Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 23:06

Blogoclub-copie-1.jpg

 

L-homme.jpg

 

Edition Gallimard : collection Folio / 2009  

Herta Muller est née en 1953 dans la province de Banat en Roumanie, au sein de la minorité allemande des Souabes. Persécutée par le régime de Ceaucescu, elle émigre en 1987 en Allemagne de l'ouest, à Berlin où elle vit encore. Elle reçoit en 2009 le prix Nobel de littérature, récompensée pour avoir, "avec la densité de la poésie et la franchise de la prose, dépeint l'univers des deshérités". (biographie extraite du roman) 

Ce roman se passe dans un pays de l’est sous la dictature communiste. La pauvreté et la peur règnent dans le village du meunier Windisch. L’obsession des villageois est d’obtenir un passeport pour émigrer à l’ouest. Le meunier est lui aussi confronté à ce problème. Il  veut partir avec sa femme et sa fille, mais il sait aussi que les miliciens abusent de leur pouvoir et qu’il pourra travailler le plus possible pour gagner l’argent des passeports, rien ne pourra empêcher sa fille d’être la proie  du milicien et du pasteur du village qui règnent en maîtres absolus grâce à ce régime totalitaire.

Le  roman est découpé en chapitres, qui ressemblent plus à de petites nouvelles. Chaque histoire nous fait pénétrer plus profondemment dans ce pays à la dérive, qui est certainement la patrie de l’auteur : la Roumanie sous la dictature de Ceausescu. On pourrait presque se croire dans un monde surréaliste, tellement cette privation de liberté transforme peu à peu les habitants en personnages loufoques perdus dans un pays à l’atmosphère irrespirable.  Mais quelles sont les ambitions de ces habitants une fois passés à l’ouest ? La réponse est à la fin du roman, elle est tout aussi étrange que l’ensemble du récit et dénonce parfaitement le drame des régimes totalitaires, mais je laisse les futurs lecteurs la découvrir.

Mon avis :

J'ai aimé ce roman qui n'est pas qu'un simple témoignage sur un pays, c'est aussi  et surtout une belle écriture et un style très original. Ce prix Nobel a permis de sortir de l'ombre une écrivaine très peu lue en France et qui mérite vraiment d'être reconnue.

Pour avoir l'avis de Sylire qui est toujours fidèle au poste d'organisatrice de ce blogoclub malgré son emploi du temps chargé, c'est ICI  


Partager cet article

Repost 0
Published by Nina - dans Blogoclub
commenter cet article

commentaires

Karine:) 15/09/2010 22:27



J'ai lu ce roman, j'ai aimé la plume mais je n'ai franchement pas l'impression d'avoir tout compris.  Peut-être me faudra-t-il une relecture...



Nina 18/09/2010 08:36



C'est un style un peu particulier en effet, mais ce roman rend bien l'ambiance glauque d'un pays sous une dictature. Les gens vivent dans un quotidien violent proche de la folie et de
l'absurdité.



myletine 12/09/2010 09:49



Je le note aussi.



Nina 14/09/2010 21:09



J'espère que tu vas aimer ce roman.



mimi 07/09/2010 10:08



Je crois qu'à la suite de ton article, je vais reprendre la lecture de ce livre auquel je n'avais pas "accroché" (mauvais moment sans doute!...)



Nina 08/09/2010 22:37



C'est un roman à l'ambiance un peu glauque et à la construction particulière. Un écriture très typée, complexe mais intéresssante. Il faut je pense aussi trouver le bon moment.



La librivore 05/09/2010 10:15



Tous les récits sur ses dictatures provoquent le même ressenti : la perception de l'absurde et de l'arbitraire, déroutants. Il n'y a plus de repère car les règles varient selon le caprice de
celui qui a le pouvoir. Je lirai certainement cette auteure. J'ai fii Barbara Constantine; quand j'aurai le temps je ferai un billet sur"Allumer" le chat. D'ailleurs ne devais-tu pas la
rencontrer à un salon du livre dans ta région ?



Nina 05/09/2010 23:00



Oui c'est vraiment ce que provoquent ces romans qui nous racontent la vie sous une dictature. j'ai bien rencontrer Barbara Constantine mais je n'en ai pas parlé sur mon blog faute de temps....je
vais de nouveau la rencontrer le 18 septembre avec Maud letheilleux elles seront dans une librairie de ma ville.....



denis 03/09/2010 21:09



même ressenti pour ma part avec la convocation du même auteur


l'écriture est très belle en effet


bonne soirée


Denis



Nina 05/09/2010 22:45



En effet une auteure qui a une belle écriture et ds choses profondes à écrire.



Mes auteurs favoris