Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 09:48

Babelio ABC

miroir brisé

Mercè Rodoreda

Edition Autrement : 2011 / 338 pages

 

 

C'est sous la forme littéraire de la saga familiale, que l'auteure a choisi de nous raconter cette histoire.

On rentre dans ce roman lentement, les personnages se mettent en place doucement, c'est peut-être pour cela que j'ai eu envie de laisser ce roman ! En effet au début de ma lecture, je ne cernais  pas vraiment  l'intérêt de cette histoire. Mais l'ambiance surannée de cette époque,  le charme de Barcelone et la personnalité de l'héroïne Térésa m'ont donné envie de poursuivre ma lecture. J'ai eu raison d'insister. Peu à peu captivée par ce roman,  j'en ai découvert tout l'intérêt au fil des pages.

Ce roman n'a pas de repères chronologiques, on devine l'époque par des événements politiques comme le début de la guerre civile espagnole. Ce roman relate toute l'hypocrisie qui règne dans les classes sociales dites "supérieures". Et qui ne  sont "supérieures" que parce que l'argent leur permettent de tout acheter même les êtres humains.

Le sujet principal de ce livre est donc la puissance de l'argent.

Tout est beau chez les gens riches, leurs villas sont des chefs d’œuvre d'architecture, leurs vêtements et leurs bijoux des créations artistiques, leurs nourritures des mets exquis et leurs vies des romans. C'est un peu ce que pensent les gens qui habitent les quartiers pauvres, et c'est l'histoire de ce livre.

Le roman se découpe en 3 parties qui représentent les périodes les plus marquantes de la famille Valldaura. Les personnalités les plus importantes sont les femmes. La vie et le rôle des femmes dans ce milieu bourgeois décrit à travers cette famille.

Teresa est une très belle femme, elle habite un quartier pauvre, sa mère est poissonnière. Cette jeune femme va faire une fulgurante ascension sociale, tout simplement en se mariant deux fois. Une première fois avec un très vieux monsieur qui lui laisse à son décès une belle fortune. Teresa devient ainsi une veuve convoitée ! Une très belle et fortunée jeune  femme trouve facilement un mari. On oublie bien vite la façon dont elle a obtenu cette fortune !! La belle Teresa se marie de nouveau avec un homme riche et très influent : Salvador Valldaura.

Teresa a un passé, dans ce passé il y a un enfant nait d'un amour de jeunesse. Teresa apprend à mentir, à cacher, à ne pas dire. Le secret s'installe peu à peu dans cette famille.

Teresa va donner naissance à une fille Sofia. Beaucoup moins attirante que sa mère, elle sait pourtant que son argent va lui permettre de se marier facilement. Son futur mari est un homme qui est intéressé par sa fortune et qui a lui aussi un enfant caché. L'histoire se répète. Sofia l'apprend mais décide de garder le secret. Il ne faut surtout pas déranger l'ordre installé par sa mère et par des domestiques consciencieuses. D'ailleurs, ces jeunes servantes ne diront pas, elles non plus que "le jeune maître" des lieux, le mari de Sofia leur rend visite la nuit.

C'est le mal-être des enfants de  la troisième génération qui va faire craquer ce beau vernis. La richesse a perdu  sa force et son éclat. Violence, inceste, suicide, toutes ces manifestations de l'enfance en détresse vont faire effondrer le bel édifice construit à force d'argent et de silence. 

J'ai aimé la complexité de ce roman et le fait que Mercé Rodoreda  laisse ses personnages à notre réflexion. Chacun en refermant ce livre va donner une explication à cette histoire. selon ses inclinations :  Pragmatique, féministe,  psychologique........Ou ne pas l'aimer du tout comme Noukette

 

merce-rodoreda.jpg

La 4ème de couverture nous présente l'auteur : (1908-1983) Mercè Rodoreda est une  grande dame de la littérature catalane. Traduit en 29 langues. Elle a notamment publié en France "la place du diamant" (Gallimard, L'imaginaire, 2006)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Noukette 07/02/2012 23:01


Effectivement, j'aurais peut-être dû persister... Il est toujours sur mes étagères, qui sait, peut-être que je le ressortirais un jour...! :-)

Nina 09/02/2012 21:58



Tu verras mais tu sais peut-être qu'il ne te plait pas tout simplement.....



Anis 06/02/2012 19:15


Je lirai cette auture c'est sûr. Maintenant je ne sais pas si je commencerai par celui-là.

Nina 07/02/2012 22:02



Ce livre m'a tendu les bras !! Je regardais les livres en attendant la conférence avec Véronique Ovaldé et Laurent Mauvignier, et je l'ai emprunté.....



Mes auteurs favoris