaient leurs enfants selon les lois implacables de leur caste. Le pouvoir absolu de la famille ne permettait aucune individualité, ni intimité. Certaines scènes du film comme la nuit de noce viennent illustrées, d'une façon poignante, la dictature familiale.

Bertand Tavernier a donné à son héroïne une touche pré-féministe, un choix judicieux que  l'on devine juste dans le roman. La princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier n'est pas que belle et amoureuse avec le désir de s'élever intellectuellement, Il en fait une femme rebelle et sensuelle, mais ce portrait reste réaliste. La princesse de Montpensier du film est résolument ancrée dans son époque, elle se bat avec le peu d'arme dont elle dispose. 

princesse de montpensier (1)

Cette histoire de princesse finit plutôt mal, en efffet l'époque n'est pas facile pour une femme belle et intelligente et de plus amoureuse d'un homme qui n'est pas son mari. Ce film montre remarquablement  comment sont traitées les femmes. La princesse de Montpensier n'est qu'une proie pour les hommes qui la convoitent. Pour sa famille, elle est une banale transaction qui permettra d'améliorer le pouvoir de son clan.

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé ce film. Je trouve que Bertrand Tavernier,  tout en étant respectueux de l'oeuvre, a su donner de la profondeur à cette histoire d'amour. Il a posé un regard plein de finesse sur une époque qui ne l'était vraiment pas.

Les acteurs jouent remarquablement bien. Lequel j'ai préféré ? j'avoue que ce n'est pas facile. Ils investissent tous parfaitement leur personnage. J'ai relevé dans les différentes critiques que Bertand Tavernier a demandé à ce que les acteurs montent à cheval sans doublure, pour accentuer le réalisme des scènes. Le choix des acteurs est donc en harmonie avec leurs rôles. Leurs différentes personnalités donnent beaucoup de charme et de couleurs à ce film.

Je vous conseille d'aller le voir maintenant, ce film nous offre de belles scènes de chevauchées à cheval, de beaux paysages, des tenues d'époque magnifiques, je pense qu'en DVD les images perdront de leurs superbes.

page-copie-1

page

Repost 0
Published by Nina - dans Films
commenter cet article
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 22:49

Ce n’est pas facile de se faire une idée d’un pays et de ses habitants sans les rencontrer. Les livres et les films permettent des voyages virtuels à tous ceux qui sont curieux du monde qui les entoure. Les écrits et les images ramenés de certains pays opprimés sont aussi des témoins et des rapporteurs précieux. Ils tissent des liens humains indispensables pour mieux  comprendre et éviter ainsi certaines idées reçues.

 

Gaza souvenirs

 

Un  film documentaire de Sam Albaric

produit par Goyave productions


Ce film a reçu le prix du public pour le documentaire

Entrevues festival international

du film de Belfort  2008


Ce film est peut-être né grâce à un petit cheval de bois, le cadeau de Wissam, un enfant palestinien. C'est la mère de Sam Albaric qui lui a ramené ce jouet de retour des territoires occupés où elle était partie couvrir la première intifada...

20 ans plus tard c’est Sam Albaric qui part couvrir la deuxième intifada. Le petit cheval de son enfance va lui permettre de retrouver Wissam  et devenir son ami.

 

Cette amitié va donner naissance à un film :

Gaza, souvenirs

 

Photo 050

 

Wissam veut montrer à son ami le Gaza qu’il aime, et lui a parlé d’une phrase d’Albert Camus au début du roman « la peste » qui dit :

« Il est commode pour connaître une ville de savoir comment on y travaille, comment on y aime et comment on y meurt. »

C’est avec sa caméra que Sam Albaric va partager le quotidien des habitants de Gaza et nous ramener des images d’un pays que nous connaissons mal, souvent qu'à travers les informations télévisées.

 

Gaza, souvenirs un film sur un peuple :

les palestiniens de Gaza

 

Photo 051  

Le film nous emmène à travers un Gaza intemporel celui du quotidien.

A Gaza comme partout dans le monde, les gens se lèvent chaque matin pour aller travailler. Les images s’attardent sur les vendeurs de la boulangerie qui installent le pain, les travailleurs qui arrivent dans les champs de fruits et légumes…

Quelle guerre pourra empêcher les gens de s’aimer ? La caméra filme des jeunes hommes qui nous racontent sans tabou leurs histoires d’amour, leur façon de voir le mariage, et chantent des chansons d'amour ! 

