Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 18:30

Nyssen 5

Sur une idée de Denis, voir son blog ICI

Un hommage à Hubert Nyssen est organisé

le 12 de chaque mois pendant l'année 2012.

Hubert Nyssen est décédé le 12 novembre 2011.

J'ai rajouté à cet hommage celui de l'écrivaine  Nina Berberova

qui fut la grande découverte littéraire de Hubert Nyssen.

Pour en savoir un peu plus : ICI

Nina Berberova

Edité chez Actes Sud en 1989

 

Un groupe d'amis, des exilés forcés de la révolution russe, profite des premières chaleurs de ce mois de juin 1940. La guerre s'installe et leur moral est morose. L'héroïne de cette histoire, Maria Léonidovna, lance un jeu pour donner un peu de gaieté à cette soirée. Quels sont les personnages célèbres que l'on aimerait ressusciter ? Chacun s'amuse à ce jeu et propose des noms Napoléon, la Reine Victoria , Pouchkine, Tolstoï.... Maria dit : "moi je ne ressusciterais que Mozart, oui, c'est cela, Mozart, pensa Maria, je n'ai besoin de personne d'autre, et d'ailleurs ce serait inutile. (extrait du livre).

Il resterait avec nous jusqu’au matin, il jouerait du piano ou il nous parlerait. Et tout le monde viendrait le voir et l’écouter, le jardinier des voisins avec sa femme, et le postier, et l'épicier avec se famille, et le chef de gare...Quelle joie ce serait (extrait du livre)

Paris est bombardé, Maria reste seule dans sa maison proche de Paris en compagnie de son beau-fils. Les militaires commencent à s'installer dans les villages, les souvenirs des précédentes guerres reviennent parmi les habitants. Tout le monde vit dans la peur et l'angoisse. C'est dans cette atmosphère pesante qu'un homme se présente à Maria et lui demande l'hospitalité pour une nuit. Qui est cet homme à l'allure et aux vêtements insolites ? Est-ce un militaire, un déserteur, un espion ? Il dit à Maria qu'il est un civil, il est musicien. Maria installe le mystérieux inconnu dans une annexe de sa maison.

La guerre jette des milliers de gens sur les routes. Maria doit aussi fuir de nouveau, les russes qui vivent en France connaissent déjà la douleur de l'exil. Au milieu de cette débacle, l'énigme autour du mystérieux musicien s'intensifie. Personne ne le remarque, il se présente la nuit à Maria pour dormir à l'annexe et s'en va la journée. Ce musicien est-il Mozart ressuscité, ou plutôt son allégorie appelée grâce à l'imagination de la maîtresse des lieux pour venir enchanter des lieux désertés par la musique, et ainsi alléger les pensées de Maria que la guerre oppresse, même si elle est une femme à la forte personnalité qui ne veut pas avoir peur, parce que les russes n'ont plus peur.

Nina Berberova nous décrit avec précision l'angoisse de la population face aux menaces de la guerre. Le besoin de rêver et de se raconter une autre histoire que celle que l'on ait en train de vivre permet peut-être de mieux supporter l'horrible réalité. Nina Berberova mêle ses talents d'écrivaine à cette page d'histoire. L'intervention de Mozart est la petite touche fantaisiste qui donne à cette nouvelle une originalité qui perturbe avec finesse la logique du lecteur. 

Nina Berberova était à Paris pendant cette période qu'elle décrit dans ce livre, ce qui permet de penser qu'elle s'est décrite sous les traits de son héroïne Maria Léonidovna.

" Pourquoi l’horreur, la cruauté, l’affliction se matérialisaient-elles si facilement, s’incarnaient-elles dans une image concrète, n’en oppressant l’âme que davantage, et pourquoi le sublime, le tendre, l’imprévu, le charmant effleuraient-ils le cœur et les pensées comme une ombre, sans qu'on pût les saisir, ni les regarder, ni les palper ? (Extrait du livre).

Biographie.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Nina
commenter cet article

commentaires

bonheur du jour 17/07/2012 06:59


Cela me donne envie de relire Nina Berberova....

Nina 17/07/2012 23:11



Ce me plait de relire cette auteure, je l'avais beaucoup pouyr présenter un dossier sur elle pendant mon année d'étude pour être biblitothécaire. J'avais adoré faire ce travail et j'aime bien cet
hommage



Catherine 16/07/2012 23:50


Je ne connaissais pas ce challenge-hommage ni le blog de Denis : merci pour la découverte

Nina 17/07/2012 23:09



C'est un challenge hommage, j'arrive à m'y tenir chaque mois pas facile mais c'est une belle initiative de Denis. A bientôt



Margotte 13/07/2012 11:07


Je n'ai lu qu'un seul Nina Berberova et n'ai pas été totalement convaincue... Peut-être devrais-je essayer à nouveau ? Quelle bonne idée cet hommage à H. Nyssen ! Bonne journée à toi

Nina 14/07/2012 22:24



Merci, pour lire un écrivain il y a des périodes plus propices que d'autres, son oeuvre est très orientée sur sa vie d'éxilée russe et sur les conditions de vie des russes en France, ce fut un
sujet litéraire très à la mode avant la chute du mur de Berlin.



DENIS 12/07/2012 23:13


j'ai repris ton article pour le billet récap


merci pour ces séries sur Nina Berberova en espérant que tu feras des émules de cette grande dame de la littérature

Nina 14/07/2012 22:22



Je ne sais pas si je vais faire des émules mais j'ai pris plaisir à relire ses textes, ça me rappelle quand mes études !!!



Mes auteurs favoris