La solitude des nombres premiers

Publié le par Nina


Paolo Giordano : Editions du Seuil - 2009 -  328 pages


Ce roman nous pose une question : Peut-on guérir des blessures de l’enfance ?

 

Mattia et Alice sont deux écorchés vif qui tentent de vivre comme les autres, mais ils sont comme les nombres premiers : isolés et particuliers.

 

Mattia est un enfant surdoué, passionné par les mathématiques, il a une sœur jumelle qui est le contraire de lui, elle est handicapée mentale. Ses parents ont décidé de ne pas faire de différence entre les deux enfants. Un fardeau bien lourd à porter pour Mattia qui doit continuellement s’occuper de sa sœur, jusqu’au jour où il se révolte contre cette charge quotidienne et laisse sa sœur  dans un parc public, juste le temps d’aller au goûter d’anniversaire de son copain et être enfin comme les autres enfants. On ne retrouvera jamais la petite Michela. Le traumatisme lié à cette disparition et le poids de la culpabilité vont faire de  Mattia, un adolescent puis un homme au comportement à la limite de l’autisme.

 

Alice est venue au monde pour nourrir les ambitions de son père, en voulant en faire une grande championne de ski, il lui a volé son enfance et l’a rendue handicapée à vie. Alice est devenue une femme anorexique, elle est tellement fragile et différente, qu’il va lui être difficile de vivre au milieu des autres.

 

On pourrait penser que la rencontre de ces deux êtres qui se ressemblent comme des jumeaux, prisonniers tous les deux d'une même enfance douloureuse, va apaiser leurs souffrances, mais ce n’est pas si facile de sortir de la coquille de l’isolement et de cicatriser les blessures de l’enfance.

 

Je remercie  "chez les filles"  qui m'a proposée ce livre. C' est une  agréable découverte,  j’ai aimé l’histoire, le style et les interrogations que ce roman soulève.

 

Ce premier roman est prometteur et ce jeune auteur est à suivre !!!

 

Publié dans Littérature italienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

J'ai hésité à le prendre l'autre jour à la bibliothéque car j'ai déjà lu quelques livres avec le thème des mathématiques. A lire ton commentaire je vois que c'est un peu différent tout de même et
ton commentaire me fera moins hésiter la prochaine fois que je le verrais.
Répondre
N


J'ai adoré ce livre qui est vraiment plus sur la solitude des enfants différents, qui deviennent des personnes avec une reelle difficulté de vivre.



L


J'ai baucoup aimé moi aussi. Pourtant je ne pensais pas qu'ils se trouveraient tous les deux: ils souffrent trop. La souffrance, il me semble, ne permet pas de sortir de soi-même car elle envahit
la personne toute entière et la centre sur elle_même. Ce n'est qu'une fois que la souffrance a été soigné et qu'on est sorti de la pathologie  que l'on peut véritablement s'ouvrir aux
autres. je crois qu'il le montre très bien. Plus le temps passe, meilleur est le souvenir de ce livre. La dévalorisation excessive de soi-même et l'excès d'orgueil et de vanité produisent les
mêmes effets. C 'est curieux non. Le moi souffrant prend toute la place.



Répondre
N


Très bonne analyse, en effet quand on souffre, c'est la souffrance qui est la maîtresse de notre vie. J'ai adoré ce livre, un premier roman, l'auteur est à suivre.....



G


Un vrai coup de cœur pour moi!



Répondre
N


Par contre là je suis d'accord j'adore moi aussi ce livre !!!



C
Un très bon moment de lecture, et unauteur plein de sensibilité.
Répondre
N

Oui je crois que ce 1er roman plait beaucoup on va attendre les suivants !


F
Au début, j'hésitais à cause du titre que je trouvais trop mathématique, mais, à force de voir des billets élogieux sur ce livre, j'ai bien envie de le découvrir à mon tour !
Répondre
N

Et bien moi aussi j'ai hésité et puis tu vois.....!!!