Sauvons nos librairies !!

Publié le par Nina






Les livres ne sont pas des paquets de nouilles, il faut des libraires pour les vendre.

Cette réflexion semble évidente pourtant voici le mail que les bibliothèques de la région du Limousin ont reçu mercredi matin :
DEUX DÉPUTÉS VEULENT LA MORT DES PETITES LIBRAIRIES.
Dans le cadre de la loi sur la modernisation de l'économie, deux députés
sarkozystes, Christian Kert (UMP) et Jean Dionis du Séjour (Nouveau Centre), ont eu l'idée géniale, soufflée par la grande distribution, Amazone,
Edouard Leclerc en tête, de proposer que les libraires puissent solder
les livres à peine six mois après la date de leur parution.
Non seulement l¹idée est idiote mais elle est dangereuse, elle remet
en
cause l'effet bénéfique de la loi Lang qui en créant le prix unique
du livre a permis de sauvegarder en France un réseau vivant
de 15 000 libraires.
Le livre n'est pas une denrée périssable qui se vend l'encre encore humide.
Des mois, des années sont parfois nécessaires pour qu¹un auteur sorte de
l'anonymat. Le travail de fond que font les libraires indépendants c'est
précisément de permettre à de nombreux auteurs d¹être en relation avec le
public.
Si cet amendement devait être adopté, ce serait un formidable cadeau aux
hypermarchés qui vendent du livre comme on vend des tomates. L'expérience
menée en Angleterre l'a prouvé, cela tuerai les libraires indépendants et
ferait grimper les prix des livres neufs.
Cet article a été écrit par "Fous d'encre" de Saint-Denis.

Je vous invite à lire aussi l'article :

"Pour le livre, contre la dérégulation" La loi Lang n'est ni obsolète ni corporatiste. Sa remise en cause menace la diversité de la création et de l'édition française.
Que l'on peut lire dans le monde du mercredi 2 juillet,
cet article nous explique l'importance de conserver nos librairies.

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Il y a plusieurs mois, le gérant de la dernière librairie généraliste de Vitry-Sur-Seine a annoncé son départ en retraite. Aujourd’hui, tout laisse à penser que la disparition de ce commerce est programmée. La fermeture de la libraire conduirait à la suppression de postes des cinq salariés actuels. Un tel commerce est indispensable pour la ville. Mobilisons-nous en signant cette pétition http://www.mesopinions.com/petition/politique/sauvons-librairie-papeterie-vitry/16962 pour sauver cette librairie-papeterie !
Répondre
M
Et moi aec un DUT info-communication option métier du livre, j'veux pass travailler dans une grande surface =(.
Répondre
N

Oh la la les années à venir vont être dures et je crois que c'est bien foutul pour les  libraires....


L
Ici aussi il n'y a plus guère que dans les grandes villes que subsistent des librairies à échelon humain ou spécialisées.
Répondre
N

Oui et c'est bien dommage et révoltant même de n'avoir que des grandes surfaces pour regarder et acheter des livres...... mais que faire, c'est foutu la bataille est trop inégale, c'est
vraiment le pot de terre contre le pot de fer.....


A
Coucou Nina!Tu defends une bonne cause. Je vais toujours chez mon libraire, le même que quand j'étais étudiant!!
Répondre
N

Bravo tu es un fidèle moi aussi j'essaie d'aller toujours chez le même libraire mais nous à Limoges les librairies commencent à se faire rare, il y en a qu'une qui est vraiment indépendante......


G
Je suis évidemment d'accord pour soutenir les petites librairies. Mais je ne suis pas sûr que la lutte contre cette loi y contribue. Pas sûr du contraire non plus, je vous l'accorde. Ce que je sais, c'est que six mois après leur mise sur le marché, il y a longtemps que les livres qui ne se vendent pas ont été renvoyés à l'éditeur, ils ne sont plus en fond de rayon. Et il y a longtemps qu'on les trouve à prix cassés sur internet, vendus par des particuliers. Sans parler des services presse qu'on retrouve sur les quais quelques jours après leur expédition. Et parfois même avant la vente en librairie.
Répondre


oui je comprends très bien votre point de vue mais cette loi va encore accentuer le problème. Il faut des librairies et des libraires pour que les livres ne soient pas commercialisés et
vendus comme n'importe quel produit de grande distribution.