Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 18:40

ChallengeDragonFeu

Challenge dragon 2012 organisé par "la culture se partage"

Dalhia.jpg

Roman traduit du japonais par Ryôji Nakamura et René de Ceccatty

Editions Seuil : 132 pages / 2011

 

 Les premières pages de ce livre m'ont beaucoup intriguée, c'est une certaine curiosité littéraire qui m'a donné envie de poursuivre ce roman. La construction de cette histoire n'est pas linéaire. le premier chapitre raconte une histoire qui semble décousue, désarticulée pourtant peu à peu les éléments dispersés  se mettent  en place pour s'emboîter et donner un ensemble "relativement cohérent". Écrire est un espace de liberté où tout est possible, il n'y a pas de règles établies et c'est ce que ce roman nous propose : raconter une histoire qui bouscule les codes habituels de la narration mais aussi les codes sociaux et moraux d'un pays à l' image plutôt lisse et parfaite.

La ligne directrice de ce roman est très simple, c'est l'histoire d'un intellectuel bourgeois qui décide d'emménager chez son père devenu sénile avec sa femme et ses deux enfants.

L'aïeul vit dans une maison de la banlieue de Tokyo devenue peu à peu un quartier de seconde zone, habité en partie par des immigrés. Deux classes sociales se côtoient, l'une est considérée comme légitime et l'autre composée d'êtres à la peau basanée tout juste tolérés. Le vieillard vit à la lisière des vivants et des morts, il voit des fantômes et revit des scènes de violentes disputes avec sa défunte femme, il semble vouloir se libérer d'un secret. Sa belle fille s'ennuie et fuit le plus possible la maison. C'est en promenant son chien qu'elle va rencontrer  l'énigmatique Dahlia, un beau  jeune homme à la peau basanée. Dahlia est un être solaire, il va devenir peu à peu le personnage central de cette famille et l'élément déclencheur d'un déséquilibre latent.  Dahlia va révéler les fantasmes de chacun et la sexualité va devenir la préoccupation première de cette famille irréprochable. Dahlia  semble être à la fois un homme et une femme, mais qui est-t il vraiment  : un être démoniaque, une allégorie ou tout simplement la part sombre de l'âme humaine, qui s'oppose à l'image bien lisse que l'on s'oblige à montrer ? 

Ce roman aborde d'une façon tout à fait originale des thèmes cruciaux comme la condition féminine, la vie de couple, la sexualité, la vie de famille mais aussi l'étranger et la différence.

J'ai trouvé ce roman effronté ! Hitonari Tsuji a écrit "le Bouddha blanc" un roman apaisant à l'âme spirituel, il fait de "Dalhia" un roman énigmatique à l'âme démoniaque !

Hitonari Tsuji est un écrivain dont le talent littéraire est indéniable. C'est un auteur à découvrir.

J'ai beaucoup aimé la critique de LiVRogne ICI

dahlia.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Olivier 21/05/2012 10:36


J'ai beaucoup aimé cet auteur avec "La lumière du détroit", il me faut maintenant découvrir le reste de son oeuvre.


Ses livres semblent vraiment interessant !

Nina 22/05/2012 23:08



C'est le 3ème que je lis de cet auteur, ses livres sont une véritable analyse de l'âme humaine, mon préféré reste pour le moment "le bouddha blanc".



Catherine 17/05/2012 14:13


Quelle belle note de lecture dans le challenge ! J'ai bien envie de noter cet auteur, pour les deux romans.


Bon long WE !

Nina 19/05/2012 22:50



Merci Catherine, j'espère que tu vas aimer cet auteur, qui a une personnalité très original.



DENIS 16/05/2012 22:23


un auteur à découvrir mais tu dis que le thème est "rude" si je comprends bien

Nina 16/05/2012 22:53



Oui c'est rude, un peu glauque et pleins de fantômes !!



Anis 16/05/2012 10:00


Nina, tu m'intrigues beaucoup !

Nina 16/05/2012 21:40



Et moi ton commentaire me fait éclater de rire ! Ha mais la littérature japonaise ose !!!!



Mes auteurs favoris