Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 23:02

 

hynf5syf.jpg

 

 

Cette semaine le Nouvel Observateur consacre un article à Mario Vargas LLosa qui a reçu le prix Nobel de littérature en 2010.

A la question du journaliste :

Dans votre conférence du Nobel, vous avez dit que "sans les fictions, nous serions moins conscients de la liberté qui rend viable la vie".

Mario Vargas Llosa répond :

Qu'est-ce que c'est, la fiction ? C'est un mouvement de libération de la réalité. C'est le point de départ d'une insoumission, d'une attitude critique et même rebelle vis-à-vis de la vie telle qu'elle est. C'est la raison pour laquelle tous les régimes qui ont essayé de contrôler la vie, de la naissance à la mort, ont eu une méfiance viscérale à l'égard des fictions, surtout de la littérature. Ils ont créé des systèmes de censure. Ils avaient raison : la littérature rend une société très résistante à la manipulation, aux mensonges du pouvoir, au contrôle total auquel aspirent tous les régimes dictatoriaux. La fiction est cruciale pour l'esprit critique des citoyens.(Le Nouvel Observateur N°2450 :propos recueillis par François Armanet et Gilles Anquetil)

Etes-vous d'accord avec cette analyse ? moi complètement !

Alors lisons tous les romans qui nous plaisent, c'est excellent pour conserver notre liberté de penser !

images-2.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jules 23/10/2011 22:38



La fiction est nécessaire pour nous faire oublier la triste réalité de l'actualité mondiale!!! Je suis sinistre, mais c'est un peu vrai au fond...



Nina 06/11/2011 19:42



Oui tu as raison, elle nous permet de prendre du recul face à cette réalité trop diffusée par les médias.



denis 23/10/2011 19:44



tout à fait d'accord et Vargas Llosa en sait quelque chose avec le Pérou, le roman en dit long sur les dictatures et les effets pervers de la politique quand il évoque le quotidien


rappelons nous que Voltaire ou Montesquieu pour critiquer leur tmeps devaient aller dans l'histoire ancienne ou dans des univers à peine transposés pour exprimer leur ressenti


 



Nina 06/11/2011 19:40



Oui je suis d'accord avec ton commentaire, les écrivains ont fait en sorte de trouver des moyens ingénieux pour faire dire ce qu'il voulait dans leur livre.



Anis 23/10/2011 10:47



C'est vrai de l'art en général, il faut dire. Toute création est insoumission. Toutefois un certain type de fiction peut être tout à fait l'inverse, et se présenter comme un véritable opium du
peuple, car bourrée de clichées, d'idées reçues and so on...



Nina 06/11/2011 19:36



Je suis d'accord avec toi, c'est vrai que certaines fictions font l'effet inverse mais M. Vargas Llosa parlait de littérature, car en effet on va devoir maintenant faire la différence
entre toute la production de livres qui nous envahit chaque année et la littérature qui ne représente qu'un petit pourcentage de la production littéraire.



Mes auteurs favoris