Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 17:07

ChallengeDragonFeu

Challenge dragon 2012 organisé par "la culture se partage"

 

La fin de l'été 1

Roman traduit du japonais par Jean-François Gény

Édite chez Philippe Picquier / 1999 : 172 pages

paru au Japon en 1963

 

SetouchiHarumi-Jakucho-.jpg

 

Née en 1922 dans la préfecture de Tokushima, Setouchi Harumi (Jakuchô) est diplômée de l'Université Chrétienne de Jeunes Filles de Tôkyô.

En 1960 elle publia une biographie de la féministe Tamura Toshiko pour laquelle elle reçut le premier prix Tamura Toshiko.

En 1973 elle devient nonne Bouddhiste et change de nom de plume : Setouchi Jakuchō.

De 1996 à 1998 elle publia en 10 volumes une version en japonais moderne du Genji monogatari. Info complète sur shunkin.net

Setouchi Jakuchô publit des nouvelles et des romans dont "La Fin de l'été", qui assoit sa notoriété après qu'elle eut été qualifiée lors de sa publication de "romancière pornographe". (Extrait de la 4ème de couverture)

Je n'ai pas trouvé de critiques positives pour ce livre, pourtant j'ai aimé cette histoire qui est très touchante et pleines de réflexions intéressantes sur la vie de couple.

La 4ème de couverture nous explique que ce roman est autobiographique. L'héroïne Tomoko n'est autre que Jakuchô qui nous raconte sa douloureuse relation amoureuse avec Shingo son amant. Tomoko a un parcours difficile avec les hommes. un mariage raté, une tentative de vie de couple avec Ryota qu'elle quitte, et ensuite sa rencontre avec Shingo dont elle est profondément amoureuse. Shingo est un écrivain raté, il mène une double vie et partage son temps entre sa femme et sa maîtresse. Tomoko nous raconte avec beaucoup de sensibilité, ses ambivalences. Elle est partagée entre l'acceptation de cette vie de couple en marge de la société et l'envie de devenir la femme légitime. Peu à peu, elle comprend que la femme de son amant n'est rien d'autre qu'une victime comme elle de l'inconstance de Shingo. Cette vie de couple bancale pèse de plus en plus à Tomoko qui va reprendre son ancienne relation avec Ryota. Par tous les moyens elle va essayer de casser sa relation avec Shingo. cela fait 8 ans qu'elle vit et partage son amant avec "l'autre" la légitime, selon un planning défini par Shingo. Tomoko n'est pas satisfaite de cette relation triangulaire mais elle ne l'est pas non plus de sa nouvelle relation avec Ryota. Quel est le juste équilibre ? La séparation est être en accord avec ses pensées ? Se satisfaire de cette relation qui apporte aussi des d'avantages ? Tomoko sait qu'elle devra décider seule....

Cette histoire est aussi la lente maturation d'une femme qui va à se détacher peu à peu de la soumission à son amant et apprendre à vivre librement.

J'ai trouvé ce livre très beau. Il offre de belles réflexions sur l'attachement amoureux, l'habitude et la douleur de la séparation. En 1962, les règles de moralité étaient très strictes au Japon comme dans beaucoup d'autres pays. Même si Tomoko est assez libre des conventions. Elle est plutôt lasse de vivre un amour en marge, une relation illégitime.

J'ai vraiment aimé ce livre, et si de nos jours, il ne peut plus être qualifié de "pornographe" comme à l'époque de sa parution, ce roman est par contre encore pleins de réflexions intéressantes et toujours actuelles sur la vie de couple.

Japon 2

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A_girl_from_earth 05/08/2012 13:42


Encore un peu d'été avec ce petit Sunshine Award pour toi, chez moi, si ça te dit.;)

Nina 02/09/2012 17:31



Encor eun peu d'été dans mon limousin aussi et tout va bien !!!



Margotte 29/07/2012 13:07


Quand j'ai lu ton titre de billet, j'ai eu peur !!! ;-)

Nina 29/07/2012 22:23



J'ai emprunté ce livre à la médiathèque début juillet, il pleuvait !! son titre m'a fait sourire je l'ai emprunté.



Anis 28/07/2012 08:47


Cela m'a toujours beaucoup interrogée, la force du lien amoureux, la dépendance qu'implique cette sorte d'attachement et la douleur immense, la souffrance qu'il peut engendrer. Car on peut mourir
d'aimer... Je profite d'une connexion wi-fi sur mon lieu de vacances pour venir te lire un peu.

Nina 29/07/2012 22:21



Bonjour Anis c'est vraiment sympa de venir me voir, je suis allée voir ton blog et j'ai vu des articles je n'ai pas encore laissé de commentaires. J'ai aimé ce roman pour ça justement, 
cette analyse du lien amoureux qui est plutôt une forme de dépendance, plutôt que vraiment de l'amour, je ne sais pas si on ne confond pas......J'espère que tu passes de bonnes vacances.



Catherine 28/07/2012 08:17


Merci pour cet article dans le challenge. Le titre n'est pas d'acutualité . Je ne connaissais pas ce roman ; l'auteure
est devenue religieuse bouddhiste ?


Bon weekend.

Nina 29/07/2012 22:28



Oui je devrais le mettre que l'auteure est devenue religieuse bouddhiste, et continue d'écrire mais ses livres ne sont pas traduits en français.



Mes auteurs favoris