Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 18:36




Histoire-d-une-vie.jpg












Aharon Appelfeld
Edition de l'olivier - 237 pages
Prix Médicis étranger 2004

Le salon de Livre de Paris donne envie de lire chaque année quelques titres du thème proposé.
C'est Sylire qui m'a donnée envie de lire ce livre.

J’ai trouvé très intéressante la façon dont ce livre est écrit, Aharon  Appelfeld nous raconte des fragments de sa vie, non pas dans l’ordre chronologique  d’une biographie mais dans l’ordre où la  mémoire lui rend ses souvenirs.

Ce livre est un témoignage très dur sur la condition des enfants juifs pendant la seconde guerre mondiale.

à Czernowitz en Bucovine (près de la Roumanie), après une enfance choyée dans un milieu lettré, le jeune Aharon  Appelfeld  va subir le ghetto, l’assassinat de sa mère, la déportation vers les camps, la fuite et la survie dans les forêts  puis l’arrivée en Palestine.

Les enfants juifs subissent  les pires horreurs dans les ghettos et sur les routes de la déportation. Ils sont la proie des gens malsains, pervers, complètement  corrompus par la guerre.

Un exemple : L’enclos « keffer »  « c’était l’enclos des chiens-loups utilisés pour monter la garde, la chasse, et principalement la chasse à l’homme. (…) Un jour arriva un convoi dans lequel se trouvaient des petits enfants. Le commandant du camp ordonna de les déshabiller et de les pousser dans l’enclos ; Les enfants furent dévorés,  aussitôt apparemment, car nous n’entendîmes pas de cris. »

Mais heureusement on peut lire aussi  « J’ai rencontré beaucoup de gens courageux et nobles pendant la guerre ».

Son évasion et ses années d’errance, vont le confronter à la solitude, à la lutte permanente contre la violence qui l’entoure.

Les fragments de bonheur qui surgissent de sa mémoire : le souvenir de ses parents et surtout de sa mère mais aussi son oncle Félix remarquablement bon et intelligent, ses grands-parents  juifs pratiquants,  contrastent douloureusement avec ces années  de solitude et de cauchemars.

L’arrivée et l’installation en Palestine n’ont pas été faciles pour ces enfants traumatisés par la guerre. Peu à peu,  avec beaucoup de force et de courage, ils se  reconstruisent,  apprennent une nouvelle langue « l’hébreu »  leur langue maternelle étant  interdite.  Aharon  Appelfeld ne doit plus parler la langue allemande qui était celle de sa mère, une douleur de plus pour lui, qui adorait sa mère.

Aharon  Appelfeld a énormément réfléchi à son histoire qui a été rythmée dés l’enfance par l’antisémitisme et la Shoa. Sa force de caractère, ses  remarques et ses réflexions  donnent à ce livre une dimension philosophique.   

J’ai aimé lire : les pages sur la rencontre avec les livres et l’écriture qui ont permis à Aharon  Appelfeld de recoller les morceaux de sa  vie complètement disloquée par la guerre et de devenir un immense écrivain.

Ce témoignage bouleversant m’a aussi éclairée et fait réfléchir sur  les conséquences politiques de la Shoa.

Un livre que je n’oublierai pas et qui me donne envie de lire d’autres titres de cet auteur.




images-copie-3.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alain-anjalika 02/04/2008 17:14

Coucou Nina!!J'espère que tu vas bien dans ton beau Limousin!! Je parlais de "porte" récemment et j'avais illustré avec un vieux portail qui vient d'Eymoutiers ;)Sinon, au sujet du livre, que dire? les turpitudes ont malheureusement toujours existé sur cette planète et le pire, ça continue encore.Bonne soirée Nina 

Nina 05/04/2008 23:08


Oui je vais bien, j'ai une semaine de vacances et je vais aller me promener un peu dans mon limousin !! Oui tu as raison les turpitudes ont toujours existé et tant mieux s'il y a des livres pour en
garder le témoignage, il ne faut pas que ces évènements restent dans l'oubli.


Choupynette 28/03/2008 23:17

je crois avoir noté quelque part cet auteur, mais pour un autre ouvrage. Pour l'instant, je n'ai aps vraiment envie de ce genre de lecture... mais je reste persuadée de la nécessité de tels ouvrages de nos.

Nina 30/03/2008 19:03


Ce n'est pas un livre si triste que ça, il est plutôt rempli de courage et de vie et c'est vrai que c'est vraiment important que ces histoires de vie se retrouvent dans les livres.


florinette 25/03/2008 15:35

Je pense le lire également, mais pas pour l'instant, je vais attendre qu'il fasse son entrée à la biblio !

Nina 25/03/2008 22:28



Il n'est pas dans le catalogue, c'est drôle car il a eu le prix fémina étranger et génralement les bibliothèques achètent ce prix littéraire.....



nina de zio peppino 25/03/2008 14:39

Tu me donnes l'envie d'arrêter le temps pour prendre celui de lire.

Nina 25/03/2008 22:28



Ou bien on lit ou bien on écrit tu as le choix !!



Sylire 24/03/2008 21:00

Je suis ravie de pouvoir partager cette lecture, qui c'est vrai est inoubliable. Tu en parles très bien, mieux que moi je trouve. Je suis partie de mes notes succintes de l'époque pour faire mon billet et en lisant le tien je retrouve des éléments dont je n'ai pas parlé. Je l'avais emprunté à la biblio. Il faudrait que je l'achète pour le relire plus tard.

Nina 24/03/2008 21:12



Je te remercie beaucoup, ton commentaire est très sympa. En effet j'ai pris le temps d'écrire cet article, t j'ai profité de ce long week-end avec un temps qui ne m'a pas donné envie de
faire de grandes ballades !!. Je ne connaissais pas cet écrivain, je l'avais commandé dans ma bibliothèque car il a eu le prix Médicis étranger c'est tout et je vais commander d'autres
titres et en parler aux lecteurs de ma bibliothèque.



Mes auteurs favoris