Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 23:07

                        

 
LE GRAND CAHIER est publié en 1986 et reçoit le prix du livre européen. 




LE TROISIEME MENSONGE est publié en 1992 et reçoit le prix du Livre Inter
  

Le roman commence par l'arrivée de 2 enfants  jumeaux "Claus et Lucas" chez leur grand- mère,   leur pays est ravagé par la  guerre.

 Les premières lignes nous annonce le drame qui va se jouer car la grand-mère interpelle sa fille durement :

(...) - Oui et maintenant tu te rappelles que tu as aussi une mère. Tu arrives et tu me demandes de t'aider (..).

Je ne demande rien pour moi. J'aimerais seulement que mes enfants survivent à cettte guerre (...) On évacue les enfants à la campagne, chez des parents ou chez des étrangers, n'importe où.

L'autre voix dit :

- Tu n'avais qu'à les envoyer chez des étrangers. nimporte où. (...) 

Ces premières lignes révèlent toute la violence des futures relations entre la grand-mère et les 2 enfants.

Claus et Lucas vont être abandonnés à eux mêmes près de cette  grand-mère qui a perdu tout sens moral.  Peu à peu ils vont mettre en place une forme d' éducation très personnalisée qui a pour but de les endurcir face à la violence de leur quotidien.

Ce roman qui fait 183 pages et un des livres le plus poignant que j'ai lu sur l'horreur de la guerre et les violences familiales qui font que les enfants deviennent des victimes en puissance. 

 

 

                        



LA PREUVE est publié en 1990

Je ne veux pas trop  dévoiler le contenu de ce livre pour vous laisser le plaisir de le découvrir, il est tout aussi poignant que le premier, il est aussi très court, il fait 185 pages.

Dans ce roman, les jumeaux ont grandi,  ils se séparent l'un d'eux franchit la frontière , laissant l'autre en son pays pacifié mais dominé par un régime autoritaire.

   

Ce 3ème tome est très énigmatique c'est un vrai jeu entre l'écrivain et son lecteur. Agota kristof maitrise parfaitement son sujet ce qui lui permet d'en extraire toutes les facettes. Elle nous présente ainsi une trilogie d'une incroyable
originalité dans la plus grande simplicité. 


J'ai relevé ce passage dans Le magazine "le matricule des anges"  qui a consacré un article sur une rencontre avec Agota Kristof.

(...)Là, l'écrivain esquisse un sourire à peine feint : "Voilà, c'est la bibliothèque Agota Kristof. Ce sont toutes les traductions des Jumeaux." Anglaise, allemande, scandinave, chinoise, coréenne... l'espace pris est impressionnant. On se rend compte de la qualité des éditions étrangères aux couvertures chatoyantes et souvent illustrées. "Cela représente 78 versions de mes trois romans", note-t-elle en vérifiant une page d'un petit cahier dans lequel l'écrivain tient chronologiquement l'avancée des nouvelles traductions. La dernière en date est la version en grec du Troisième Mensonge. "Je regarde souvent cette étagère lorsque j'oublie mon statut d'écrivain", dit-elle en souriant(...)

Le Matricule des anges N° 14 Novembre 95 Janvier 96.

Repost 0
Published by Nina - dans Agota Kristof
commenter cet article
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 19:12

 Agota Kristof est devenue écrivain malgré les conditions difficiles de sa vie,
il faut lire ses livres, elle mérite tout notre intérêt et notre respect.



  
Agota Kristof est née en 1935 en Hongrie, à Csikvand. Elle arrive en Suisse en 1956, où elle travaille en usine. Puis elle apprend le français et écrit pour le théâtre.

En 1987, elle devient célèbre avec son premier roman, Le Grand Cahier, qui reçoit le prix du "Livre Européen" deux autres livres suiventn La Preuve et Le troisième mensonge, une trilogie traduite en trente langues.

Pour en savoir un peu plus sur cette écrivain hors du commun j'ai lu son livre L'Analphabète qui est un récit autobiographique.



L'analphabète
(Zoé, 2004, 58 pages) 

Cette autobiographie est composé de 11 chapitres pour 11 moments de la vie d'Agota Kristof, de la petite fille qui dévore les livres en Hongrie à l'écriture des premiers romans en français.
L'enfance heureuse, la pauvreté après la guerre, les années de solitude en internat, la mort de Staline, la langue maternelle et les langues ennemies que sont l'allemand et le russe, la fuite en Autriche et l'arrivée à Lausanne, avec son bébé, le besoin d'écrire envers et contre tout. 

Ces histoires, Agota Kristof nous les raconte sans tristesse, il y a même des scènes cocasses. Phrases courtes, mot juste, lucidité, humour, le monde d'Agota Kristof est bien là, dans son récit de vie comme dans ses romans.

Repost 0
Published by Nina - dans Agota Kristof
commenter cet article

Mes auteurs favoris