Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 11:09

Actes Sud : Collection Babel : 301 pages 

Ce roman est une véritable découverte, je ne connaissais pas cette auteure : A lire absolument !

L’Héroïne principale de ce livre est Venise, elle est le décor romantique et le prétexte à tous les personnages de ce roman de vivre un peu hors du temps.
  

A la suite d’un immense chagrin d’amour, Une jeune femme de 40 ans décide de vider son compte en banque et de partir à l’aventure. Le hasard la dépose à Venise dans la pension de famille de "Luigi" un authentique vénitien.  Pour oublier son chagrin, elle prend le temps de rencontrer  et d’écouter les pensionnaires un peu  atypiques qui partagent son quotidien. D'abord, elle passe beaucoup de ses soirées avec le très romanesque vieux prince russe "Vladimir Pofkovitchine", dont le passé est une véritable page d’histoire et son amour impossible avec la fille de sa nounou (niania en russe) une véritable tragédie. Puis elle écoute  la très belle Carla qui est danseuse, elle vit une belle histoire passionnée avec son compagnon Valentino mais c'est là aussi un amour un peu compliqué. Au cours de ses promenades dans Venise elle va presque tomber amoureuse d'un libraire un peu mystérieux qui va lui faire lire des auteurs comme Marguerite Duras, Thomas Mann, Jean Clair et aussi découvrir le peintre des camps de concentration Zoran Music.

Ce portrait de femme en quête de sérénité après sa rupture amoureuse est une véritable réussite. Ces promenades dans cette merveilleuse ville et la rencontre avec toutes ces histoires heureuses et malheureuses qui sont celles de la vie tout simplement sont un véritable délice. 

Mon ultime conviction !!! :
Il me semble que Marguerite Duras est un des auteurs préférés de Claudie Gallay, j'ai eu souvent l'impression qu’elle  a fait des clins d’œil à son style en écrivant comme elle les pages consacrait à Manzoni le libraire. 


Pour en savoir plus sur :





Claudie Gallay c'est ICI





Le peintre Zoran Music c'est  ICI






Si vous voulez lire d'autres avis : Les fanas de livres   Oui, j'ai le temps de lire   et aussi le très beau billet de Lune de Pluie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pbx phone system 12/09/2014 13:43

This concept of the young 40 year old woman emptying her bank account and leaving her treasures to explore the world really brought me a heart ache like you had. This is one book that I want to read in my next vacation.

praline 09/10/2008 23:36

J'avais noté cette lecture chez lune de pluie et ton billet me confirme que j'ai bien fait :)

Nina 15/10/2008 16:44


Quel merveilleux roman et je viens de finir "l'or du temps" et je vais comméncé "les déferlantes" comme tu le vois je suis convaincu par le talent de cet écrivain !!


sylvie 18/09/2008 11:58

j'ai lu les déferlantes cet été, et ce livre m'a beaucoup plu. Nombreux sont les commentaires où l'on me conseille, seule, venise...Je le lirai peut-être. Ton billet m'y invite en tous cas ;)

Nina 18/09/2008 22:39


Ah oui c'est vraiment un très beau roman et puis Venise fait rêver vraiment !!!


Lune de pluie 04/09/2008 18:10

Ton enthousiasme, le thème, la ville... je vais me le procurer!

Nina 04/09/2008 21:49



J'espère que tu vas aimer ce livre, je crois que j'ai découvert un nouvel auteur que je vais suivre avec interêt



C. Sauvage 30/08/2008 15:14

Je n'ai vu qu'une exposition de Music mais je ne suis pas prêt de l'oublier. C'était il y a quelques années au Grand Palais. On commençait au premier étage par des tableau très lumineux représentant (enfin évoquant) la cote Dalmate. La chaleur de ses couleurs, la lumière qui s'en dégageait, l'harmonie de ces tableaux de taille moyenne était une véritable leçon de bonheur. Et puis l'on descendait au rez de chaussée. Une petite salle ronde avec un mur rond qui cachait des croquis au crayon des camps de la mort. Je ne savais rien de ce peintre qui a réussi à sortir ses dessins des camps. Des dessins au crayons de cadavres hurlants, des monceaux de cadavres. A perdre la raison. Et puis l'on entrait enfin dans une grande salle où était exposé les derniers tableaux du peintre ami de Mitterrand. Des tableaux monumentaux représentant des doges avec des velours, des émeraudes, des couleurs d'une chaleur exceptionnelle. Une expérience inoubliable.

Nina 01/09/2008 15:18


Je ne connaissais pas du tout ce peintre et c'est à travers ce livre que je l'ai découvert, j'aurais bien aimé voir cette exposition.


Mes auteurs favoris