Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 22:11

L'ambitieux roman de Patrick Deville rend hommage à la littérature qui est l'ancrage central de ce livre.

Viva nous raconte que la véritable révolution se trouve dans la littérature et les arts qui se confrontent à la folie meurtrière des autres révolutions......
(...) trois femmes auxquelles la dévotion populaire et la sagesse des nations devraient élever les hautes pyramides indiennes aux marches de pierre, et au sommet les trois autels où déposer les livres de Larissa Reisner, les tableaux de Frida Kahlo, les photographies de Tina Modotti, distribuer au petit bonheur les trois vertus des Grâces, l'Allégresse, l'Abondance et la Splendeur, convoquer sur les gradins les prêtres aux plumes multicolores et les pénitents, les orants, les marins, les exilés, les sans-papiers, les apatrides. Extrait de Viva p.20.

Viva
Repost 0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 20:41

index-copie-2.jpg

Nuit 00029782226249692g

 

                   Edité chez Albin Michel : 308 pages / 2013

C'est grace à Philisine Cave qui m'a envoyé ce roman en "épreuves non corrigées" que j'ai pu lire ce livre.  Je serais curieuse de savoir si des changements ont été apportés à ce livre..... 

J'ai donc commencé cette rentrée littéraire avec Véronique Olmi. 1er roman de la rentrée littéraire que j'ouvre, et aussi le premier que je lis de cette auteure. 

L'histoire :

Liouba est une jeune femme célibataire qui vit avec son fils Enzo dans un bel immeuble des beaux quartiers de Paris. Tout paraît évident pour la naïve Liouba, il suffit d'habiter le quartier pour que son fils suive une scolarité brillante dans son prestigieux collège. La réalité sera bien différente, parce que ces deux là ne sont pas conformes au profil du quartier. En effet, Liouba fait le ménage de la magnifique maison où ils habitent, de plus son look est plutôt tape à l'oeil avec ses fringues achetées chez Tati et son fils est un enfant sans père qui affiche un  sur-poids caché dans un jogging noir. Tous ces détails font la différence entre eux et les habitants du quartier et vont devenir des éléments de discrimination et faire de Enzo le souffre-douleur de toute sa classe.

Le roman décrit le quotidien de ce jeune couple « mère - fils » dont la relation fusionnelle comble leur solitude  existentielle. les journées d'Enzo sont ponctuées par la peur. la peur d'aller au collège, la peur de tourner le dos à ses camarades, la peur des brimades, la peur des cours de gymnastique...

Enzo lutte bravement et  réfléchit avec beaucoup  d'intelligence à sa condition. Son seul bonheur et de passer son temps libre à lire en mangeant du nutella. 

J'ai aimé les premiers chapitres de ce livre qui raconte avec beaucoup de réalisme la vie de Liouba et d'Enzo, la montée en violence des camarades de classe jusqu'au drame final.

La deuxième partie du livre est un peu plus énigmatique. J'ai beaucoup moins apprécié les digressions vers un hypothétique passé qui va se dévoiler à Enzo à travers d'étranges hallucinations. L'adolescent  voit un soldat de la première guerre mondiale près de son lit.  Ces visions le guident vers ses racines, ses origines. La situation de Liouba et son fils s'explique peut-être par un passé douloureux qui remonte loin en Russie.

La fin romanesque contraste étrangement avec le réalisme du début de livre.

Ce roman réveille des faits terribles, qui remontent à la première guerre mondiale. Véronique Olmi rend hommage avec cette histoire aux soldats russes réquisitionnés pour renforcer les effectifs pendant la guerre 14/18. Encore une page d'histoire qui fait frissonner d'horreur.  A lire ici si vous voulez en savoir plus.

Je n'ai pas eu de véritable coup de coeur pour ce livre, mais j'ai aimé les deux héros de cette histoire qui sont très attachants, et ce roman m'a permis aussi de découvrir cette page de notre histoire sur les soldats russes que j'ignorais.

Je remercie  Philisine Cave pour m'avoir permis de lire ce roman si vous voulez lie son article un petit clic ICI

Repost 0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 21:11

limanov.jpg

Edition P.O.L : 2011 / 488 pages

Prix Renaudot 2011

coeur_72.gif

Le fabuleux destin d' Alexandre Limonov !   

