Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 09:00

  1550 g

 

Edition Stock : 2010 / 108 pages

Grand Prix de l'Académie Française 2010

 

Eric Faye s’est servi d’un fait divers lu dans un journal à Nagasaki pour écrire cette histoire.

Ce roman ne fait que 108 pages, pourtant il est très dense car il aborde beaucoup de thèmes existentiels comme l’enfance, la solitude, l’errance….. Mais aussi un des graves problèmes socio-économiques de notre époque : le chômage. 

Nagasaki, cette ville au passé douloureux est devenue une métropole tout aussi inhumaine que ses semblables, c’est un des terribles constats que l’on peut faire en lisant l’étrange aventure de cet homme qui vit seul dans un appartement qu’il a l’habitude de ne pas fermer à clef. Des faits troublants apparaissent : disparition d’objets, de nourriture. Un cerveau cartésien et ne peut pas imaginer autre chose qu’une présence humaine, aussi le propriétaire de l'appartement va donc mettre en œuvre toute la technologie moderne pour éclaircir ce mystère. L'étrange vérité explique à quel  point la crise économique peut détruire une existence, pourtant peut-on avoir de la compassion  pour quelqu’un qui demande juste le minimum pour survivre mais qui a pour cela violé notre intimité pendant plus d’un an.

J'ai beaucoup aimé l'ambiance japonaise de ce roman, et j'ai trouvé amusant que ce soit un écrivain français qui l'ai écrit. Cette histoire a un effet miroir car elle ne peut que nous renvoyer à  nos propres existences et à nos peurs.

Je n'en dirais pas plus, pour ne pas trop dévoiler ce magnifique roman.

Japon 1

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Constance 12/01/2011 11:51



Une belle façon de finir l'année. Il faut que je mette la main dessus.



Nina 21/01/2011 21:14



En effet un très beau livre très japonais, il est très cout mais vraiment incisif et très réaliste.



Bénédicte 10/01/2011 12:22



Un livre que j'ai beaucoup aimé en effet et je trouve que ta formule effet miroir est très juste Je profite de ce message pour t'adresser tous mes voeus de bonheur et de santé pour cette nouvelle
année 2011



Nina 21/01/2011 21:19



Je te souhaite aussi une très belle année 2011



**Fleur** 04/01/2011 20:59



Je l'ai aimé mais sans plus, un peu trop court à mon goût.



Nina 05/01/2011 22:35



Oui c'est vrai qu'il est court ce roman, moi je l'ai trouvé suffisant pour faire le triste constat de notre époque.



Joelle 03/01/2011 10:43



C'est un livre qui a beaucoup d'échos positifs mais je ne pense pas forcément qu'il me plairait, particulièrement en ce moment, où je ne suis pas d'humeur pour ce genre d'histoire. Je te souhaite
une très belle année, qu'elle soit douce et heureuse et remplie de belles lectures :)



Nina 03/01/2011 20:18



C'est vrai qu'il y a des périodes pour lire certains romans. Merci et à bientôt.



sylire 02/01/2011 22:48



Très tentant, je retiens ! Et j'en profite pour te souhaiter une très belle année 2011 à mon tour.



Nina 03/01/2011 20:16



Oui c'est un livre qui est en "harmonie" avec notre époque, malheureusement. Merci et à bientôt sur les blogs...



Mes auteurs favoris