Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 17:53

 

Editions Lemeac / Actes Sud : 2006 - 155 pages


Ce roman est de la même texture que les cinq de la série « le poids des secrets » :

·         Un style épuré qui va à l’essentiel.

·         Des personnages qui dépendent des strictes coutumes de la vie japonaise et des caprices de la nature. (tremblement de terre)

·         Une histoire d’amour impossible.

·         Un lourd secret de famille.

·         Des personnages qui développent une grande sagesse face à l’adversité.

Takashi Aoki  travaille dans une grande firme commerciale, c’est un Shôsha-man (homme de commerce). La vie des cadres japonais est liée à leur entreprise plus qu’à leur famille. Un Aïsaïka « homme qui traite sa femme avec égards » n’est pas considéré comme un bon professionnel, car cet homme ne va pas, après le travail, finir la soirée avec ses patrons et ses collègues dans des bars, mais préfère  rentrer chez lui s’occuper de sa famille.

Alors quand son ami  Nobu  lui annonce qu’il préfère quitter la firme pour pouvoir s’occuper de sa famille,  Takashi ne peut pas le comprendre. Mais peu à peu il va se rendre compte comment les dirigeants de ces grandes firmes manipulent leurs cadres, les obligent à des rythmes de travail effréné et vont jusqu’à se mêler de leur mariage.

Avec à peine 155 pages,  Aki Shimazaki  réussit à nous brosser un portrait très incisif de la vie professionnelle et sociale dans le japon actuel et même si on le sait déjà que les japonnais travaillent de cette manière là, ça fait quand même froid dans le dos !!

Je suis complètement conquise par cet écrivain, c’est un véritable  plaisir de lire ces romans.


Mitsuba  veut dire trois feuilles. Le trèfle s’appelle en japonais sbirotsumekusa  ou kurôbâ de l’anglais clover.


Petite info littéraire trouvé sur le site d'Actes Sud

Mitsuba a une suite, Aki Shimazaki a sorti le second volet de son deuxième cycle romanesque ce mois-ci.
  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michel 06/03/2009 20:58

Je viens de lire Zakuro, mais est-ce vraiment un secnd cycle ?Je ne vois pas de liens ? 

Nina 06/03/2009 22:08


J'ai vu l'info sur le site d'Actes Sud.


Karine :) 01/03/2009 16:13

J'adore le style de cette auteure, moi aussi.  Je les ménage, ses livres!!!  Contente de voir que la seconde série est aussi bien que la première!

Nina 01/03/2009 18:28


Je suis en vacances cette semaine, je vais en profiter pour acheter le 2ème qui vient de sortir. Il me tarde de le lire.


sylire 24/02/2009 21:48

Les couvertures sont effectivement magnifiques. Ce que tu en dis est très tentant !

Nina 24/02/2009 22:29


J'espère être tentante !!! je ne l'ai ai pas tous car j'en ai emprunté en bibliothèque, mais je vais tous les acheter tellement je les adore !!!


Naina 24/02/2009 19:17

"Mitsuba" et "Zakuro" font partie de la même trilogie et en même temps, le lien entre les deux est quasi-invisible. Les deux romans peuvent se lire indépendamment ou "Zakuro" avant "Mitsuba".

Nina 24/02/2009 22:19



Merci pour l'info, j'ai vu cette info sur le site Actes Sud



Aifelle 24/02/2009 10:18

Tu donnes très envie de le lire, en plus les couvertures sont magnifiques.

Nina 24/02/2009 22:13


 A lire sans modération !!!


Mes auteurs favoris