Je ne connaissais pas Alexandre Limonov jusqu'à la lecture de ce roman. C'est de plus le premier livre que je lis d' Emmanuel Carrère. Le style, la manière de raconter, de mener ce récit, l'originalité de cette histoire m'ont procuré un excellent moment de lecture. 

Ce roman mélange les genres, il est à la fois autobiographique et biographique. Emmanuel Carrère a rencontré  Alexandre Limonov à certaines périodes de sa vie, qu'il raconte dans son livre. Cet aventurier moderne et les évènements politiques qui s'y rattachent ont attiré des écrivains qui ont aussi le goût de l'aventure comme Jean Rolin, Philippe Besson et Jean Echenoz dont les noms apparaissent dans ce roman. Il faut dire qu' Alexandre Limonov attire les regards par son goût du risque et de la provocation.  Il aime les sensations fortes, est écrivain et poète,  vit des expériences extraordinaires quelquefois incongrues, résiste à l'enfermement dans des bagnes en pratiquant la méditation, a une expérience chamanique et fonde un parti politique, fait la guerre avec les serbes......

Avec cette capacité à se sortir des situations les plus extrêmes, Alexandre Limonov est un véritable personnage de roman. On comprend l'envie d' Emmanuel Carrère d'écrire un livre sur cet homme "hors norme".   

En lisant ce livre, on se rend compte aussi à quel point l'histoire des pays de l'est est complexe, et comment les médias occidentaux nous en font des comptes-rendus un peu trop symétriques.

Alexandre Limonov  est un personnage ambigu, mais dans ce contexte politique qui ne le serait pas ? Comment trouver sa voie et une stabilité sociale quand son lieu de naissance est la Russie stalinienne ?  Limonov est né en 1943, il a été modelé malgré lui par le stalinisme mais  décide de quitter son pays sous l'ère Brejnev pour les États Unis. Ce pays va être un fabuleux terrain de découvertes et d'expériences mais il va y connaître surtout l'envers du décor de nos sociétés occidentales, où il ne fait pas bon être pauvre. Il finit par haïr le capitalisme et tout ce qui gravite autour. De retour dans son pays après la chute du mur, il ne va pas non plus aimer le nouveau visage de la Russie. 

Alexandre Limonov est  un homme qui est en quête de vérité, il est curieux, aime les émotions fortes et de ce fait a vécu des épreuves difficiles, dont il s'est sorti avec brio. 

Alexandre Limonov est qualifié de voyou, mégalo, too much....  moi j'ai retenu quelque chose qui n'a pas été vraiment relevé dans sa personnalité. Cet homme n'a jamais été violent avec les femmes. Alexandre Limonov a fréquenté beaucoup de femmes, il a même été marié. Ses maîtresses étaient  aussi borderlines que lui, mais jamais il ne les a violentées. J'ai même trouvé qu'il était relativement patient et compréhensif avec elles.

 

Un fait amusant :

Quand Gérard Dépardieu a loué la démocratie de Poutine, Edouard Limonov l'a invité à manifester pour la liberté.

"Gérard, viens le 31 janvier sur la place Trioumfalnia (à Moscou), avec ton nouveau passeport russe en poche. Tous les 31, à 18 heures, sur cette place, des citoyens russes exigent le droit de se réunir paisiblement, comme prévu par l'article 31 de la Constitution. On t'attend Gérard !", a lancé l'écrivain Edouard Limonov, opposant actif à Vladimir Poutine. (source : http://www.huffingtonpost.fr)

 

Emmanuel Carrère nous explique  le fabuleux destin de son héros et de son livre dans cette vidéo.   

 

Repost 0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 21:58

Diotime et les lionsEdition Actes sud : collection Babel / 60 pages 

index.jpgJe peux faire voyager ce livre. Si quelqu'un a envie de le lire, il suffit de m'envoyer un mail.

J'ai lu la critique de ce livre sur le blog "Je me livre"  qui m'a donné vraiment envie de le lire. Et j'ai reçu ce roman quelques jours après dans ma boite aux lettres. Non non rien de magique dans tout cela ! Juste la gentillesse de Philisine Cave qui me l'a envoyé.

