Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 08:00

 

Nyssen 5

Sur une idée de Denis, voir son blog ICI

Un hommage à Hubert Nyssen est organisé

le 12 de chaque mois pendant l'année 2012.

Hubert Nyssen est décédé le 12 novembre 2011.

J'ai rajouté à cet hommage celui de l'écrivaine  Nina Berberova

qui fut la grande découverte littéraire de Hubert Nyssen.

Pour en savoir un peu plus, voir mon article ICI

 

 

   Récits de l'éxil Le laquais et la putain-copie-1

 

Le laquais et la putain de Nina Berberova chez  Actes Sud / 1994 : 94 pages.

récit qui se trouve aussi dans : Récits de l'exil chez Actes Sud dans la collection Babel / 1993

 

Les récits de l'exil présentent les 5 premiers romans de Nina Berberova qui mettent en scène les naufragés de l'immigration russe. En effet, ces romans sont noirs, parce que l'exil est douloureux et l'adaptation difficile pour beaucoup de russes qui ont fui la révolution.

 

Petite anecdote !

Je commence cette semaine en présentant un roman russe alors que mon thème cette semaine sera celui de  la littérature japonaise, le thème du salon du livre de Paris. 

j'ai choisi tout à fait par hasard de lire cette nouvelle, « le laquais et la putain » pour cet hommage mensuel.

Quel fut ma surprise de voir que "Tania", le personnage principal de cette histoire quitte la Russie avec son mari pour le Japon où ils vont rester 9 ans.

Pour fuir le bolchevisme, les russes partent en majorité pour les pays occidentaux, mais il y a eu aussi une immigration vers le Japon et la Chine. Phénomène méconnu qui est expliqué sur le site: monderusse

Donc ce roman russe n'est pas vraiment anachronique avec mon thème sur le japon !

 

Le laquais et la putain raconte à travers l'histoire de Tania, l'existence des femmes immigrées qui se retrouvent seules dans un pays dont elles ne connaissent ni la langue ni les coutumes. Au début du XXème siècle, en Russie, comme dans la plupart des pays, les femmes à part dans les milieux intellectuels, ont été éduquées selon le schéma de l'époque : se marier et avoir des enfants. Alors, être une femme dans un pays étranger, sans mari et sans famille pour vous soutenir, était une situation difficilement envisageable.

Ce livre raconte la lente dégradation sociale de Tania qui arrive en France après avoir vécu 9 ans au Japon avec son mari. Elle est veuve, sans aucun revenu et n'a pas envie de faire des petits métiers comme ses amies russes : brodeuse, femme de ménage...

L'objectif de Tania, c'est de se trouver un mari. Mais le temps passe et l'argent manque. Tania va être obligée d'accepter que les hommes lui offrent de quoi manger et la suite est facile à deviner.

Quand elle rencontre Bologovski, l'immigré russe qui faisait partie du corps de cavalerie du tsar, lui pense avoir trouvé enfin une femme qui va combler sa solitude. Il est certain que la vie sera plus douce à deux. Il va comprendre peu à peu qu'il ne représente pas ce que Tania désire. Tania a des rêves de jeune fille. Bologovski n'est qu'un pauvre exilé qui souffre loin de son pays. La fin sera tragique.

Biographie-copie-1.jpg

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Nina
commenter cet article

commentaires

elia 12/03/2012 21:48


Joli billet. Partie du blog d'Argali, j'ai atterri chez Denis qui m'a emmené chez toi. Très beau voyage dans l'univers de Nyssen.

Nina 15/03/2012 13:05



Je te remercie et c'est vrai que de blog en blog on voyage.....



DENIS 12/03/2012 20:50


article très intéressant pour un texte que je ne connaissais pas de cette grande dame des lettres du 20e siècle

Nina 15/03/2012 13:08



En grattant dans les anthologie on fait de vraies découvertes



Anis 12/03/2012 18:33


C'est ce qui est magique avec la littérature qui foisonne de correspondances! 

Nina 15/03/2012 13:06



Oui tout est à tiroir avec la littérature tout est permis.....



Mes auteurs favoris