Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 23:50


masse critique

un secret de rue-ef772

 

Un secret de rue / Fariba Vafi : édition Zulma : 2011 / 218 pages

Abou, le vieux patriarche est mourant, toute sa famille vient le voir une dernière fois.  Après toutes ces années passées loin de ce quartier, un terrible secret lié à cette rue revient hanter les pensées de Homeyra sa fille,  revenue  elle aussi  au chevet de son père ? La rue, les maisons, les gens tout ce qui a été le décor de son enfance a changé. Mais les souvenirs restent. A l'âge adulte, Homeyra est partie vivre sa vie ailleurs, loin de cette rue et de cette enfance qu'elle a tenté d'oublier.

La jeune femme a décidé de rayer tout ce qui se rattache à sa famille, et à ce  père  qui régnait en maître absolu selon la tradition iranienne. Mais quelle est donc cette coutume, cette tradition qui autorise un homme à battre sa femme, à l'avilir, à la considérer comme un être inférieur ? Tout le monde l'ignore, par contre les femmes savent  qu'il n'y a pas d'autre  issue que la soumission.  Abou sait qu'il peut ordonner, cogner, crier, sur sa femme et ses filles sans qu'elles puissent se révolter. Dans la rue, il y a d'autres familles qui appliquent les mêmes règles. L'amie d'Homeyra, la petite Azar vit la violence au quotidien. Son père  maltraite Azar pour la seule et unique raison qu'elle est une fille.

La rue était pleine de vie à l'époque où les deux enfants s'amusaient ensemble. Homeyra a des souvenirs qui reviennent de ce temps là. Un patchwork joyeux qui nous donne une idée de la vie quotidienne en Iran dans un quartier pauvre. Chaque voisin a sa particularité, sa façon de vivre que découvrent les deux petites filles curieuses, quand elles se promènent dans la rue. Les hommes travaillent, les garçons s'amusent et les femmes circulent en tchadors le temps des courses et rentrent vite dans leur maison s'occuper des tâches quotidiennes. Les petites filles ont droit à un peu de  liberté, mais la  peur règne chez les femmes dont les faits et gestes sont  surveillés par les hommes.

Homeyra raconte pêle-mêle les péripéties de son quartier, mais un souvenir plus lourd, plus grave que les autres va remonter en elle. C'est celui qui a déterminé son besoin de fuir cette rue et son secret à jamais garder par ses habitants.

Sans être un coup de cœur, j'ai aimé le thème de ce livre qui est un témoignage intéressant sur la vie quotidienne mais aussi sur la condition des femmes et des petites filles en Iran dans les années soixante.

Je remercie les éditions Zulma de m'avoir envoyée ce roman. Une maison d 'édition dont j'apprécie la ligne éditoriale et la qualité de fabrication de leurs livres. Les pages sont cousues et non pas simplement collés, ce qui est de plus en plus rare.  Leurs couvertures sont aussi originales, je les trouve toujours  très belles.  

 

Je remercie Babelio pour l'envoi de ce livre.

Critiques et infos sur Babelio.com
Repost 0

Mes auteurs favoris