Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 13:11

Etrangers

 

Rentrée littéraire 2010 / 268 pages

 

 

brookner2.jpg

Ecrivaine anglaise née à Londres, en 1928, subtile observatrice des gens et des situations, Anita Brookner décrit, de manière nostalgique et intimiste, des personnages en demi-teintes, et la manière dont ils ont raté leur vie. Elle enseigne la littérature à l'Université puis l'histoire de l'art.

En 1967, elle fut la première femme à occuper la chaire Slade de l'université de Cambridge, chaire d'enseignement des beaux-arts fondée en 1869 et dont furent notamment titulaires les historiens de l'art Roger Fry en 1933, John Pope-Hennessy en 1964 et Antony Blunt en 1965.

Elle obtint le Booker Prize en 1984 pour Hôtel du lac. Elle a souvent été comparée à Henry James et à Jane Austen. (source Wikipedia)

 

Je pense avoir lu tous les romans d'Anita Brookner parus en France. Ce sont des roman à l'univers assez indéfinissable. Anita Brookner décrit des personnages à l'apparence calme et dont la vie bourgeoise semble avoir été épargnée par la complexité de la vie. Mais l'argent et la bonne éducation sont-ils des remparts au malheur ? Apparemment non, si on suit les analyses psychologiques très incisives d'Anita Brookner. Derrière ces vies calmes et bien ordonnées, se trament de véritables conflits intérieurs, des envies de vivre ses propres désirs et non pas ceux imposés par le conformisme d'une certaine classe sociale, d'une certaine éducation. Lentement,, avec une écriture très juste, un style qui sait mettre en lumière la part d'ombre de ses personnages, Anita Brookner nous décrit à merveille le conformisme bourgeois en mal de liberté.

 

Le personnage central "d'Etrangers", Paul Sturgis illustre les thèmes chers à Anita Brookner mais c'est le second roman où  elle décrit ainsi la vieillesse comme un poids supplémentaire à des vies solitaires.

 

Paul Sturgis à 72 ans, sa vie a été conforme à ce qu'en attendaient ses parents. Son père travaillait dans une banque, il a fait de même. Jusqu'à la retraite, sa vie a était ponctuée par son travail à la banque, sa famille, les invitations de ses collègues de bureau. Un quotidien sans histoire, des tâches utiles et rassurantes.

La retraite est un véritable bouleversement pour cet homme qui se retrouve face à lui-même. Les journées sont longues, il faut les remplir mais il n'y a pas que ça, son cerveau aussi s'est vidé de sa substance, de toutes les pensées qui le rattachaient à ses tâches quotidiennes. Paul Sturgis est un homme fortuné et en bonne santé pourtant il est seul. Sa solitude croit de jour en jour. Il repense à sa vie passée, ses occupations professionnelles, ses amours de jeunesse et surtout à Sarah qui n'avait pas voulu se marier avec lui car elle le trouvait trop gentil, trop prévisible. Paul Sturgis fait des efforts et tente de surmonter cette crise existentielle. Il rencontre Vicky sur son chemin, une femme tout juste divorcée en quête d'un emploi et d'un appartement et qui vit en attendant d'expédients. Au début de leur rencontre, cette femme l'amusait, mais son audace à vivre au jour le jour le désoriente complètement, il va la fuir. Il va aussi revoir Sarah, cet  ancien amour de jeunesse mais la vieillesse a posé son véto sur une possible aventure. La solitude est un des fléaux de nos sociétés modernes et Paul Sturgis n'a pas fini de réfléchir, de se questionner, de se torturer et de se battre pour exister de nouveau dans le cœur des autres. Mais peut-on changer sa manière de vivre à 72 ans ?

Mon avis : J'ai un peu moins apprécié ce dernier roman, j'ai trouvé qu'il y avait des longueurs, les réflexions de Paul Stugis deviennent à la longue un peu ennuyeuses, même si le thème du roman est lui très intéressant.

Mais j'ai vraiment beaucoup aimé beaucoup d'autres titres d'Anita Brookner dont je présente quelques 1ère de couvertures ici.

 

Un autre article très intéressant sur ce livre chez Enfin livre

Dolly   Ls-visiteurs-de-l-ete.jpg

Hotel-du-lac.jpgFêlures

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LouI 31/05/2011 22:27



A ma grande honte je n'ai encore rien lu d'Anita Brookner mais elle figure en haut de ma LAL comme je suis amoureuse inconditionnelle de la littérature anglaise !



Nina 05/06/2011 21:02



J'aime beaucoup cette auteure mais j'avoue que ce dernier roman n'est pas le meilleur, j'aime beaucoup son analyse de la société bourgeoise anglaise.



Margotte 16/03/2011 15:47



Voilà une auteure que ne connais absolument pas !



Nina 17/03/2011 19:14



On en parle pas beaucoup en France, mais présente sur les rayons des bibliothèques et médiathèques, elle a écrit de très bons romans avec une analyse très fine de la vie des gens qu'elle décrit.



Anis 14/03/2011 21:04



Je suis pratiquement sûre d'avoir lu ce livre, mais pas complètement. Sais-tu de quand date sa publication? C'est pour cela que je tiens le blog pour retrouver mes impressions de lecture.



Nina 14/03/2011 22:53



Ce titre est réçent il est paru pour la rentrée littéraire de 2010 par contre elle en écrit un autre sur le même thème que j'ai beaucoup aimé c'est "le dernier voyage" c'est le même principe un
homme à la retraite qui va chercher comment occuper sa vie et se questionne sur son passé....


Moi aussi je tiens un blog pour noter, me souvenir, de mes impressions de lecture, et aussi les partager car ce n'est pas si facile de le faire dans notre quotidien. Je découvre aussi d'autres
points de vue sur les livres, c'est vraiment intéressant.



Joelle 14/03/2011 11:20



C'est exactement les échos que j'ai eu sur ce titre au niveau du club lecture de ma biblio ... beaucoup l'ont trouvé, en plus, déprimant ! Du coup, je ne suis pas tentée du tout.



Nina 14/03/2011 20:05



Moi j'ai lu juste l'article sur le monde des livres qui en dit du bien, mais ce n'est pas un mauvais livre, c'est juste qu'il y a un peu de longueurs.



denis 13/03/2011 12:22



j'avais noté cette auteure à lire, et tu sembles l'avoir beaucoup apprécié


les longueurs dans un livre sont fréquentes. C'est voulu par l'auteur, alors... on les accepte tout de même



Nina 13/03/2011 20:43



Oui on doit accepter les longueurs, je suis d'accord avec toi mais pour celui-là j'ai un peu moins amimé voilà tout !



Mes auteurs favoris