Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 23:29

challenge

 

2011-02-20 livre fin

écrit par Emily Brontë

Coffret édité par les éditions LGF : édition 2009 / 413 pages

 

Ces  coffrets qui contiennent un livre et un marque-page

sont de beaux petits cadeaux pour les amoureux des livres.

une belle initiative de cette maison d'édition

que l'on trouve le plus souvent en librairie à Noël.

Sur le marque-page on peut lire une phrase du roman :

marque-page-001.jpg

Aussi ne saura-t-il jamis comme je l'aime : et cela, non parce qu'il est beau, Nelly, mais parce qu'il est plus moi-même que je ne le suis  : Emily Brontë

Les Hauts de Hurlevent : d’autres traductions françaises du titre existent :

Haute Plaine, Hurlevent, Les Hauteurs tourmentées, Hurlevent des Monts,  Les Hauts des tempêtes etc.)

Titre original : Wuthering Heights est l’unique roman d'Emily Brontë, publié pour la première fois en 1847 sous le   pseudonyme d’Ellis Bell. Il est cité par William Somerset Maugham en 1954 dans son essai Ten Novels and their authors (Dix romans et leurs auteurs) parmi les dix plus grands romans. (Source Wikipedia)

Ce roman choque certains lecteurs de l’époque, notamment par le manque de respect pour les conventions morales, ainsi que par la noirceur de ses personnages et des situations. Il intrigue la critique qui, si elle n’est pas toujours hostile, n’en reste pas moins décontenancée devant la violence de certaines scènes. (Source Wikipedia)

Les hauts de hurleventCe roman  : un trésor trouvé par hasard dans un vide grenier !!

 traduction nouvelle et intégrale de Gaston Baccara

aux éditions "La Boétie" 1947 : 406 pages

 

Les hauts de hurlevent est bien  le roman d'amour le plus noir

de la littérature romantique du 19ème siècle. 

mais le plus extraordinaire dans cette histoire,

c'est l'incroyable personnalité de son l'auteur. 

 

Emilybronte_retouche.jpg

 

Pour une information complète de l'auteur : ICI

Emily Jane Brontë est né le 30 juillet 1818 à Thornton, elle vécu et mourut le 19 décembre 1848 à Haworth.  Poétesse et romancière britanique, sœur de Charlotte Brontë et d'Anne Brontë  elle a écrit son unique roman :  Les Hauts de Hurlevent (Wuthering Heights) qui est  son unique roman. Il  est considéré comme un classique de la littérature anglaise. 

Emily Brontë écrivit par ailleurs de nombreux poèmes de grande qualité, dont une part importante a été écrite dans le cadre du cycle de Gondal (monde imaginaire et littéraire créait par les enfants Brontë). (Source Wikipedia)

 

Remarquable pour la densité de son écriture et pour un romantisme très personnel influencé par le romantisme allemand, ce roman a souvent été comparé à une tragédie grecque ou shakespearienne pour son intensité. Mais la construction innovatrice du roman rend perplexes les critiques et la véritable reconnaissance sera tardive. Le génie d'Emily Brontë ne sera clairement reconnu qu'à partir de la fin du XIXe siècle.(Source Wikipedia)

 

Emily Brontë nous démontre avec ce roman que la force de l'imagination, et sa très grande culture littéraire ont permis  de  dépasser toutes les expériences de la vie et créer un chef d'oeuvre littéraire mondialement connu.

 

64-au-revoir.jpg

La lande autour de Haworth-village

Photo extraite du blog de Louise Sanfaçon une véritable passionnée de l'histoire des soeurs Brontë, je vous invite à visiter le blog  ICI

 

Les hauts de Hurlevent  

Les hauts de Hurlevent un domaine isolé et battu par les vents du nord mais merveilleusement fleuri par la  lande de bruyère.  Le maitre du domaine, Mr Earnshaw rentre de voyage en pensant peut-être qu'il a fait une bonne action en sauvant de la misère le petit garçon abandonné qu'il ramène chez lui. Pas de psy à l'époque pour expliquer que ce beau geste ne peut pas être compris de la même manière par ses enfants. Catherine et Hindley  vont rejeter avec violence le jeune orphelin qui se nomme Heatcliff.