Henry Bauchau est mort l'année dernière. Pendant la manifestation littéraire au mois de septembre à Guéret "Les rencontres de Chaminadour" Sylvie Germain a rendu hommage à cet écrivain qui venait de nous quitter.

Je n'avais encore lu aucun livre de Henry Bauchau et Philisine Cave m'en a donné l'occasion.

"Diotime et les lions" fait partie d'un cycle, ce petit roman (60p.) s'articule entre le 1er tome "Oedipe sur la route" et le 3ème tome "Antigone"..

J'ai lu sur Internet  qu'il faut avoir lu "Oedipe sur la route" pour  comprendre cette histoire. Bon et bien tant pis !!  J'ai lu ce roman avec beaucoup de plaisir, je ne me suis pas aperçue qu'il me manquait des éléments.

"Diotime et les lions" est écrit sous la forme du récit légendaire. 

Diotime fait partie d'un peuple de l'antique Perse dont les ancêtres sont des lions,  son grand-père paternel Cambyse en est la branche directe.

Chaque année, un combat ritualisé s'engage entre les lions et les hommes. Les femmes n'ont pas le droit d'y  participer, mais Diotime demande à sa mère l'autorisation de combattre.

Diotime veut enfreindre les lois du clan et sa mère s'oppose à sa quête, mais Cambryse qui a une véritable adoration pour sa petite-fille cède à son désir. 

Pendant le combat, Diotime est auprès de son grand-père au coeur d'un tableau dantesque où se mêle la sauvagerie des hommes, décuplée par la prise de boissons et de champignons sacrés, et la rage des lions qui se défendent.

"Les rugissements des fauves, les hennissements des chevaux, le tintement des armes, les cris des traqueurs, tout cela m'avait enivrée. Soudain, avec le vent frais du matin, le soleil est sorti des flots de poussière soulevés par le début du combat et, tout enfiévrée, j'ai senti le désir de tuer mon premier lion. (extrait page 18)

Ce récit nous montre peu à peu la personnalité mythique de Diotime. Elle est l'élue, celle qui amorce un nouveau cycle à son clan.

Je vais peut-être me lancer dans l'aventure et lire cette trilogie :

oedipe-sur-la-route.jpg antigone.jpg

Repost 0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 12:41

rentrée littraire 2012

 

coeur_72.gifles désorientés

Edité chez Grasset : 2012 / 528 pages

 

Ce roman retrace le parcours d'un groupe d'amis dispersé à travers le monde et qui se retrouvent à la mort de l'un des leurs.

Amin Maalouf ne dévoile pas le nom de ce pays pour donner une certaines universalité à son histoire. Mais il le situe  quelque part dans le bassin Levantin, partie du monde qui connaît de très fortes tensions géopolitiques entre les différentes communautés. Pour de nombreux lecteurs ce pays est le Liban.

Adam le personnage principal de cette histoire apprend la mort de son "ex-ami" Mourad par sa veuve qui lui téléphone pour qu'il vienne à l'enterrement. Sa première réaction et de ne pas donner suite à cet appel qui le ramène des années en arrière au coeur de sa jeunesse. La France est  sa nouvelle patrie, il est devenu un historien reconnu, cela fait 25 ans qu'il est exilé. Il n'a plus envie de parler du passé.

Adam a-t-il pu oublier son pays,  ses racines, son histoire et ses amis en 1/4 de siècle et surtout son ex-ami Mourad ? Mourad est celui qui a pris des positions politiques très controversées avec le régime en place. Adam ne lui a jamais pardonné ses choix. Après avoir émigré, il a préféré oublier à jamais son ami d'enfance.  Adam se dit être devenu un  homme "infirme de sa mémoire".

