Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 10:00

rentrée littraire 2012

certaines-n-avaient-jamais-vu-la-mer-copie-1.jpg

Edition Phébus / 139 pages : 2012

 

Ce roman raconte l'exode silencieuse et cruelle de femmes japonaises vendues par leurs familles à des japonais immigrés aux Etats-Unis, en mal d'épouse mais aussi de main d'oeuvre solide et discrète.

Nous sommes au début du XXème siècle,  cette histoire commence sur le bateau qui emmène la jeunesse et les rêves de pauvres jeunes filles dont certaines sont à peine sorties de l'enfance. Ces innocentes fiancées vont débarquer dans un pays inconnu mais qu'elles ont fortement fantasmé. Pour cela, ces "épouses par correspondance" ne disposent que d'une photo de leur futur mari comme preuve d'un futur bonheur, mais on leur a aussi raconté de belles histoires à l'eau de rose qui les ont aidées à quitter leur pays. A l'arrivée, elles ont fait la connaissance de leurs futurs époux et le rêve est devenu pour la plupart un cauchemar.

Julie Otsuki est une descendante de ces femmes japonaises venues en Amérique, c'est pour cela qu'elle a eu envie d'écrire ce livre qui est une forme de recueil de toute la douleur de ces femmes. Pour que l'on puisse  les entendre toutes et pour leur donner à toutes la parole, l'écrivaine a choisi l'emploi du "nous".  Ce "nous"  comme un seul et immense cri de douleur est judicieux, pourtant j'ai trouvé à la longue ces énumérations un peu lassantes. J'aurais aimé que les voix qui sortent de l'ensemble pour raconter des bribes de leur histoire personnelle se confient un peu plus. Parce que je me demande vraiment comment ces femmes ont pu survivre à des conditions de vie aussi inhumaines. Quels sont les réseaux d'entraide qui ont permis de les intégrer, puisque il y a eu intégration. Et puis beaucoup d'autres questions restées sans réponse.

Des sites racontent l'histoire de ces femmes asiatiques (Corée, Chine et Japon) appelées "picture brides" que l'on peut traduire par "jeune mariée en 'image" la plupart sont en anglais.

un site français raconte l' immigration japonaise aux Etats-Unis  : Ici

L'article de la quinzaine littéraire est remarquamblement bien documenté à lire ICI

japon-2.jpgJapon.jpg

J'ai trouvé quelques photos sur Internet. Il y a aussi  un film qui retrace l'histoire de ces femmes.

4ad1c0d255fc1.jpg

Film sorti en 1994 réalisé par Kayo Hatta

Synopsis du film Picture Bride

Jeune Japonaise, Riyo part en 1918 à Hawai, en vue de son mariage arrangé par correspondance avec Matsuji, ouvrier dans une plantation de cannes à sucre. Mais elle ne trouve pas le paradis qu'elle s'imaginait quand elle entame sa première année à la plantation. Heureusement, une amitié nait entre elle et une mystérieuse femme.
J'ai beaucoup aimé l'article d'Anis, je vous invite à la lire ICI

Partager cet article

Repost 0

commentaires

l'or des chambres 09/01/2013 14:37


Très tentée par ce livre moi aussi même si, comme toi, j'aurais aimé un récit plus intimiste.

Nina 15/01/2013 22:39



Ce livre est une particularité par son thème, son style et l'époque où ça se passe et c'est pour cela  qu'il a reçu un prix.



Olivier 07/01/2013 17:32


Ce livre est dans ma wish list depuis sa sortie.


Merci de renforcer ma conviction ! 

Nina 15/01/2013 22:40



Bon alors je te souhaite que cette lecture te plaise.....



Philisine Cave 06/01/2013 10:54


Un livre magnifique ! Bises

Nina 15/01/2013 22:42



Un livre qui est un beau témoignage pour toutes ces femmes qui ont souffert....



Anis 06/01/2013 10:22


Oui, c'est vrai, je comprends. Ce sont les limites de cette forme stylistique mais aussi l'objectif puique il ne faut pas d'empatthie sur un seul destin individuel. Quel tour de force tout de
même.

Nina 15/01/2013 22:43



Oui en effet c'est un tout de force et c'est une belle idée d'avoir voulu faire parler toutes ces femmes ensemble.



Mes auteurs favoris