Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : De page en page
  • : De page en page, j'aime aller à la rencontre des écrivains et franchir la porte de leur univers. J'aime échanger autour des livres et empêcher ainsi des romans de mourir trop vite perdus dans le tourbillon commercial de notre société de consommation.
  • Contact

Bienvenue sur mon blog !

 

index

Bonne rentrée littéraire à tous !

Rechercher

Je lis avec Babelio

masse critique

 

images.jpg

Archives

Je lis avec les éditions de L'Aube

colette.jpg

 

pianiste-afgan.jpg

 

Le site des éditions de L'Aube ICI

7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 22:49

 

FERME-2022.gifLe roman régionaliste est né au début du XIXème siècle, et n’a cessé d’évoluer. Il y a eu tout d’abord  la vision romantique du monde paysan décrite par exemple dans  les romans de George Sand, puis d’autres courants comme le « courant réaliste » où Emile Zola dépeint  avec « La terre » un  monde rural bien loin de l’univers bucolique de George Sand et dresse un portrait peu flatteur du monde paysan.

 

A notre époque le roman régionaliste a toujours autant d’attrait, on peut le constater  en limousin avec la création de « l‘école de Brive». Ces romans utilisent souvent la même recette : une saga familiale qui commence au début du siècle et raconte les mutations du monde agricole, les conséquences de la guerre, souvent  écrits sous une  forme romanesque et populaire.

Les  auteurs les plus connus dans la région limousin sont Claude Michelet, Christian Signol….

Pour jeter une touche réaliste dans ce monde bucolique nous avons comme au XIXème siècle un écrivain qui lance un énorme pavé dans cette mare de bons sentiments : Richard Millet.

 la-gloire-des-pythre.jpgLa gloire des Pythre - Gallimard collection Folio - 384 pages.         

 

Quand l’écriture puissante et littéraire de Richard Millet rencontre le monde paysan cela donne un chef d’œuvre.

Ce roman est d’un réalisme suffocant presque dérangeant puisque dés les premières pages, Richard Millet nous plonge dans l’univers de la mort et de son insupportable odeur, de sa puanteur, qui devient quelques mois par an, l’horreur au quotidien  de ce petit village corrézien coupé du monde. En effet les villageois sont obligés d’attendre  que l’hiver se termine afin que les chemins redeviennent praticables et ainsi enterrer leurs morts dans les villages voisins. En attendant, ils les entreposent dans une cabane montée sur pilotis.

« Nous n’avions pas le  droit , à Prunde, d’ensevelir nos morts. Ni église, ni mairie, ni école : (…)

Ce village est celui d’André Pythre âgé de douze ans et dont la jeune mère vient de mourir.  Cette odeur de mort va lui coller à la peau toute sa vie. C’est la destinée et la descendance de ce jeune orphelin que l’on va suivre à travers trois générations de la famille Pythre.

Avec l’histoire de cette famille, on parcourt  la vie rurale du début de XIXe siècle  jusqu’à la fin des années 60 dans les petits villages isolés  du limousin. Les conditions de vie et d’hygiène y sont précaires, les relations entre les hommes et les femmes  inexistantes, et comme l’ordre social repose sur un « patriarcat  absolu » la condition des femmes  y est  inhumaine.

La famille des Pythre  est le portrait  d’une famille de paysans du début du siècle où l’éducation  se faisait uniquement en répétant les mêmes gestes que les ainés, où  la parole était rare mais la violence omniprésente.

Pour voir apparaître une lumière d’humanisme, de  civilité, dans ces cerveaux obscurcis par le travail harassant et le manque d’hygiène,  il va falloir attendre plusieurs générations.

Richard Millet nous dresse là le portait d’un monde qui n’existe plus mais qui est encore présent dans nos mémoires, nous avons tous dans nos familles un grand-père, une arrière grand-mère… qui nous a racontés des histoires qui ressemblent à celle de la famille des Pythre.

J’ai adoré ce roman qui m’a fait découvrir un auteur que je n’avais pas envie de lire….il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis !!

Si vous voulez un autre avis celui d'une libraire qui a un blog très intéressant est à lire

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joelle 25/11/2007 18:25

Je le note, même si je ne suis pas sûre d'arriver à associer le monde décrit dans ce livre à des situations dont j'aurais entendu parler (et pourtant mon papa a 83 ans et j'ai connu certains de mes grand-parents !)

Nina 25/11/2007 20:54

Si tu peux questionner ton papa moi personnellement je n'ai personne autour de moi pour poser ce genre de question. C'es tun livre qui est poignant et d'une qualité littéraire remarquable.

Sylvie 25/11/2007 18:03

Oui, un véritable chef d'oeuvre. J'ai lu également Le renard dans le nom, une histoire de viol, superbe ! C'est vrai que tu point de vue littéraire, on peut le comparer à Sylvie Germain !

Nina 25/11/2007 20:33

Je vais lire d'autres romans de Richard Millet et j'attends avec impatience le prochain roman de Sylvie Germain.....

sylire 11/11/2007 21:59

J'avais noté le nom de Richard Millet lors d'une émission littéraire (je ne sais plus laquelle). Tu me confortes dans l'idée qu'il faut absolument le lire !

Nina 05/12/2007 18:35

Je crois que c'est un écrivain dont il faut lire au moins un livre. 

Gachucha 08/11/2007 16:48

Tu me donnes envie ! Il y a longtemps que je veux lire Richard Millet, j'ai d'ailleurs acheté le "Petit éloge dun solitaire" en Folio2€ pour découvrir son écriture avant de passer à un titre plus long !

Nina 08/11/2007 22:45

J'ai noté ce livre pour l'acheter et Richard Millet est un grand solitaire ses livres lui tiennent compagnie...

Mes auteurs favoris