Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 16:07





 Voici mon "livre voyageur" arrivé dans ma boite aux lettres un beau jour du mois de mai où il devait encore pleuvoir des cordes !!
Mais recevoir un livre ensoleille n'importe quelle journée grise et je remercie
Benoit d'avoir pensé à m'envoyer ce roman qui m'a fait découvrir ce conte et un auteur que je voulais lire depuis longtemps.



    
                            
         
Editeur Gallimard  - collection Folio - 125 pages
Quelle est cette terrible malédiction qui a privé ce village de toute vie animale ? Les habitants sont depuis terriblement angoissés de vivre au milieu de cette nature devenue silencieuse. Il y a bien le bruissement  des feuilles des arbres quand le vent souffle, le martèlement de la pluie sur les toits mais pas un chant d’oiseau, pas un miaulement de chat, ni l’aboiement d’un chien et plus un poisson dans les rivières.

Ce village est maudit, une légende dit qu’une créature nommée Nehi vit dans la forêt mystérieuse qui entoure le village. Ce sont  des enfants aux cœurs purs qui vont braver l’interdit et s’enfoncer dans la forêt pour découvrir le terrible secret.

Ce conte au carrefour de la tradition biblique, du folklore yiddish et du conte européen  nous parle de cette intolérance et cette indifférence qui  nous empêchent de vivre les uns avec les autres en  harmonie et en paix.  Ces deux mots peuvent aussi se réunir en un seul, ils s’appellent alors : le racisme.

Un petit livre plein a craqué d’intelligence, de tolérance et d’amour. Un conte à lire et à raconter aux enfants mais aussi aux plus grands.

«La dérision est peut-être un rempart contre la solitude. En effet, les moqueurs veulent un public, et celui qui en est la victime est toujours seul.»
[ Amos Oz ] - Soudain dans la forêt profonde

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Leiloona 30/08/2009 11:29

Je suis d'accord avec toi : un livre à lire aux enfants, mais que les adultes peuvent aussi lire !

Nina 14/09/2009 22:15


J'avais oublié de te répondre, oui en effet j'ai vraiment aimé ce livre.


Mirontaine 05/01/2009 09:02

Je ne connaissais que de nom mais ton billet m'invite à le lire.

Nina 06/01/2009 23:01


J'ai beaucoup aimé ce conte, c'est vraiment à lire.


Mes auteurs favoris