 

A Gaza, la mer est omniprésente, et comme dans tous les pays la plage offre un lieu de détente et de jeu privilégié. On regarde cette séquence avec le sourire tellement l'endroit est  pittoresque pour nos yeux d'occidentaux ! Les  maitres-nageurs ont un travail incroyable, ils ne surveillent pas que les gens qui s'aventurent trop loin à la nage mais une multitude de situations  dramatiques ou loufoques comme des marchands un peu insolites et on entend crier dans le haut - parleur : « Toi le vendeur de patates douces dégage ! »

gaza souvenirs

                                 Un vendeur de patates douces. 

 

Au fil des images, le film déroule un ailleurs surprenant et attachant. Sam Albaric a su nous montrer les qualités humaines de ce pays déchiré. Les portraits qu'il  nous présente sont sympathiques et parfois étonnants comme ce vendeur de légumes "Abu Akram" à la personnalité vraiment  originale. On assiste amusé, aux tribulations de ce personnage cocasse autant par son allure de gros homme avec d’énormes moustaches mais aussi par sa façon de conduire ses affaires, de vendre ses fruits, de parler de sa femme défunte,  et de nous raconter comment il fait fuir les djinns qui viennent l’embêter la nuit !


gaza2

 

  Le célèbre "Abu Akram"!

 

Ce Gaza là existe, malheureusement ces images nous en révèlent d’autres,  étroitement mêlées, celles d'un autre Gaza où la mort rode en permanence, avec son lot d’angoisse et de violence quotidien.

Les maisons en ruine, l’horreur de l’attentat qui vient de frapper en pleine rue, la sirène des ambulances, les bombes soniques, les traumatismes de la guerre comme le souvenir gravé à jamais dans la tête de Wissan.  Enfant pendant « la guerre des pierres », il s’est fait arrêter par les soldats, qui l'ont roué de coups, lui ont mis un révolver sur la tempe et lui ont demandé s’il avait peur de la mort. 

 

Le film se termine sur une situation politique qui se complique de plus en plus. Wissan et Sam Albaric ne peuvent plus communiquer que par téléphone, l'un à Gaza l'autre à Paris.

Wissam explique la survie au quotidien, le manque d'électricité, de gaz, les bombes soniques......

Wissam lui dit "tout ça devient habituel, quotidien..."

 

Sam Albaric a reçu un nouveau cadeau de la part de son ami Wissam : un cendrier.

Cet objet  a une  symbolique plus complexe que le petit cheval offert dans son enfance.

Il faut voir ce film pour la comprendre.

Photo

 

Pour se procurer le film :

Gaza, Souvenirs (46 mn), 2007. Disponible en DVD auprès de Goyave Production : info@goyave-production.com ou de Sam Albaric : samalbaric@free.fr

 

Autres réalisations de Sam Albaric : Le petit peuple des guetteurs (28 mn), tourné à Jénine en juillet 2002 avec la 25e Mission civile en Palestine ; En route vers Le Caire (26 mn).

 

Repost 0
Published by Nina - dans Films
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 20:14
liberte-500

  Réalisé par : Tony Gatlif

 

  Avec : Marc Lavoine, Marie-Josée Croze, James Thierree...

 

 

Liberté est un film sur la déportation des tsiganes

pendant la seconde guerre mondiale.

liberte-photo-film-gatlif

Tony Gatlif s’est servi de faits réels pour mettre en place la trame de cette histoire. Nous sommes en 1943, une famille de tsiganes arrive en roulottes dans un village près de la Belgique pour faire les vendanges comme chaque année. Ils sont avertis par l’institutrice et le maire que les lois ont changé pour les nomades,  ils n’ont plus le droit de circuler au risque de se faire arrêter.

Liberté 1

 

Les tsiganes vont écouter à leur manière les recommandations, mais ce n’est pas facile de vivre à la façon des « gadgés » quand on est des fils du vent et de la liberté.

Tony Gatlif nous montre sans aucun misérabilisme, la politique d’extermination mise en place par la politique de Vichy, aidée sans trop de difficulté par le rejet et la peur des villageois face à ces gens différents qui s’installent chez eux. Mais Tony Gatlif  nous offre aussi de très belles séquences d’une qualité artistique remarquable sur la vie de ces nomades, leurs coutumes, leurs croyances, leur musique….  Il  a aussi travaillé sur les symboles qui caractérisent l’époque, comme la voie ferrée lieu de passage des trains vers les camps de concentration, une montre en or, objet insolite coincée entre les rails, on imagine que c’est celle d’un déporté……

Liberté

Ce  film est saisissant, il est  magnifiquement interprété par des acteurs qui  réussissent  avec un jeu d'une très belle sobriété à nous faire revivre une époque et  surtout  une réalité trop longtemps verrouillée. 

