Allah n'est pas obligé

Publié le par Nina

Blogoclub-copie-1.jpg

 

6540592 1285061

Edition Seuil / Collection Point : 2002 - 221 pages

 

Ce roman a reçu :

 

Le Prix Renaudot 2000

Le Prix Goncourt des lycéens 2000

Le Prix Amerigo-Vespucci au Festival international de géographie  

Les premières pages de ce roman sont surprenantes, on se retrouve en immersion totale dans le continent africain. Le dépaysement est complet. Il faut prendre d'autres repères pour suivre cette histoire. Il y a d'abord le langage parlé, un mélange de français et d'expressions africaines, un style différent de nos codes littéraires habituels, et puis il faut prendre le temps d'écouter cet enfant, le petit Birahima qui avec ses dictionnaires nous raconte sa vie un peu à la manière d' un conte : (...)« Pour raconter ma vie de merde, de bordel de vie dans un parler approximatif, un français passable, pour ne pas mélanger les pédales dans les gros mots, je possède quatre dictionnaires. (...)

En effet, cette histoire pourrait être un conte africain que le petit Birahima nous livre avec beaucoup d'humour et d'innocence à l'aide de ses dictionnaires. Parce que le monde de ce jeune garçon est rempli de sorciers, de féticheurs, de jeteurs de sorts, d'envoutements, et de croyances en un dieu omniprésent mais faillible !!! « Allah n'est pas obligé d'être juste dans toutes ses choses ». Mais portant c'est sa "vraie vie" que nous raconte Le petit Birahima  qui est un malinké, une ethnie musulmane. Il passe les premières années de sa vie auprès d'une mère infirme amputée de la jambe droite à cause d'un ulcère. Ce mal est la conséquence d'un mauvais sort qu'on lui aurait jeté quand elle était jeune. Ces croyances africaines d'un autre âge sont encore tenaces dans l'Afrique contemporaine mais elles se mêlent à une réalité encore plus cruelle et sans pitié pour la population et surtout pour les enfants comme Birahima devenu orphelin trop vite dans un pays bouleversé par des désordres politiques et socio-économiques extrêmement graves. Birahima comme beaucoup d'enfants de son âge s'est retrouvé avec une arme à la main et il est devenu  un  « small-soldier».

Ces enfants soldats protégés par des « fétiches », sont à la merci de la folie des adultes qui les exploitent, les droguent, les violent et les assassinent.

« Un roman témoignage », « un docu- roman » qu'importe le nom de ce livre. Il est surtout le témoin silencieux d'une politique coloniale dont on peut mesurer les graves conséquences aujourd'hui.

Un livre pour nous rappeler la guerre et ses horreurs. 


No-Child-soldiers.jpg

Pour lire d'autres témoignages le blog de Sylire et de Lisa  : les deux organisatrices de ce blogoclub

Publié dans Blogoclub

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S


j'ai loupé ce livre à sa sortie mais ton billet vient opportunément me le remettre en mémoire!



Répondre
N


Les blogs nous font connaître des livres ou bien nous en rappeler d'autres, c'est pas mal !!!



S


je suis moins emballée que toi par rapport à ce roman, mais c'est vrai que ça nous montre les horreurs de la guerre !



Répondre
N


Oui c'est pour cela que je l'ai lu mais je n'ai pas dit que j'étais très emballée par ce roman, j'ai aimé le sujet trzité.


 



G


Tu as raison, c'est un sujet très important. J'ai moi aussi bien aimé la description de la culture africaine, avec son mélange de croyances.



Répondre
N


Oui c'est un livre qu'il faut lire, car c'est l'Afrique vu par un africain.



A


Oui, c'est une réalité sordide que cet embrigadement des enfants, une vie broyée par la violence. Ce livre a l'air très fort.



Répondre
N


Oui il est très fort mais je ne l'ai pas lu avec plaisir



S


C'est une bonne idée d'avoir mis ce logo à la fin de ton billet !



Répondre
N


Merci mais c'est en fouillant sur le net que j'ai trouvé le site de cette organisation qui lutte contre les enfants soldats.