Colette à Saint Sauveur en Puisaye

Publié le par cardinaud

  

 

Colette est née le 28 janvier 1873 dans un petit village de Bourgogne Saint-Sauveur en Puisaye.

 C'est un village pas une ville : les rues, grâce au ciel, ne seront pas pavées ; les averses y roulent en petits torents (...) ; c'est un village, pas très joli même, et que pourtant j'adore...Extrait de "Claudine à l'école" de Colette

 

 

  

                 

la maison natale de Colette rue de l'Hospice devenue rue Colette. Photo prise du jardin de la maison d'en face. 

  

 

 Accoudée au mur du jardin, je pouvais gratter du doigt le toit du poulailler. Le Jardin-du-Haut commandait un Jardin-du-Bas, potager resserré et chaud, consacré à l'aubergine et au piment, où l'odeur du feuillage de la tomate se mêlait, en juillet, au parfum de l'abricot mûri sur espaliers. Dans le Jardin-Du-Haut, deux sapins jumeaux, un noyer dont l'ombre intolérante tuait les fleurs, des roses, des gazons négligés, une tonnelle disloquée... Une forte grille de clôture, au fond, en bordure' de la rue des Vignes, eût dû défendre les deux jardins ; mais je n'ai jamais connu cette grille que tordue, arrachée au ciment de son mur, emportée et brandie en l'air par les bras invincibles d'une glycine centenaire....Extrait de "La maison de Claudine" 

 

 La facade principale, sur la rue de l'Hospice, était une façade à perron double, noircie, à grandes fenêtres et sans grâces, une maison borgeoise de vieux village, mais la roide pente de la rue bousculait un peu sa gravité.et son perron boitait, quatre marches d'un côté, six de l'autreExtrait de "La maison de Claudine"

 

...La maison était grande, coiffée d'un grenier haut. La pente raide de la rue obligeait les écuries et les remises, les poulailllers, la buanderie, la laiterie, à se blottir en contrebas tout autour d'une cour fermée.La maison était grande, coiffée d'un grenier haut. La pente raide de la rue obligeait les écuries et les remises, les poulailllers, la buanderie, la laiterie, à se blottir en contrebas tout autour d'une cour fermée.

 

 

 

La porte cochère - La "loge" de Colette
Photo P. Ayrault.

C'est d'abord dans cette petite chambre, suspendue au dessus de la porte cochère, que Colette passa une partie de son enfance.

 ...Quittant ma tanière enfantine - une ancienne logette de portier à grosses poutres, carrelée, suspendue au dessus de l'entrée cochère et commandée par la chambre à coucher de ma mère - je dormais depuis un mois dans le lit que je n'avais jamais osé convoiter, ce lit dont les rosaces de fonte argentée retenaient dans leur chute des rideaux de guipure blanche, doublés d'un bleu impitoyable. Extrait de "La maison de Claudine"  

 

 L'école de Colette

Le vieille école tombait en ruines ; quand à l'institutrice., la pauvre bonne Mme X..., quarante ans, laide, ignorante, douce, et souvent affolée devant les inspecteurs primaires (...)

Pauvre vieille école, délabrée, malsaine, mais si amusante ! Ah ! les beaux bâtiments qu'on construit ne te feront pas oublier.

Extrait de : Claudine à l'école

 

 

 

Publié dans Colette

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> Beau reportage ! Cela me rappelle des souvenirs. J'aime cette région de puysaye. Il existe un jeu permettant de découvrir les jardins de Colette et de se découvrir à travers les belles cases de ce<br /> jeu. On peut jouer avec "Les jardins de Colette" sur le site suivant : <br /> http://jardinscolette.jimdo.com/<br />  <br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> <br /> Je n'ai pas encore visité les jardins de Colette, j'habite pas loin pourtant, il va falloir que je prenne le temps d'y aller passer une journée.<br /> <br /> <br /> <br />
D
Avec 8 jours de retard, je souhaite un bon anniversaire à votre blog, à moins que vous en ayez fait un auparavant. Sinon, vous l'avez créé 4 jours avant le mien. Je lui souhaite longue vie.
Répondre
N
Ho la la j'avais oublié il faut que je le fête !!!
F
Colette est mon écrivain préféré ! Quel beau site vous avez, merci, c'est un régal de se promener dans vos pages.
Répondre