Ils ne se doutent pas que le domaine de Hurlevent va être associé à ce prénom : Heatcliff . Et qu'il va résonner d'une façon bien lugubre sur toute le comté. 

Pour le moment Heatcliff n'a que six ans, et son intégration dans sa nouvelle famille va se faire grâce à  Cathy  qui va oublier sa rancoeur. Le jeune orphelin va devenir son complice et son partenaire de jeu. Leur personnalité se complètent à merveille.  ils  sont tous les deux épris de liberté toujours à la recherche d'aventures extraordinaires au milieu de la lande.

Le malheur va s'abattre sur le domaine à la mort de Mr Earnshaw. Hindley va devenir le maitre des lieux. Il va surtout pouvoir montrer sa jalousie au grand jour à Heatcliff. C'est la fin de l'insouciance pour Cathy et Heatcliff qui vont devoir lutter pour éviter les coups et les colères du nouveau maitre.

Tout se dégrade au domaine de Hurlevent mais le lien entre Cathy et Heatcliff se renforce chaque jour, les deux enfants s'aiment. Pourtant,  Heatcliff va apprendre que Cathy le considère malgré tout comme un être d'une classe inférieure et qu'elle ne se mariera jamais avec lui. 

La cruauté de ce verdict va rendre Heatcliff fou de douleur. Sa vengeance sera terrible. Heatcliff privé de son amour va devenir  un homme sauvage et cruel. 

La fin du roman laisse heureusement pointé une lueur d'espoir.

L'histoire dit aussi l'on peut voir dans la lande de bruyère les fantômes de Cathy et de Heatcliff réunis enfin et pour toujours.

4092035673_cd398ecd64_o.jpg

 

Pour plus d'informations sur le roman ICI

Et pour une visite de la maison des soeurs Brontë et du village Haworth le blog de Louis Sanfaçon ICI

Repost 0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 08:33

challenge

Hurlevent 1 et 2

Scénario de Yann / dessin de Edith

Edition Delcourt : collection Ex-Libris / 2009

Adapté de : Les Hauts de Hurlevent / Emily Brontë


Les éditions de bandes dessinées adaptent régulièrement des classiques de la littérature. Pour ma part, je lis ces adaptations avec la même curiosité que pour les adaptations cinématographiques. Je me demande comment vont être représentés les personnages, et toute l'ambiance du roman.

Ce chef d'oeuvre de la littérature romantique est adapté en deux volumes. Ces albums de bandes dessinées s'adressent  à un public adolescent, le style graphique est un peu enfantin.  Le personnage qui m'a le plus déçue est Cathy,  Je n'ai pas vraiment retrouvé dans sa représentation, son caractère sauvage et sa forte personnalité. Par contre, les dessins rendent vraiment bien l'atmosphère pesante du roman,  la nature sauvage, la tristesse des personnages, l'extrême solitude qui règne au domaine de Hurlevent.

J'ai apprécié cette adaptation,  même si elle n'a pas la  puissance du roman.    

1.jpg 

5.jpg

9782756013800_2.jpg

2.jpg4.jpg

Repost 0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 22:31

challenge

 

 

Serie-complete.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Aya de Yopougon : une série de 6 volumes

scénario Marguerite Abouet,

dessin Clément Oubrerie

Edition Gallimard : collection Bayou

 

En ce moment,

le festival de la bande dessinée d'Angoulème bat son plein, 

et c'est  en 2006 que le premier volume

Aya-1.jpgde la série Aya de Yopougon

recevait à Angoulême le prix du Premier Album.

 

Affiche-festival-2011.jpeg

 

Les conditions politiques de la cote d'Ivoire se sont dégradées ces dernières années, mais en lisant cette série qui se déroule pendant les années 70 à Abidjan, dans le quartier populaire de Yopougon, on peut constater que la vie y était beaucoup plus douce. En  nous décrivant  le quotidien d'un quartier populaire typiquement ivoirien, c'est avec  beaucoup de finesse et de réalisme que Marguerite Abouet nous  parle de son pays. Au fil des pages, on découvre les personnages et les relations entre les parents et les enfants, les conflits des générations, les histoires d'amour, le problème de l'émigration, mais aussi le poids des traditions, des coutumes qui ne permettent pas aux filles d'être autonomes, aux enfants de faire des choix personnels......