La vérité, c'est que je me suis senti mal à l'aise, maladivement mal à l'aise, chaque fois que j'ai voulu parler de moi, de mon pays, de mes amis, de mes guerres. mais depuis deux jours, depuis que je suis ici, je m'efforce de surmonter cette difficulté, pour ne pas dire cette infirmité. (extrait de la page 87)

Pour tous ceux qui ont dû fuir leur pays à cause de la guerre ou bien d'événements socio-politiques graves se reconnaissent sûrement dans ce roman. Pour les autres, Amin Maalouf explore avec beaucoup de finesse toutes les difficultés du monde arabe actuel. Ses réflexions nous permettent de s'écarter le temps d'un livre de notre jugement d'occidental. Les amis d'Adam ont tous une trajectoire de vie dictée par les évènements politiques de leur pays. Chaque protagoniste a une façon de voir et de vivre les problèmes. Leur point de vue est différent parce qu'il y a ceux qui sont chrétiens, ceux qui sont musulmans et ceux qui sont juifs et ceux qui sont athées. Leur histoire personnelle a  orienté leur choix. Il y a ceux qui sont restés, ceux qui ont lutté, ceux qui ont accepté,  ceux se sont exilés et puis il y a aussi Nidal devenu un intégriste musulman.  

Ce roman est composé des réflexions et interrogations d'Adam qu'il confie chaque jour à son journal intime, qui  se mêlent aux pages narratives. Ce choix est judicieux et donne une belle respiration à ce roman et permet de lire ces quelques 528 pages sans aucune difficulté.

J'ai adoré ce livre qui va au fond des choses, sans jamais imposer une seule et unique façon de penser. les personnages sont très attachants et j'ai eu du mal à les quitter à la fin de ma lecture.  

 

Si vous voulez écouter Amin Maalouf parler de son livre, cette vidéo est là pour ça !!!

 

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 21:58

rentrée littraire 2012

 

 

coeur_72.gif

Deville

Edition Seuil : 219 pages / 2012

Prix Fémina 2012

Photo1260.jpg

Patrick Deville faisait partie des invités de Sylvie Germain pendant la manifestation littéraire à Guéret les rencontres de Chaminadour.

Patrick Deville est un "écrivain voyageur". Il a créé en 1996 le « Prix de la jeune littérature latino-américaine » et la revue "Meet" éditée par  la Maison des écrivains étrangers et des traducteurs de Saint Nazaire, dont il est aujourd’hui le directeur littéraire. Le site ICI (extrait de Wikipédia).

La rentrée littéraire 2012 a fait la part belle à son dernier roman "Peste & choléra" qui a été en lice dans beaucoup de sélections de prix littéraires.

A Guéret, pendant la conférence sur les personnages, Patrick Deville nous a confié qu'il avait plein d'amis morts à sa naissance ! Nous comprenons ainsi son intérêt pour les personnages historiques "qu'il aime extraire du passé" pour les ramener au présent et en faire les héros de ses romans.

Peste & choléra raconte l'histoire D'Alexandre Yersin. Ce scientifique, disciple de Pasteur, est un parfait inconnu pour la plupart des français alors qu'il est célèbre dans beaucoup de pays et surtout au Vietnam, où on le considére comme "un bouddha vivant".

Toute sa vie Alexandre Yersin a voyagé. Ses travaux ne se faisaient pas qu'en laboratoire. Il a d'abord travaillé à Paris auprès de Louis Pasteur.  Mais pour isoler le bacille de la peste, Yersin a suivi l'évolution de la maladie à Hong Kong en pleine pandémie. L'histoire de cette découverte est rocambolesque, parce que Yersin n'a pas les moyens de travailler à cause des scientifiques anglais et japonais déjà sur le terrain. Il est obligé d'installer son laboratoire dans une paillote près de l'hôpital, il a même été obligé de voler un cadavre pour pouvoir faire ses expériences !! Sa découverte le rend célèbre. Il n'aura plus besoin d'user de ce type de pratique pour travailler.

Alexandre Yersin n'aime pas les mondanités et les honneurs. Il a un caractère indépendant et solitaire. Est-ce à cause de cela que la bactérie responsable de la peste fut d'abord appelée "Pasteurella Pestis" avant d'être nommée en hommage à celui qui l'a découvert, Yersinia Pestis ?

 Alexandre Yersin n'aimait pas les honneurs, mais il savait qu'il était un chercheur qui a marqué son époque et pour cela, il aurai bien voulu recevoir le prix Nobel, il l'aurait d'ailleurs bien mérité.....

Pour écrire ce livre, Patrick Deville a vécu une longue immersion dans d'innombrables archives dont celles conservées par l'institut Pasteur. Après avoir remué ce passé de papier, l'écrivain a emboîté le pas de son personnage. Une centaine d'années sépare le chercheur et "le fantôme du futur" comme se nomme Patrick Deville dans sonroman.

