Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 23:59

Editions de l'Aube - 285 pages
L'auteur, Victor Paskov est né à Sofia en 1949. Il est musicien, cinéaste et écrivain.

Au début de XXème siècle des musiciens tchèques et italiens arrivèrent à Sofia pour créer une culture musicale en Bulgarie.

1910, un train venant de Tchécoslovaquie entre en gare de Sofia, en descend le luthier Georg Ening , et sa femme Bojenka. « Dans le wagon de marchandises se trouve le coffre renfermant ses instruments étonnants : limes fines, petits burins effilés, rabots miniatures, petites égoïnes, crampons, moules, marteaux à tête recouverte de feutre et crochets (…) »

L’accueil des musiciens en Bulgarie fut déplorable et la plupart sont rentrés chez eux, personne ne sait pourquoi Georg Henig n’est jamais rentré en Bohême.  A Sofia il jouait  de la contrebasse à l’orchestre royal et devint un maître dans la fabrication des violons, il était entouré de nombreux élèves qu’il formait à son art. L’art de la lutherie en Bulgarie s’est créé à cette époque.

Le petit Victor rencontre pour la 1ère fois Georg Henig  à l’âge de 5 ans, son père lui a confié  la fabrication de son premier violon, si petit qu’il sera « un 8ème de violon ». L’enfant découvre  fasciné  l’atelier de lutherie et Georg Henig qui d’après  son père est  le plus grand maître luthier.  

C’est une période  difficile pour la  Bulgarie, les gens supportent mal  cette extrême pauvreté et se réfugient dans l’alcool, la violence, la folie.  Le père de Victor est un musicien passionné et talentueux mais il n’est pas épargné par la misère, les relations deviennent difficiles avec sa femme  qui a de plus en plus de mal à accepter cette vie. Il  décide donc de lui faire plaisir et de fabriquer le buffet qu’elle lui réclame obsessionnellement mais qu’il ne peut pas lui acheter.  Pour réaliser ce projet, il espère de  Georg Enig la permission  d’utiliser son atelier. C’est en famille qu’ils décident de rendre visite au maître luthier, et c’est le choc, l’intolérable :  le vieil homme  vit  seul dans un extrême dénuement, Bojenka  est morte,  et  il subit résigné la violence de ses voisins.  

 

Ce roman autobiographique  nous raconte la complicité qui s’installe entre Victor qui a maintenant 11 ans et ce vieux monsieur si pauvre dans la vie mais si riche de son art. L’enfant va être marqué par ce que va lui enseigner et transmettre le maître luthier pendant le peu de temps qui lui reste à vivre.  Il faut souligner que c’est un buffet qui sera le prétexte à  cette extraordinaire rencontre !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sybilline 24/07/2008 22:44

Ah, je vois avec plisir que tu as aimé ce petit bijou de tendresse  où quatre êtres forment un noyau d'entraide et de générosité au milieu de la dureté ambiante.A croire que la musique protège les coeurs et les âmes

Nina 26/07/2008 11:03


en effet j'ai vraiment adoré ce roman, ces êtres pris dans le tourment de l'histoire et qui tiennent le coup grâce à leur passion de la musique.


jean-philippe 20/05/2008 17:29

Oh !! la belle histoire que voilà !! et tout cela parle de musique..j'aime d'avance et cela ne te surprendra pas !! c'est dit c'est fait ..tu m'as convaincu ! je file à la FNAC me procurer ce livre !! merci !!

Nina 29/05/2008 23:39


Et bien tu me diras si cette histoire t'a plu......


Georges F. 19/05/2008 22:00

Tout cela semble plein de bons sentiments. C'est bien, mais est-ce qu'on ne s'ennuie pas ?

Nina 29/05/2008 23:37


Mais non on ne s'ennuie pas et en plus ce n'est pas une histoire de bons sentiments car vraiment cette période est plutôt dure et cruelle pour les artistes.


nina de zio peppino 13/05/2008 22:19

Ce genre de rencontre n'existe plus. Les jeunes gens d'aujourd'hui ne veulent plus apprendre auprès des anciens. Heureusement qu'il y a les livres.

Nina 16/05/2008 21:17


C'est vrai que la transmission du savoir par les anciens se perd pourtant quelle richesse d'avoir la chance d'hériter de ce type d'expérience.   


jean-philippe 12/05/2008 18:17

Bonsoir Nina !! encore une merveille à découvrir !! une petite perle littéraire à déguster sans modération ! merci pour ce beau partage !!

Nina 16/05/2008 21:19


Merci et à bientôt


Mes auteurs favoris