Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 20:11

51KYW6QH6ML. SS500coeur_72.gif                                         

Écrit en 1977,

ce roman est traduit et édité en France en 1991

par les éditions de la Table ronde

actuellement, ce roman n'est disponible

que dans la collection Folio chez Gallimard.

Un roman a mettre absolument dans sa valise pour les vacances !

Ce livre est un "roman culte". C'est malheureusement l'unique publication en France de son auteur Oswald Wynd.

Mais qui est donc ce mystérieux Oswald Wynd qui a écrit un roman aussi référencé sur la culture des pays asiatiques et surtout de la Chine et du Japon du début du XXème siècle.

Voici ce que l'on peut lire sur Babelio :

Oswald Wynd est né en 1913 à Tokyo, il est mort à Edimbourg en 1998 de parents écossais missionnaires à Tokyo, où il passera ses vingt premières années. Oswald Wynd, devenu un des maîtres du polar contemporain sous divers pseudonymes, ne signa de son nom que le roman "Une odeur de gingembre" , qui s'est imposé, dès sa publication en 1977, comme un livre culte. Certains de ses romans ont été écrits sous le nom de Gavin Black.

Ces éléments de la biographie de l'auteur permettent de mieux comprendre la précision et la grande maîtrise avec laquelle il décrit le Japon du début du XXème siècle dans ce roman.

L'histoire :

Le 9 janvier 1903, une jeune écossaise Marie Mackenzie commence un journal intime pour occuper son temps durant la traversée à bord du paquebot qui l'emmène en Extrême-Orient. Elle va rejoindre son futur mari, un militaire britannique qu'elle connaît à peine. Mary a été éduquée, "façonnée" comme toutes les femmes de son époque pour devenir une épouse docile, appliquée et discrète.

Ce roman n'est composé que de la correspondance et du journal intime de Mary. Par ce fait, l'auteur s'est glissé dans  l'intimité de sa jeune héroïne et des femmes qu'elle côtoie, ce qui lui permet de brosser un portrait plutôt virulent de la condition féminine à cette époque, et de la caste des européens à l'étranger qui évoluent selon des codes moraux extrêmement strictes. Déjà sur le paquebot qui emmène Mary vers son destin, on se rend compte très vite que la vie des femmes est complètement cadenassée par les diktats d'une société dominée par le paraître et les préjugés. Si poser son corset pour mieux supporter la chaleur, le cacher sous une pile de vêtements pour éviter un scandale et parler au capitaine du bateau sont des attitudes répréhensibles, Mary a pu transgresser ses règles facilement en déjouant la surveillance appuyée de ses "chaperonnes". Mais à Pékin, Mary aura du mal a vivre selon ses désirs.  De plus, la jeune femme va vite comprendre que sa vie de couple est un échec auprès d'un mari à la morale aussi raide que son habit militaire. Pourtant cette nouvelle vie ne lui permet pas de s'ennuyer. Mary laisse sa curiosité s'exprimer, elle découvre un pays, ses habitants, va éprouver une certaine fascination pour un officier japonais dont elle apprécie la conversation....

Je vous laisse découvrir la suite de cette passionnante histoire au coeur de la Chine ancienne et des coutumes et les rites sociaux dans le Japon du début du XXème siècle. 

Imperatrice.jpg

Il y a un passage étonnant sur la rencontre de Mary avec la célèbre impératrice Tseu Hi, qui me donne presque envie de lire une biographie sur cette femme bien étrange.  

L'histoire de Mary est un véritable plaidoyer contre une éducation basée sur la soumission des femmes.

Mary dont l'éducation n'a pas appris à se battre mais à se soumettre, va devoir lutter pour gagner son indépendance. C'est au Japon qu'elle fera ce difficile apprentissage et gagner son autonomie dans un pays profondément misogyne qui vit selon des coutumes et des rites féodaux.

Kyoto.jpg

Je remercie ma collègue Marie-France pour cette très très belle découverte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anis 28/07/2012 09:02


J'ai absolument envie de lire ce livre. Le thème, bien sûr, me passionne. Et j'adore quand un homme se met dans la peau d'une femme.

Nina 29/07/2012 22:26



Tu vas aimer ce roman, il aborde des sujets très féminins dans le Japon du début du XIXème extrêmement misogyne. J'ai adoré ce livre.  Dommage qu'in n'existe pas d'interview de l'auteur.



George 26/07/2012 08:39


Mon livre fétiche et sans doute celui que j'ai le plus offert !

Nina 27/07/2012 22:24



Je te comprends, je vais faire comme toi, c'est aussi un livre que je vais offrir....



A_girl_from_earth 16/07/2012 23:46


Je l'ai dans ma PAL et en anglais en plus, mais je crois qu'il est resté dans un de mes cartons non déballés suite à mon dernier déménagement. Au vu de ton commentaire, il faudrait que je l'en
ressorte vite !

Nina 17/07/2012 23:06



Oui sors le de son carton,  il est génial ce roman !



Catherine 16/07/2012 23:42


Dis, Nina, tu participes bien au Dragon 2012 ?
J'ai dû rater plusieurs articles... Je vais m'abonner à ta newsletter . Bonne semaine, bonnes vacances et un bel été
.

Nina 17/07/2012 23:07



Oui et ce livre pourrait en faire partie, je t' ai laissé un commentaire pour te le demander.



denis 16/07/2012 21:14


je ne connaissais pas ce livre que tu dis 'culte". Il semble passionnant.

Nina 16/07/2012 22:02



Oui vraiment c'est un livre extraordinaire qui mérite vraiment le détour. J'ai vraiment été très étonnée de la qualité et de l'originalité de l'histoire.



Mes auteurs favoris