L'histoire de Aya, l'héroïne de cette histoire,  refuse de suivre le modèle traditionnel imposé par sa famille, mais choisit de suivre des études pour devenir médecin. Elle montre ainsi les difficultés qu'une fille doit affronter et surmonter pour mener à bien un projet. personnel.  En fait, Aya ne devra pas que lutter contre sa famille, c'est toute une société dominait par les hommes, qui n'admet pas encore que les femmes puissent suivre des études et choisir un métier.

Cette  histoire qui se déroule sur 6 volumes est pétillante d'humour, la rencontre avec les habitants de ce quartier est un véritable bonheur. Marguerite Abouet a su rendre à merveille, cette joie de vivre qui caractérise le peuple africain tout en abordant des thèmes sociaux graves et en respectant le plus possible les expressions typiques qui mêlent le français à la langue ivoirienne. Une petite merveille linguistique !!! les illustrations de Clément Oubrerie sont très réussies. Il a donné vie à tous ces personnages et ce pays tout en couleur avec beaucoup de talent, ce qui permet  une excellente qualité de lecture.

En France, C'est l'hiver, il fait froid ! Alors si vous êtes en manque de  soleil, de gaieté et d'humour, je vous conseille vivement la lecture de cette série ! J'espère que Marguerite Abouet  écrira beaucoup d'autres merveilles comme Aya de Yopougon. Il me semble avoir entendu à la radio que la série va être adaptée en film. On attend donc de voir les aventures de Aya de Yopougon sur le grand écran.

page 1

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie à Angoulème en 2006

 

Le site de Clément Oubreri nous donne des renseignements et des images de Aya de Yopougon, si vous voulez le visiter c'est :  ICI

Repost 0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 23:43

challengeBlogoclub-copie-1.jpg

 

9782253115847

 

Edition de Fallois 1960 / 346 pages ou Edtion de poche

 

La beauté de ce livre c'est son héroïne Scout, cette adorable petite fille avec qui l'on découvre ,  à la hauteur de ses six ans, sa vie dans  sa communauté  pendant les années 30 à Maycomb, une petite ville de l'Alabama, en pleine crise économique.

Cette adorable gosse, espiègle et pétillante d'intelligence, s'appelle Jean Louise, « Scout » pour les intimes.  Elle  a un frère ainé qu'elle suit toute la journée et avec qui elle fait les quatre cent coups. Orphelins de mère, c'est le père Atticus Finch, un notable descendant d'une vieille famille du sud qui s'occupe de leur éducation. Il va tenter d'inculquer ses valeurs de paix et de tolérance à ses enfants, dans un pays où ces belles valeurs humaines sont perverties par l'extrême pauvreté, le racisme entre noirs et blancs, l'impact de la religion et ses préjugés... C'est aussi un homme très occupé par son métier d'avocat. Alors, pour veiller sur les deux « garnements » il y a Calpurnia, la domestique noire qui fait office de mère de substitution

La vie des deux enfants se partage entre l'école où Scout s'ennuie parce qu'elle sait déjà lire. Dans cette classe, elle côtoie sans difficulté aucune des élèves d'une grande disparité sociale qui sont obligés de s'assoir sur les bancs de l'école face à une institutrice dépassée par l'extrême pauvreté de certains enfants. L'apprentissage de la vie est rapide pour ces deux gamins, il y a les injustices vécues à l'école, mais aussi le mystère autour d'un étrange voisin "Boo Radley" qui accapare leur énergie débordante d'imagination, et puis aussi la neige qui va faire une maigre apparition, l'incendie de la maison de la voisine avec cette étrange couverture qui va arriver sur les épaules de Scout alors qu'elle grelottait devant le spectacle des flammes, la tante Alexandra qui vient s'installer chez eux... Le quotidien des deux enfants pourrait continuer comme ça tranquillement mais la gravité de la vie va les surprendre plus vite que prévu sous la forme d'un procès que leur père doit plaider et où les grandes valeurs de tolérance, de respect et de non-racisme vont être bafouées. 

Je n'en raconte pas plus pour ne pas dévoiler toute l'histoire car ce roman fourmille encore de milliers de choses formidables. 

 

Mon avis : J'ai adoré !! Je savais que ce roman était remarquable pour l'avoir entendu souvent mais je n'avais pas pris le temps de le lire, alors c'est chose faite et bien faite !!! J'ai aimé la manière dont ce roman retranscrit à merveille le monde de l''enfance et sa projection sur le monde des adultes.

