Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 21:45

Banniere-novembre.jpg

Avec un peu de retard, je présente la suite du challenge

Sur les Pages du Japon organisé par Kezako du livre

La consigne du mois de novembre : le roman policier

La voix

Récits policiers traduits du japonais par Karine Chesneau

Edition Picquier collection Poche: 252 pages / 1996

 

l'écrivain Seicho Matsumoto est considéré comme le Simenon japonais parce qu'il met en scène les gens du peuple, ceux dont la vie est ordinaire et qui pour une raison particulière deviennent des criminels. Son analyse psychologique très minutieuse des personnages permet, pour les lecteurs occidentaux, de situer clairement le contexte du crime dans la société japonaise et ainsi mieux comprendre l'attitude des différents acteurs de ces intrigues.

La voix est un recueil de 6 nouvelles policières qui reposent sur un même thème : le fait divers.

La vie des gens ordinaires, des gens du peuple s'oppose évidemment à l'existence plus riche et plus intense de celle des milieux aisés. Pourtant cela ne veut pas dire que "ces gens ordinaires" ont une vie morne et triste, et qu'ils se soumettent silencieusement à leur condition sociale. Bien au contraire. Seicho Matsumoto raconte dans ses intrigues policières comment la jalousie, la lâcheté, la convoitise, la peur, le désir de devenir riche.... sont souvent de puissants détonateurs pour échapper à une vie insipide.  L'élaboration d'un crime parfait pour sortir enfin de la misère ou bien se débarrasser d'une épouse gênante, d'un maître chanteur  est la solution que choisissent les héros de ce recueil de récits policiers.

l'assassin qui élabore avec minutie son crime, le témoin gênant mais aussi le policier qui va mener l'enquête sont les principaux personnages qu'analysent avec précision Seicho Matsumoto. Le lecteur découvre ainsi le Japon au quotidien.Toutes ces tranches de vie au demeurant banales, permettent pourtant de mettre en lumière un peu de la vie sociale de tout un chacun et pour le lecteur de s'immerger dans ce pays fascinant.

Pour tous ceux qui souhaite en savoir plus sur le Japon, cet auteur et à découvrir

A lire aussi :

Tokyo-express.jpg vase-de-sable.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Margotte 11/12/2012 08:20


Je vois que tu es toujours plongée dans la littérature japonaise ! J'aime beaucoup cette collection, chez Picquier :-)

Nina 11/12/2012 21:54



J'ai un peu laissé avec mon travail à la bibliothèque j'ai lu la rentrée littéraire qui n'offrait pas d'ailleurs de romans japonaus. Ce challenge me permet de rester connectée à cette littérature
!!



Anis 09/12/2012 19:02


Ca y est, j'ai fini de lire l'Ingénue libertine et je l'ai chroniqué. Je mettrai ton lien quand tu punlieras à ton tour. Il me tarde de savoir ce que tu en as pensé.

Nina 11/12/2012 21:51



Tu as bien raison d eme parlais de cette lecture !! Je vais préparer ma chronique.



Ambroisie 08/12/2012 23:28


Je passe mon tour. Pour ma part, Matsumoto n'a pas réussi à me séduir. Dommage...

Nina 11/12/2012 21:53



Ha d'accord ! Et bien moi comme c'est mon premier essai il va falloir que j'en lise d'autres pour me rendre compte.



Philisine Cave 05/12/2012 08:57


Les couvertures sont très stylées et splendides : elles vendent bien le contenu, j'imagine ?

Nina 05/12/2012 19:28



Oui c'est vrai tu as raison, cette 1ère de couverture n'est pas commune et peut attirer le lecteur.



Anis 05/12/2012 01:09


C'est vrai que c'est vraiment important d'avoir le contexte car les codes sociaux sont différents. leur méconnaissance de l'honneur par exemple peut vraiment entrâver la compréhension des crimes
et des délits.

Nina 05/12/2012 19:27



Oui c'est vrai et moi je n'aime que ce type de romans policiers. Le contexte psychosociologique m'intéresse beaucoup.



Mes auteurs favoris