Je ne pensais pas que ce roman allait me plaire, le thème étant très scientifique, pourtant  j'ai été happée par cette histoire et j'ai apprécié le style. 

Patrick Deville a un style très dynamique teinté de pas mal d'humour,  son écriture s'accorde magnifiquement avec son personnage, ce très atypique Alexandre Yersin ! On se prend très vite d'affection pour cette sorte de Géo Trouvetou qui était à la fois docteur, chercheur, botaniste, éleveur de poules, chasseur de papillons, explorateur de terres inconnues, agriculteur..... Il fut aussi le premier producteur de caoutchouc pour les usines Michelin, c'est ainsi d'ailleurs qu'il s'est enrichi et a pu financer ses expériences et ses recherches.

En plus de tout cela Alexandre Yersin était profondément humaniste. Il soignait le plus souvent gratuitement  parce qu'il était convaincu qu'un docteur ne devait pas être payé pour soigner.

Alexandre Yersin détestait la politique, il était beaucoup trop humaniste. A sa mort en 1943, Patrick Deville souligne qu'une peste brune est en train de s'abattre sur l'Europe,  mais "cette pandémie" là n'a pas encore trouvé son vaccin et  en 1947, 4 ans après la mort de Alexandre Yersin,  Albert Camus publiait son roman "la Peste".......

 

Yersin.jpgyersin2.jpg

Ce n'est pas une vie que de ne pas bouger (Alexandre Yersin)

Repost 0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 11:28

 

Colette1.jpg

Challenge Colette organisé par "Le bruit des pages"

 

Colette 4

 

Avant-propos de Guy Martin

Présentation de Gérard Bonal et Frédéric Maget

Edité aux éditions L'Herne : 2011 / 97 pages

 

Les Carnets de L'herne  se composent de textes rares et précieux, courts et radicaux, inédits ou disparus, des penseurs et écrivains les plus importants de notre siècle. Ils ouvrent un accès direct aux réflexions aussi bien qu'aux fictions de ces auteurs qui ont formé la pensée et la littérature contemporaines. (extrait du site des éditions de l'Herne )

Colette fait partie de ces écrivains qui ont donné une certaine envergure, une richesse à la littérature française, elle a donc sa place dans le catalogue des Editions Lherne.

Ce recueil présente des extraits d'articles que Colette a écrit dans le magazine Marie-Claire à partir de 1939. Elle a participé à 5 numéros dont le 100ème, le 27 janvier 1939.

L'article "J'aime être gourmande" écrit pour ce fameux 100ème numéro, permet de se représenter la véritable personnalité de Colette. Elle raconte ce qu'elle aime manger, et on peut facilement imaginer le bonheur de s'asseoir à sa table pour l'écouter et déguster selon Colette, la bonne nourriture, la vraie celle qui vient de la nature et du travail des hommes.

On nait gourmet. Le vrai gourmet est celui qui se délecte d'une tartine d'une tartine de beurre comme d'un homard grillé, si le beurre est fin et le pain bien pétri. (...) En fait de "plats préférés", je préfère... tout ce qui est bon, tout ce qui fait, de l'heure des repas, une petite fête des papilles et de l'esprit (p.12)

Cet article est une véritable leçon de vie, que je vous conseille de lire si vous êtes en panne d'imagination pour vos repas !!

Les articles suivants présentes d'autres sujets comme les chats si aimés de l'auteure, mais aussi des faits divers, sa rencontre avec des gens célèbres.....

Dans ce recueil on retrouve à chaque page l'écriture pétillante de Colette qui nous permet d'oublier la grisaille de nos journées d'hiver. A lire donc !

images-copie-2.jpg

Repost 0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 22:39

rentrée littraire 2012

 

christine-angot-une-semaine-de-vacances

 

Je parle d'un livre que je n'ai pas encore lu mais qui fait parler beaucoup de lui depuis sa sortie. Travaillant dans une bibliothèque, je l'ai par contre sélectionné dans la commande de la rentrée littéraire et pourtant je ne l'ai pas encore touché, feuilleté... Ce livre "dérange" de par  son sujet et puis aussi peut-être par son auteur. 

Pourtant ce roman reçoit les meilleures critiques que j'ai pu lire sur les livres de la rentrée littéraire.

