Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 08:00






                            





























Edition Denoël - 107 pages


L'auteure qui est l'héroïne de ce "roman- témoignage, nous confie avec beaucoup de sang-froid et de courage, le drame qui mit fin à
sa toute nouvelle histoire d'amour avec un homme victime
d’un « locked-in syndrome ». Cet accident vasculaire cérébral le laisse complètement paralysé et privé de la parole.

Tout le long du roman, la narratrice tutoie et vouvoie son amant disparu, c’est un peu dérangeant pour le lecteur. Mais elle nous explique que ce vouvoiement était une volonté de cet homme  (…) De notre histoire d’amour qui a commencé dans les affres de l’interdit, sur notre lieu de travail, où nous nous parlons avec des noms de code, où chacun des gestes et des rencontres était balisé, où tu nous avais imposé un vous professionnel pour ne pas éveiller les soupçons et aussi parce que ton Vous avait une connotation érotique indécelable pendant les réunions de travail après nos déjeuners coquins. Comment passe-t-on du secret à l’universel sinon en disant Tu à son amant devenu son fiancé ? Mais toi c’est comme si un Tu pouvait te tuer. (…) (Extrait de « la fausse veuve ». 
L’auteure passe du Tu au Vous tout au long de ce livre, peut-être pour décrire au plus juste sa relation avec lui.

Ce livre est aussi un beau sujet de réflexions sur les rapports humains, et sur l’exclusion. En effet,  quand arrive le drame, cette histoire d’amour est toute neuve, elle n’a pas eu le temps de prendre racine dans le terreau social et familial, aussi la famille, les amis pourtant au courant rejettent « la nouvelle fiancée » sans ménagement et la considèrent même comme une intruse,  l’ex-femme va reprendre ses droits tout à fait naturellement.

« Je suis celle qui n’est pas, n’a pas été et ne sera jamais du coté de votre famille. Une famille devient-elle la votre uniquement quand on a des enfants du même lit ? Ou alors, quand on prend le nom de son mari ? (…) Extrait de « la fausse veuve ».

L’auteur nous livre cette émouvante histoire d’amour un peu particulière mais aussi et ce n’est pas anodin, certains souvenirs de son enfance en France, dans sa famille qui était différente   des familles françaises traditionnelles. En effet, ils étaient juifs algérois, l’auteur se dit d’ailleurs plutôt « juive berbère » une autre forme d'exclusion.......

J'ai beaucoup aimé ce livre qui témoigne de la dureté de la vie et de son combat quotidien.
Il fallait oser l'écrire.

En lisant l'article sur le blog "Le cri du lézard" on apprend que l'amant de la narratrice était "Jean-Dominique Bauby", l'auteur de "Le scaphandre et le papillon".  Il y a un petit indice pour le découvrir : l'aile du papillon sur la couverture.


 J'ai reçu ce livre par l'intermédiaire du blog "Chez-les-filles".
je remercie Violaine et les éditions Denoël pour cet envoi.

Si vous voulez lire d'autres avis :
Lisa, 
Cathulu

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lou 15/10/2008 09:48

Je viens juste de le lire et comme toi, j'ai été un peu surprise par le "tu"/"vous" jusqu'au moment où j'ai découvert cette explication de la narratrice qui, du coup, donnait une nouvelle dimension à ce qui me semblait au début une bizarrerie stylistique un peu trop recherchée. J'ai bien aimé moi aussi.

Nina 15/10/2008 16:54


Oui en effet il faut comprendre le sens de ce tu/vous pour adhérer à cet exercice de style.  


Lou 22/09/2008 10:58

Je vais très bientôt le lire et je suis curieuse de savoir ce que je vais en penser car les critiques sont très contrastées (tant mieux:)).

Nina 22/09/2008 23:10


Je pense que tout dépend de la personnalité de chacun face à ce thème un peu particulier mais il y a aussi le style et puis un règlement de compte par l'intermédiaire de ce livre. Je
pense que tout cela peut plaire ou déranger. 


Alain-anjalika 16/09/2008 21:11

Coucou Nina!!avec un peu de retard... me voici!!J'espère que  tu as bien pu profiter des vacances malgré un temps lunatique!!Bon courage pour la reprise même si c'est fait depuis au moins 2 semaines!!Bises et bonne soirée, avec un livre sans doute :))

Nina 17/09/2008 22:50


Les vacances sont terminées en effet.... Je vais aller voir les belles photos que tu as dû mettre sur ton blog. A bientôt


nina de ziopeppino 15/09/2008 17:45

Le scaphandre m'avait énormément touché. Je me suis sentie concernée par cet état là. Je ne sais pas pourquoi. Je vais aimer ce livre.

Nina 15/09/2008 23:11



Je vais t'envoyer le livre si tu veux......



jean-philippe 06/09/2008 19:33

Tu confirmes ce que j'ai lu à propos de ce livre !! c'est à dire beaucoup de bien !!Concernant le billet sur la biographie de Peter Gabriel ...c'est l'avant dernier que j'ai posté tu le trouveras sans peine ..mais j'imagine qu'au moment ou j'écris ces lignes tu l'as déjà lu ! je te salue !

Nina 22/09/2008 22:45


Bon je ne l'ai pas trouvé mais je vais aller voir un peu mieux sur ton blog.


Mes auteurs favoris