La fille du bureau de tabac

Publié le par Nina

 

masse critique

 

 

images

 

 

 

Les éditions Cambourakis est une maison d'édition qui fait des choix éditoriaux originaux comme de rééditer ce manga qui a été édité la première fois dans les années 70.

Il vaut mieux lire la quatrième de couverture pour bien comprendre ce manga qui est différent ceus que l'on a l'habitude de lire.

L'auteur, Masahiko Matsumoto est né en 1934 à Osaka. Dans les années 1960, il a fondé le mouvement « Gekiga » avec sept autres mangakas (auteurs de mangas). Ils font évoluer l'esprit du manga en mettant en scène les problèmes sociaux que rencontre le japon dans les années 70. Le pays vit un grand bouleversement dans son mode de vie traditionnel, l'évolution des mœurs perturbe l'ordre ancestral et créait un véritable changement dans les relations entre les individus.

 

J'ai beaucoup aimé "La fille du bureau de tabac" qui est composé de 11 nouvelles au graphisme vraiment différent des mangas traditionnels, de plus les sujets abordés montrent bien à quel point ce mouvement "Gekiga" a été révolutionnaire dans le Japon des années 1970. Tout est nouveau, l'expression des visages, l'attitude des personnages mais aussi tous les détails de la vie quotidienne  sont dessinés avec un extrême réalisme.

Ces onze nouvelles nous proposent des tranches de vie de personnages plutôt englués dans un quotidien difficile : Chômage, divorce, relation hommes – femmes, éducation des enfants, conflits de générations, évolution sociale des femmes.Ces scènes permettent  une véritable rencontre avec ce pays. Les difficultés de compréhension d'une civilisation vraiment différente de la notre, ne m'a peut-être pas permise de comprendre le sens véritable de toutes les situations présentées. 

Les portraits féminins sont largement représentés, et démontrent à eux seuls le changement social du japon, sans oublier l'humour qui est très présent dans ce manga avec par exemple l'histoire de « Mademoiselle Happy » qui décide de vendre des préservatifs ce qui va lui permettre de mener à bien ses projets.

la-fille-du-bureau-de-tabac-4-001.jpg

la-fille-du-bureau-de-tabac-001.jpg

Publié dans Bandes Dessinées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J


Au vu des dessins et du titre, je n'aurais jamais pensé que c'était un manga ! Mais la vision d'un Japon en plein changement des moeurs doit être intéressante à découvrir ... je note !



Répondre
N


J'aime beaucoup ce type de manga qui ose parler des problèmes de la société du japonnaise.



S


J'ai reçu moi aussi ce livre dans le cadre de Masse critique - si ce n'est que je ne connais strictement rien aux mangas !



Répondre
N


J'aime certains mangas ceux qui racontent la société japonaise, et j'avoue que j'adore le graphisme et la complexité de la société japonaise me fascine, par contre le lire de droite m'ambête un
peu mais en même temps ça fait partie du jeu.



M


je l'ai lu la semaine dernière, j'essaye de rédiger un avis sur cette lecture mais je suis moins convaincue. Rarement séduite par le format "recueil de nouvelles", le charme n'a pas opéré ici.
Sentiment de frustration régulier au dénouement de ces brefs portraits, personnages perdus... Par contre, on remarque à peine que ces histoires ont été écrites il y a plus de 30 ans. Les
questions restent d'actualité



Répondre
N


C'est ce qui m'a plus dans ce recueil c'est le fait qu'elles ont été écrites dans les années 30 c'est époustouflant de modernité.



A


Oui, cela doit être très intéressant. Je connais peu l'univers des mangas même si j'ai deux BD d'un maître du genre : Tanigushi que je n'ai pas lues encore entièrement.



Répondre
N


J'aime bien les mangas quand même, c'est un univers envoutant mais j'en lis très peu, j'en ai mis dans ma liste de livres pour mes vacances qui arrivent pas à pas !!!!