J'ai écouté l'émission sur France culture "Le Rendez-Vous animé par laurent Goumarre" alertée surtout par le fait qu'Isabelle Huppert était invitée avec Christine Angot. Cette émission permet d'écouter Christine Angot parler de son livre. mais ce n'est pas la seule émission qui propose cela. Pourtant là je trouve cet entretien particulièrement réussi. Christine Angot explique avec beaucoup de finesse la génèse de son roman. Elle parle de son travail, de ses interrogations, des techniques d'écriture qu'elle a employées. Elle livre ses réflexions sur l'autofiction, elle explique ce qu'est exactement un "narrateur omniscient", mais aussi qu'il y a toujours un "je" derrière chaque narration, même si un roman est à la 3ème personne.....

Christine Angot raconte l'histoire d'un bourreau et de sa jeune victime, comme par exemple Jonathan Littell avec son roman "les bienveillantes" qui raconte aussi l'histoire d’un bourreau, Maximilien Aue, qui a participé aux massacres de masse nazis comme officier SS. Cette comparaison est intéressante, elle fait réfléchir......

J'ai aimé le fait que Isabelle Huppert commente le roman avec Christine Angot et en lise un extrait.

J'ai trouvé Christine Angot extrèmement touchante et sa démarche littéraire très intéressante. J'ai aussi trouvé courageux  sa démarche en tant que femme : soulever des non-dits est une véritable prise de risque. Cette émission m'a donnée envie de lire ce livre pour toutes les raisons que l'écrivaine a expliquées mais surtout de comprendre aussi pourquoi elle l'a écrit, ce qui est en mon sens le plus important. 

20.09.2012 - Le RenDez-Vous France Culture
ANGOT-HUPPERT.jpg

Le RDV avec Christine ANGOT, Isabelle HUPPERT, la chronique de Jean-Marc LALANNE et la Session de MARIAMA 50 minutes Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lectureRecevoir l'émission sur mon mobile

Au programme du RenDez-Vous ce soir : 2 plateaux pour des invités liés par une certaine idée de la contrainte.

19H15 => PLATEAU LIBRE avec Isabelle HUPPERT, actuellement démultipliée au cinéma en 5 rôles :

- otage dans « Captive » du philippin Brillante MENDOZA,

- femme cinéaste, femme adultère et femme délaissée dans « in ...

Je n'ai réussi à intégrer l'émission dans mon article. Petit problème technique que je ne maitrise pas !! Tant pis il suffit donc d'aller sur le site de l'émission pour l'écouter  en cliquant ici : link
Repost 0
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 22:44

La-femme-de-Gilles.jpgcoeur_72.gif

Ecrit par Madeleine Bourdouxhe édité chez Actes Sud : 1985 / 154 pages

 Ce roman raconte une histoire qui peut sembler banale : une femme trompée par son mari. Mais si on décortique un peu ce roman c'est plus que cela. Le contexte est d'abord très important. Madeleine Bourdouxe nous décrit la vie ouvrière des années 30 à travers les deux personnages principaux Elisa et Gilles. Lui travaille à l'usine et elle s'occupe du foyer et de leurs filles. La plupart des femmes n'avaient pas d'existence personnelle, elles étaient dépendantes de leur mari. Elisa est comme toutes ces femmes, ses journées sont uniquement composées de corvées ménagères répétitives, et de l'éducation de ses enfants. Le tout rythmées par les horaires de travail de son mari. Mais Elisa aime Gilles d'un amour passionné,  discret et pudique. Ils ont fondé une belle famille et Elisa attend un troisième enfant. Alors quand Gilles va tromper Elisa avec sa soeur, la jeune et provocante Victorine, le choc est effroyable. Elisa décide tout d'abord de ne rien dire et de souffrir en silence. Cette femme est doublement trompée dans cette histoire, par son mari mais aussi par sa soeur qui n'éprouve aucun remord à la faire souffrir. Elisa veut regagner l'amour de son mari et pour cela, évite de lui faire de scènes, de lui dire sa souffrance. Elle préfère devenir son amie, sa confidente. Elisa ne sait pas qu'en prêtant une oreille attentive à la passion malheureuse de son mari, elle va perdre ainsi son statut d'amante. Elisa n'est pas qu'une femme trompée, elle est aussi une belle héroïne au destin tragique.

