Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 23:36

               


Edition Gallimard : collection Folio - 364 pages

Un superbe roman à lire absolument   

Un vieux cheval à bout de fatigue qui n’avancera plus même sous les coups du fouet, des personnages  saturés de désespoir et d’amertume, un bungalow entouré d’un désert d’eau et de sel. Voilà la première scène de « Barrage contre la pacifique » qui donne le ton à ce qui va suivre.  Marguerite Duras s’est inspiré de son enfance et de son adolescence en Indochine pour écrire ce roman en grande partie autobiographique.  


La famille de Marguerite Duras en Indochine (photo extraite de : Les lieux de Marguerite Duras)

L’histoire : Un couple d’instituteurs part pour l’Indochine, comme beaucoup ils veulent tenter l’aventure coloniale, ils rêvent d’une vie meilleure. Le destin va en décider autrement, leur beau rêve va se transformer  en  cauchemar. L’instituteur meurt, sa femme va rester seule avec leurs deux enfants « Suzanne et Joseph ».

A l’époque, les colonies sont un véritable paradis pour ceux qui ont réussi mais c’est l’enfer pour les autres, et cette  mère avec ces deux enfants font parti « des autres » : les  blancs qui n’ont pas réussi, et les asiatiques. Cette population est à la merci des colons qui les exploitent odieusement.

Pour parler de cette histoire coloniale teintée de misère et de folie, il vaut mieux écouter Marguerite Duras qui a répondu à ce sujet aux questions de Michèle Porte rapportées dans le livre : Les lieux de Marguerite Duras aux éditions de minuit.    

Voici quelques extraits :

M. Duras : Au bout de vingt ans de fonctionnariat, de travail, elle (la mère) a acheté un lotissement au Cambodge vers Kampot.

M. Porte : Une concession ?

M. Duras : Ce que l’on appelle une concession, oui. Et on lui a donné, on a vu cette femme arriver seule, sans défenseur, complètement isolée et on lui a collé une terre incultivable. Elle ignorait complètement, qu’il fallait soudoyer les agents du cadastre pour avoir une terre cultivable. On lui a donné une terre, ce n’était pas une terre, c’était une terre envahie par l’eau pendant six mois de l’année. Et elle a mis là-dedans vingt ans d’économie.  Elle a fait construire ce bungalow, elle a semé, elle a repiqué le riz, au bout de trois mois le Pacifique est monté et on a été ruinés. Et elle a failli mourir, elle a déraillé à ce moment-là, elle a fait des crises épileptiformes. Elle a perdu la raison.

(…) Elle s’est révoltée mais la concussion était terrible à ce moment-là et on s’est aperçu que tous les agents, depuis les agents du cadastre jusqu’à l’administrateur général de la colonie, tout le monde touchait de l’argent. C'est-à-dire que les pots de vins étaient répartis sur toute la hiérarchie des fonctionnaires, dont les plaintes tombaient à l’eau, elles finissaient dans les tiroirs. Et elle est morte sans avoir gagné  - oui l’injustice a été accomplie totalement.

Marguerite Duras a fait de son histoire, un roman magnifique, qui a failli obtenir le prix Goncourt,  mais elle recevra ce prix quelques trente ans plus tard pour son livre « l’amant ».

          

La mère de Marguerite Duras                         
(photo extrait de : Les lieux de Marguerite Duras) 
      



Marguerite Duras 
(Photo d'Hélène Bamberger extrait du coffret "Marguerite Duras à Trouville")

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Heide 29/04/2012 16:15


Bienvenue dans la communauté "Autour de Marguerite Duras" Nina ! Ravie de te compter parmi nous !

Nina 01/05/2012 11:14



Merci et je vais m'en occuper très vite.



Heide 25/04/2012 15:09


Coucou Nina ! J'attends avec joie ton inscription dans la communauté "Autour de Marguerite Duras". J'espère que nous donnerons envie à d'autres passionnés de nous rejoindre. Un barrage contre
le Pacifique est un grand roman, même si je préfère l'écriture des oeuvres plus tardives. Je relis en ce moment Le Ravissement de Lol V.Stein et Denis (Blog Au bonheur de
lire) a publié cette semaine un article sur Les lieux de Marguerite Duras que tu cites dans ton article.

Nina 26/04/2012 10:14



Oui j'ai vu ce livre que je vais m'acheter. C'est une bonne idée cette communauté. J'adore Marguerite Duras.



la librivore 24/04/2010 12:11



J'ai lu, lorsque j'étais plus jeune tous les romans de Marguerite Duras. Ils son encore là dans ma bibliothèque. Tu m'as donné envie de les relire, de les rouvrir. Ah, il faudrait sept vies comme
les chats !



Nina 27/04/2010 23:26



Oui il faudrait sept vies et des soirées longues et des weekends de 8 jours !!!!



denis 03/09/2009 09:21

c'est un des rares livres d'elle que je n'ai pas luas tu lu ses cahiers de la guerre ? sublime pour revenir à ses sources littéraires et à ses ébauches de ce roman justementj'ai fait un article sur ces cahiers il ya quesques sur bonheur de lireDenis

Nina 03/09/2009 18:39


Bon et bien je vais lire cet article, j'ai lu quelques extraits des cahiers de guerre, Marguerite Duras est une grande écrivaine, je n'ai pas encore lu toute son oeuvre mais j'ai l'intention d'en
lire plus.


Arnaud 07/08/2009 10:39

Je n'ai pas de site internet, mais une page Facebook, si cela vous tente…http://www.facebook.com/home.php#/arnaud.fresse?ref=name

Nina 09/08/2009 21:22


Ok je vais aller voir votre site.


Mes auteurs favoris