 

J'ai trouvé sur Internet des informations intéressantes sur ce roman :

« Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur » est l'unique roman écrit par son auteur « Harper Lee ».

Ce roman a été écrit en 1937 mais il est publié en 1960 et reçoit le prix Pulitzer en 1961, 100 ans après l'abolition de l'esclavage aux États-Unis. Il est considéré comme un Livre-phénomène mais aussi comme un livre fondateur de la littérature américaine. 

Incroyable !

Ce livre est toujours d'actualité, surtout aux États-Unis, où il est souvent victime d'attaque pour son retrait du programme scolaire des lycéens. 

Pour les cinéphiles :

En 1962, « Ne Tirez pas sur l'oiseau moqueur » a fait l'objet d'une adaptation cinématographique, intitulée « Du silence et des ombres » avec Grégory peck en Atticus Finch, Robert Duvall et « Boo » Radley.

Ce film a été couronné de trois oscars.

l_00042711.jpg

 

Pour lire tous les avis du blogoclub, il faut rendre visite à Sylire notre fidèle organisatrice.

Repost 0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 11:38

 

challenge

 

Carole Martinez – Edition Gallimard : 2007
Prix Renaudot des lycéens.
coeur_72.gif
J'ai découvert ce roman dans le cadre du programme Masse critique de Babelio.com 
Je remercie les éditions Gallimard pour cet envoi. 

Pour en savoir un peu plus sur Carole Martinez , un très bel article lui ai consacré sur le site des étonnants voyageurs ICI

Le cœur cousu
est un roman vraiment époustouflant !! 
Ces 427 pages sont séparées en 3 livres qui représentent les 3 étapes de la vie de Frasquita Carasio qui  grâce à ses aiguilles et ses fils magiques va coudre et recoudre inlassablement le fil de sa vie.

Soledad, sa dernière fille écrit et raconte cette étrange saga familiale qui commence dans un village au cœur de l’Andalousie.  

Dans cette famille, les femmes héritent d’un don transmis dans une mystérieuse boite et sont initiées à des prières secrètes et magiques.

Frasquita a reçu le don de coudre et peut transformer le moindre chiffon en robe superbe, mais dans coeur_72.gifle village on l’a dit magicienne et un peu sorcière, de plus son mari vit  dans une folie quasi perpétuelle. Toutes ces particularités vont les marginaliser et les isoler des gens du village. Frasquita aura comme seules amies deux sages-femmes, et une prostituée qui joue de l’accordéon sous ses fenêtres.  

Frasquita va devoir quitter son village après avoir était humilier gravement par son mari. Elle met ses enfants dans une charrette et part sur les routes vers une nouvelle destinée.

Frasquista et ses enfants qui ont comme elle de mystérieux  dons,  la rencontre avec un étrange meunier qui est normalement mort depuis bien des années,  la présence d'un ogre qui va  suivre ce drôle d'équipage car il désire une des filles de Frasquita, la petite Clara à la beauté solaire,  vont donner un destin presque biblique à ce périple à travers une Espagne en pleine guerre civile.  

Ce roman est plutôt féministe, les hommes sont toujours au deuxième plan, ils sont mauvais maris, prédateurs, ou guerriers….. Les femmes sont fortes,  elles  assument leur vie avec courage et ténacité.

« Les douleurs muettes de nos mères leur ont bâillonné le cœur. Leurs plaintes sont passées dans les soupes : larmes de lait, de sang, larmes épicées, saveurs salées, sucrées.

(…) Opposant à la réalité une résistance têtue, nos mères ont fini par courber la surface du monde du fond de leur cuisine.

Ce qui n’a jamais été écrit est féminin. » (Extrait de «le cœur cousu» p. 379.)

Carole Martinez nous offre un livre original, à la fois rempli d’humour, de poésie et de sensualité qui se situe un peu entre le conte, le roman initiatique et  le roman mythique. 

Ce premier roman est vraiment une réussite on attend le prochain avec impatience.



D'autres avis sur ce livre :  
Clarabel  Sylvie Bellesahi  Florinette  Amanda  Leiloona Emeraude Dda Elfique

Repost 0

Mes auteurs favoris