Mon avis : Dépéchez-vous d'aller voir ce film, il n'a pas assez de pub pour passer longtemps en salle......Mais le bouche à oreille ça marche pour garder un film à l'affiche, alors allez le voir et parlez en autour de vous !Liberté Fin

 

Si vous voulez en savoir plus sur le film, les acteurs et Tony Gatlif : le site

Repost 0
Published by Nina - dans Films
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 23:45

 Film franco-cambodgien de Rithy Panh
Date de sortie le 0/01/2009
                Avec Isabelle Huppert,
Gaspard Ulliel et Astrid Berges-Frisley,
Vincent Grass et Randal Douc 
                                          



Ce film était très attendu mais il n'a pas n'a pas reçu de bonnes critiques, je suis très étonnée de ce constat car franchement j'ai trouvé ce film passionnant.   

J'ai donc relu "Barrage contre le pacifique" et fait quelques petites recherches pour pouvoir comprendre ce désenchantement.

Les personnages y sont à la hauteur de ceux du livre, et le décor remarquablement bien reconstitué. 
L'histoire est respectée même si Rithy Panh a apporté sa touche personnelle, ce qui aurait plu à Marguerite Duras qui n'aimait pas qu'un film reste trop fidèle à un roman. 

J'ai trouvé aussi ces quelques photos dans le livre "les lieux de Marguerite Duras"
Voici donc un peu le décor où Marguerite Duras a vécu.

   

Les photos du bungalow, de  Marguerite Duras avec son frère Paul et de sa mère : "A coté de moi, c'est mon frère, Joseph du Barrage contre le pacifique. Il est mort très jeune pendant la guerre, faute de médicaments. Extrait de "les lieux de Marguerite Duras".

Les personnages principaux du film :



Astrid Berges - Frisbey dans le rôle de "Suzanne" et Gaspard Uliel dans le rôle de "Joseph".



Isabelle Huppert dans le rôle de la mère.

Le film suit la trame du livre : 
La première scène est la même que dans le roman, elle commence  par la mort du vieux cheval qui ne peut plus avancer, la violence de cette scène donne le ton au reste du film : le destin tragique d'une famille qui a tout perdu, en toile de fond un pays colonisé, exploité et qui sombre dans la misère.  

La mère est le personnage central du livre et du film. Isabelle Huppert interprète "la mère", une femme qui est arrivée au bout de sa vie, son drame est d'avoir achetée une concession incultivable noyée d'eau et de sel. Elle a tout perdu dans ce rêve colonial : son mari, son argent, ses projets, ses rêves, sa santé et peu à peu  ses enfants. 

Rithy Panh a su rendre l'atmosphère du livre à la perfection : le climat étouffant et humide, cette ambiance coloniale imprégnée de violence, de corruption et de racisme... le mal-être des gens.

La mise en scène du trio infernal : la mère, le fils et  la fille, est une réussite. Tous les trois sont pervertis par la misère.
Les scènes qui décrivent la relation malsaine qui s'installe entre "Monsieur Jo"  et  Suzanne, puis avec la famille attirait par son argent mais qui dédaigne le fréquenter car il est chinois sont  admirablement jouées. 
Isabelle Huppert est une immense actrice est son jeu est parfait dans  le rôle de la mère devenue cruelle et avide et qui n'hésite pas à se  transformer en mère maquerelle pour  marier où plutôt "vendre" sa fille à Monsieur Jo. 



Suzanne (Astrid Berges - Frisbey) et Monsieur Jo (Randal Douc) 
  

Isabelle Huppert dit de ce rôle "j'ai joué la mère destructrice et autodestructrice" (le monde du 07/01/2009). 

Des souvenirs de la vie coloniale de Duras, Rithy Panh  a fait une autre histoire, celle du regard que les colonisés asiatiques ont posé sur les français. (le monde du 07/01/2009). 

Rithy Panh connu pour ces documentaires, nous donne grâce à ce film l'occasion de dénoncer une nouvelle fois le colonialisme et ses conséquences.  

J'ai adoré la dernière scène du  film :
"Suzanne - Marguerite" est au milieu d'une rizière et elle sourit, mais à qui ? Et bien sûrement à la future Duras !  

Repost 0
Published by Nina - dans Films
commenter cet article

Mes auteurs favoris