La maison Rajani

Publié le par Nina

Roman lu et critiqué dans le cadre de l'opération Masse Critique sur Babelio

 La maison Rajani

Edition Seuil / 2010 : 402 pages

Cette histoire commence en 1895, un  bateau vogue en direction de  Jaffa, à son bord Isaac Luminsky confie à son  journal intime les espoirs de sa future vie de colon juif, mais aussi son désespoir de jeune marié, sa  femme  refusant tout contact avec lui.  Ce jeune couple de juifs arrivant de Varsovie va vivre un vrai choc culturel en découvrant la Palestine Ottomane.

En parallèle, dans un riche domaine à l’abandon un jeune arabe, Salah, tient lui aussi son journal intime. Il lui confie  sa solitude, ses chagrins, l’amour excessif que lui porte sa mère,  son père violent et souvent absent. Cet enfant solitaire et fragile rêve d’un ami à qui il confierait son mal - être. Un jour, Salah  aperçoit Isaac en sortant de  chez le docteur et c’est le coup de foudre,  Salah pense avoir rencontré son ange gardien et mettra en œuvre toute son énergie pour que sa mère l’invite dans leur domaine.

Isaac  est délaissé par sa femme, Il est seul et désœuvré dans ce nouveau pays qui est tellement différent du sien.  Madame Rajani ne va pas avoir beaucoup de mal à l’inciter à rencontrer son fils, et très vite Isaac tombe  amoureux  de la mère de Salah  et de son merveilleux domaine à la terre grasse et fertile.

Isaac  s’est  installé dans ce pays pour acheter des terres aux arabes et construire la nouvelle  Israël. Le domaine des Rajani est pour lui l’endroit rêvé pour débuter ses projets et il veut y installer des colons juifs. Quand Salah va découvrir les véritables intentions de son ami, il va lui vouait une haine terrible et l’accuse du meurtre de son père.   

On va lire tour à tour les journaux intimes d’Isaac et de Salah.  La même histoire est racontée de deux façons différentes.  Isaac nous démontre ses efforts pour  redonner vie à ce domaine laissé à l’abandon,  et les écrits de Salah racontent sous la forme de visions prophétiques, l’invasion de son pays par le peuple juif.

Mon avis :

J’ai vraiment apprécié ce roman, qui nous raconte sous la forme du conte oriental, la douloureuse histoire de la Palestine et d’Israël : Une terre appelée promise, Deux peuples,  et  deux histoires qui ne s’accordent pas.  

Alon Hilon est un jeune écrivain israélien, la maison des Rajani est son deuxième roman, et je pense lire très vite son premier roman : "la mort du moine".

Pour en savoir plus sur l'auteur, le site de Alon Hilon : Ici

Pour lire une excellente critique sur le Monde.fr : Ici

oranges de jaffa

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J


Très bon livre pour moi aussi...



Répondre
N


il me reste à regarder le film......



Y


Ca m'intéresse ce thème, et quelle couverture ! Sobre et vraiment très bien réussie.



Répondre
N


Je te le conseille vraiment et puis on apprends beaucoup de choses sur la Palestine Ottomane que moi je ne connaissais pas du tout.....



C

Ce roman a l'air très intéressant, en plus j'aime bien la couverture.


Répondre
N

Moi aussi j'aime bien cette couverture, et le livre est vraiment original, très bien écrit.


L

Tu en parles d'une façon très tentante... Mais il faudrait que je ralentisse un peu mes acquisitions... La couverture est très belle, et le sujet vraiment intéressant !


Répondre
N

Je vraiment aimé ce livre et quel dommage que l'histoire de ce pays soit aussi dramatique.


N

Ce roman semble très intéressant.


Répondre
N

En effet j'ai vraiment apprécié la façon dont l'auteur raconte l'histoire de son pays, c'est original et très instructif en même temps.......