Un moment sympa avant de partir en vacances, c'est l'échange de livres entre copines, collègues.... Avec des promesses de lectures savoureuses. Ce roman fait partie des livres prêtés par ma collègue Marie, et ce roman a vraiment  tenu sa promesse, j'ai adoré !!

Un film a été tiré de ce roman.

18386835.jpg

 

Un film Belge de Frédéric Fontayne

avec Emanuelle Devos, Clovis Cornillac, Laura Smet,

Alice Verlinda, Chloé Verlinden...

Sorti en salle le 15 septembre 2004

Repost 0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 22:39

 

  Babelio ABC

Les échangés

Les échangés

A trip to somewhere

Editions Kirographaires : 2011 / 205 pages

 

Ce roman nous propose une rencontre, un échange avec l'autre. L'autre : celui qui n'habite pas dans notre pays, celui qui ne parle pas notre langue, celui qui ne vit pas comme nous.

Le voyage scolaire est un moment propice pour vivre une immersion dans un pays étranger. Mais quelle aventure de quitter son pays ! Alors que se passe t'il dans la tête de nos adolescents quand une fois montés dans le car, après un dernier signe de la main, un baiser envoyé, ils s'assoient sagement à leur place. Et les professeurs-organisateurs d'un tel voyage, quelles sont leurs pensées, leurs réflexions ? Avec ce roman, le lecteur fait partie de l'aventure. Il est immergé à son tour dans ce microcosme bien spécifique au voyage en groupe. Il écoute, regarde et sait ce que chacun pense de cette aventure qu'il est train de vivre. Il y a ceux qui sont fiers et se disent : I'm rather proud of myself ! And I'm rather worried too... Il y a ceux qui vont être un peu intimidés, mais le mot exact est anglais " self-conscious". Il y en a qui parlent, qui parlent, on pourrait les appeler des "regular chatterboxs". Un petit incident à la frontière a permis de rencontrer  un "customs officer". Même si c'est la nuit, la Grande-Bretagne fait maintenant partie du paysage, chacun sait que la véritable aventure est imminente, le car arrive sur le lieu de rencontre avec les familles anglaises. Certain commence à réviser les paroles à dire : how do you do ? yes,my name is....

La rencontre avec l'autre, celui avec qui on a correspondu n'est pas une chose facile. Millie se confie à sa mère, elle lui écrit de longues lettres pour tout lui raconter, Camille préfère l'intimité de son journal. Tous ces jeunes découvrent un monde nouveau, la vie quotidienne dans leur famille d'accueil, au lycée anglais. Il y a aussi cette réelle difficulté de parler et de comprendre un langue différente. Et si chacun se débrouille à sa manière avec ces nouveautés, apprend et s'adapte, il y a Jérémy le solitaire, en anglais on dit "Aloof". Jérémy n'est pas là uniquement pour vivre une expérience d'immersion dans un pays étranger, il a un autre but. Cet adolescent profite de ce voyage pour élucider un secret de famille qui a ses origines dans le passé, ce terrible passé où nos deux pays, la France et l'Angleterre étaient en guerre. Quelle responsabilité pour les professeurs de mettre en place de tel voyage...

Je ne dévoilerai pas plus de ce livre qui a une particularité étonnante, c'est que plus les héros de cette histoire s'immergent dans le pays, plus l'anglais se fait présent dans le récit qui se termine presque complètement en anglais.

Les échangés est un bel échange entre deux civilisations.

Londres.jpg

 

Petite info sur l'auteur :

Professeur agrégé d’anglais et mère de trois enfants, Isabelle Verneuil a d’abord cherché ce qui deviendra son roman sur le marché. Ne trouvant rien d’équivalent, elle a décidé de répondre par elle-même à ce besoin ! Son livre s’adresse à la fois à des lycéens et à des adultes faux débutants qui souhaitent se remettre à l’anglais. Il a pour ambition de convaincre les élèves et autres lecteurs qu'ils peuvent lire en anglais et réviser tout en se divertissant. (extrait du site des éditions Kirographaire)

Et d'autres infos sur Babelio :

Repost 0

Mes auteurs favoris