Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 13:00

 





Jemia et J.M.G. Le Clézio
Photographies de Bruno Barbey
Edition Stock : 1997 - 118 pages

Ce livre est le carnet de voyage d'un « pèlerinage aux sources », il est magnifiquement illustré par le photographe Bruno Barbey. 

                            
On pourrait presque lire ce livre un peu comme un conte des mille et une nuits tellement cette histoire est extraordinaire : Une princesse prénommée Jemia part à la recherche de son royaume et de son peuple perdus avec l’aide de son prince Jean Marie Gustave.

Cette histoire est pourtant vraie, Jémia existe réellement, c’est la compagne de JMG le Clézio. L'histoire familiale de cette femme est un peu particulière, elle est issue d’une ethnie saharienne, ses grands parents ont vécu l’exode, des longs mois de marche  « (…) vers les plaines fertiles du nord, vers Taroudant, Marrakech, puis vers les grandes villes ou ils trouvaient de l’eau, du travail, des magasins. p.76 ».       


Pour ce couple, tout a commencé par un rêve devenu obsédant. Ensuite JMG Le Clézio a écrit son roman « Déserts »  pour donner une plus grande réalité à ce rêve,  et un jour il est devenu réalité :  Leur rêve était de remonter aux origines, revenir aux sources, faire le  chemin en sens inverse des grands-parents de Jémia et retrouver
la tribu de Jemia ; les "Ahel Mouzna" qui veut dire "Gens des nuages", ce peuple à la poursuite de la pluie.   

Vous êtes prêts pour l’aventure, alors montons dans la jeep auprès de ces deux grands voyageurs hors du commun !

On franchit d’abord les portes du désert, dans la vallée du Draa,  C’est par cette route que le couple nous emmène pour ce long périple en nous expliquant peu à peu la complexité des ethnies, des tribus, des différents peuples qui habitent le désert et leur douloureuse histoire peuplée de guerres, de révoltes et d’insurrections et leur lutte permanente contre les envahisseurs : français, espagnols, anglais, turc, chrétiens……..

Les noms des villes, des différents peuples et des ethnies, sonnent comme des noms magiques : La Hamada du Draa, le Gaa, L’Imrikli, d’Oued Noun, le Jbel Tiris, Smara, Les Aït Jmal, le peuple des chameaux......



Et puis le désert est là partout, terre aride et brûlante, sans vie aucune pour nous occidentaux, mais Jémia rêvait de ce paysage, « Ce pays qu’elle porte sans doute dans sa mémoire génétique. Jemia s’est tue toute cette journée : c’est son pays, le pays le plus ancien, et en même temps le plus jeune, une terre que l’âge des hommes n’a pas marquée p. 31 ».

JMG est heureux d’être là mais pour d’autres raisons, on connait les idées de cet « écrivain philosophe » qui a eu vite conscience des excés de nos civilisations occidentales. Pour lui ce voyage est initiatique, il vient chercher des réponses aux dérives des sociétés modernes.
 

"(...) Lorqu'on vient du désert (et de ce désert plus terrible encore qui est celui des villes modernes), on entre ici dans une aire de recueillement,  d'énergies. p. 51".

« (…)
Mais les grandes civilisations qui ont éclairé le monde ne sont pas nées au paradis ; Elles sont apparues dans les régions les plus inhospitalières de la planète, sous les climats les plus difficiles. P. 43 ».

Il y a deux points importants dans ce voyage :

La visite "du tombeau de Sidi Ahmed el Aroussi" qui est un grand moment d’émotion pour ces voyageurs. 


« Nous sommes entrés dans le tombeau. Nous avons poussé la porte de la grille qui l’entoure et sommes entrés. P.62. »

"Sidi Ahmed el Aroussi" est un homme qui a su unifier les nomades pour en faire un peuple équilibré vivant dans la simplicité, c’était un homme épris de justice autant pour les hommes que pour les femmes.  Beaucoup de légendes courent à son sujet, on pourrait le comparer à  Jésus.

Et la vue de "Tbeïla le rocher" ce lieu secret perdu dans le désert est un endroit de légende pieuse.
      
C'est là que les disciples de "Sidi Ahmed el Aroussi" sont venus, années après années jusqu'à la mort du prophète suivre son enseignement.

On s’enfonce de plus en plus dans ces régions désertiques, à la rencontre des gens qui y vivent, ils sont les derniers nomades de la terre.




Sans oublier les enfants du désert :
« (…) Mais ce sont les yeux des enfants qui sont les vrais trésors du désert. Des yeux brillants, clairs comme l’ambre, ou couleur d’anthracite dans des visages de cuivre sombre. P.76 ».

Le voyage continue, au rythme lent du désert, et devient peu à peu une véritable leçon de vie, de tolérance et d'humanisme au coeur de cette civilisation millénaire.

Ce livre date de 1997, les idées qui s'en dégagent sont pourtant de plus en plus actuelles et font echo aux problèmes graves que nous rencontrons dans nos métropoles surpeuplées : pollution, éducation, crise fiancière...
Ce livre m'a véritablement passionnée, j'ai aussi beaucoup appécié le style de JMG Le Clézio, la poésie et l'intelligence de sa pensée qui se dégagent de chaque phrase, la pertinence des mots.

J'ai aussi aimé la façon dont le couple raconte cette épopée. Ils emploient le "nous" puis à d'autres moments, Jemia parle de son mari, puis c'est JMG qui parle de sa femme, et de nouveau, ils utilisent un langage commun comme quand ils parlent de leurs filles au double héritage familial. 

 

Le désert : "(...) Un langage éternel, une perfection sans temps, une vérité sans corps. p.111"

D'autres lectrices de JMG Le Clézio : Lisa et l'article de Julien pour le roman Onitsha.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nina - dans Blogoclub
commenter cet article

commentaires

nina de zio peppino 06/03/2009 10:37

Le Clézio me fait rêver.Il décrit parfaitement les paysages d'Afrique aux personnages atypiques. Une ambiance très particulière.

Nina 06/03/2009 22:13


C'est complètement vrai, c'est un remarquable écrivain.


Soie 03/03/2009 21:42

J'ai lu l'Africain et j'ai envie de lire d'autres livres du même auteur. Plusieurs titres me tentent : Coeurs brûlés et autres romances, Onitsha et ce livre ci qui parait captivant.Bonne soirée.

Nina 03/03/2009 22:35


En effet Onitsha a vraiment l'air captivant comme tu dis et je pense me l'acheter rapidement, et puis Le Clezio écrit vraiment bien. Alors bonne future lecture et à bientôt


kattylou 02/03/2009 17:05

Ce billet donne vraiment anvie de lire ce livre d'ailleurs j'ai aussi noté l'Africain . J'ai choisi le poisson d'or qui est aussi un conte et la petite fille exilée retrouve la paix lorsqu'elle foule le desert et retrouve ses racines

Nina 02/03/2009 21:43


Je vais aller lire ton article, je connais juste ce titre mais pas l'histoire.


Midola 02/03/2009 09:19

Je ne connaissais pas du tout ce titre, je le note ! Merci pour cette découverte !

Nina 02/03/2009 21:57


C'est vrai que ce n'est pas un livre très connu, mais il a eu beaucoup de succès à sa parution.


keisha 02/03/2009 08:53

Celui là me plairait bien !! Photos + textes, et le désert fascine ...

Nina 02/03/2009 22:03


Le désert fascine c'est vrai, et ce livre le rend bien. 


Mes auteurs favoris