Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 15:50



Edition Le livre de poche : 2008 - 279 pages

Je remercie Les éditions "le livre de poche" en partenariat avec Blog-o-Book qui m'ont proposée la lecture de ce roman.  

Avec Cœur volé,  Lauren Kelly prend comme prétexte la disparition d’une fillette de 10 ans  Lilac Jimson, pour nous faire un portrait au vitriol d’une petite ville américaine dans les années 80, où les idées, la  façon de penser, et de vivre des habitants n’ont pas l’air d’avoir beaucoup changer depuis les années 50. Cette étude des mœurs est décapante et nous donne un roman captivant.  

Merilee Graf  est la fille d’un négociant en import-export qui a fait fortune, elle va grandir entre un  père absent  et une mère dépressive.  La fillette est scolarisée dans le quartier où son père mène des actions sociales envers les plus démunis, pourtant elle aura  du mal à s’y intégrer. En voulant devenir l’amie de Lilac Jimson, petite fille noire dont la mère est femme de ménage chez ses parents,  Merilee va vite comprendre que les codes sociaux et raciaux sont aussi présents dans une cour d’école : les enfants ne veulent pas fréquenter Merilee Graf. 
Alors quand la petite Lilac va disparaitre mystérieusement, Merilee va faire de cet enlèvement non élucidé, le leitmotiv de sa vie. Mais ce n’est qu’à la mort de son père, qui l’oblige à faire un retour vers son passé,  et  une banale recherche pour retrouver un cœur de verre qu’elle lui avait offert, que la jeune femme  va être confrontée à des faits particuliers et douteux,  qui peu à peu vont l’amener à découvrir des secrets bien gardés derrière les portes des maisons bourgeoises. Tous ces faits, ces évènements,  vont l’aider à comprendre l’origine de la dépression de sa mère morte quand elle avait 19 ans, et son propre mal-être.  
C'est avec une écriture puissante que Joyce Carol Oates allias Lauren Kelly nous décrit les affres de l'âme humaine. Un roman à lire absolument !

Un extrait qui décrit un peu l’ambiance du roman :

La population de Mount Olive et des environs était majoritairement blanche. Les rares individus « de couleurs », venus de Port Oriskany, de Buffalo ou de Rochester, n’en étaient que plus repérables.

Ma famille Graf n’était pas raciste. Papa n’avait jamais était raciste. Pourtant, j’avais grandi en entendant ces adultes parler de « nègres », de « noirs », avec certaines intonations qui signifiaient  autres que nous, pas comme nous. (Extrait de la page 140)


J'ai ainsi pu lire pour la première fois "Joyce Carol Oates" mais sous son pseudonyme "Lauren Kelly". Je n'ai pas trouvé d'informations relatives au choix d'un pseudo pour écrire des romans policiers, mais on peut noter que Joyce Carol Oates n'a pas pu garder le secret longtemps !!

Je vais avoir le plaisir de retrouver cette écrivaine avec son roman : Nous étions les Mulvaney, titre choisi par le blogoclub.

Pour en savoir plus sur cette écrivaine à la vie et au destin impressionants,  j'ai consulté le site Evene

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

La librivore 22/04/2010 17:52



Bonjour, ton blog est une mine de lectures plus appétissantes les unes que les autres et je cherche des participantes pour ma
communauté "Littérature au féminin" qui aimerait explorer l'écriture féminine, le monde vu et senti par les femmes, et la spécificité de leur regard. Des blogonautes qui partagent leurs coups de
cœur féminins en matière de littérature…



Nina 22/04/2010 21:32



merci pour le compliment ! Je veux bien participer à ta communauté ça peut-être très enrichissant de découvrir d'autres écrivaines, alors à bientôt.



Nicolas 11/10/2009 00:14


Je n'ai pas lu ce roman, mais je n'avais pas accroché à un autre de ses romans, Emmène-moi, emmène-moi, malgré le fait qu'il ait été encensé par McBain et Elmore Leonard.


Nina 07/11/2009 21:49


Je n'ai lu que ce titre, je note celui-là que je ne connais pas du tout.


Constance 28/06/2009 22:37

Ca me semble être le roman idéal pour découvrir cette auteure dont je lis le plus grand bien sur quasi tous les blogs !!!

Nina 05/07/2009 22:09


Je te le conseille vraiment, j'ai retrouvé son style en lisant "Nous étions les Mulvaney"


jean--philippe 16/06/2009 17:37

une alléchante et attractive étude de moeurs ou j'imagine que l'on découvre que l'héroine Lilac Jimson est une jeune fille déjà vieille  !! enfin ...j'imagine ...

Nina 16/06/2009 22:09


Pas du tout il faut lire le livre et tu sauras c'est beaucoup plus sordide que ça.



La+Pyrénéenne 15/06/2009 19:09

Moi aussi j'aime beaucoup cette euteure et je ne savais pas qu' elle avait aussi un pseudo !

Nina 16/06/2009 22:07


Oui c'est amusant ce besoin de pseudo !!


Mes auteurs favoris